A la uneActualitésEconomieSociété

FAIT DU JOUR L’économie sociale et solidaire, une économie à part entière

C'était le 3 juin dernier à la Maison des initiatives économiques, sociales et solidaires du Gard.

La 7e rencontre Fondations-Associations, a bien lieu avant l'été. Le Gard en connaît quelque chose, il fait partie des départements les plus concernés par cette nouveauté qui n'en est pas une. Retour aux sources... Plus de 80 associations de taille sont inscrites !

Si Denis Bouad, président du Conseil départemental le dit, ça doit être le cas ! Lui qui dirige un territoire qui compte parmi les plus pauvres et où le chômage est le plus élevé de France, sait pertinemment l'enjeu que représente l'économie solidaire.  " L'économie sociale et solidaire représente 10 % du PIB gardois, 12 % des salariés du secteur privé et plus de 22 000 emplois. Associations, coopératives, mutuelles, fondations et entreprises de l’ESS répondent largement aux besoins d’utilité sociale en s’appuyant et en diffusant des valeurs citoyennes. Elles tissent du lien social. Elles apportent des solutions pour le développement durable et l’accompagnement des personnes en manque d’autonomie. Elles sont également créatrices d’emplois difficilement délocalisables sur tous les territoires urbains et ruraux gardois. "

D'importants besoins

Pour Bérengère Noguier, conseillère départementale déléguée à cette économie, " L'ESS tire sa force de sa capacité à se réunir et à construire des partenariats. La Maison des initiatives économiques sociales et solidaires et l’ACEGAA organisent pour l’ensemble des structures de l’ESS (plus de 2 000 établissements dans le Gard, NDLR) une opération à souligner et à valoriser. La 7e Rencontre des Fondations est une réponse essentielle aux besoins de l’ensemble des acteurs et employeurs engagés dans l’ESS. "

La recyclerie d’Anduze milite pour l'économie sociale et solidaire. Photo Archives Illustration DR/EB.

De son côté, L'ACEGAA a pour objet de soutenir les associations et les acteurs associatifs dans le Gard depuis plus de 20 ans. Ses équipes reçoivent entre 400 et 600 associations ou projets par an et leur proposent informations, conseils, accompagnements et formations pour les aider à développer leurs actions. Oui, c'est pour cette 7e rencontre que le secteur s'active. Bref, vous l'aurez compris, l'ESS dans le Gard, c'est une chose importante !

Les participants

Seront présents au tour de la table, Alès Mécénat, la fondation Avril, la fondation Banque Populaire Sud, celles du Crédit Agricole, la fondation du Crédit Mutuel, du Crédit Coopératif, d'Harmonie Solidarités, RTE, Nîmes mécénat culturel et la Sacem.

Alès Mécénat est un fonds de dotation unique en France dédié à la culture et au sport. Piloté par des membres de Leader Alès et co-animé par les principaux partenaires de la culture et du sport, son objectif affiché est de réunir et de structurer les démarches de mécénat sur le territoire alésien avec une validation par un comité technique piloté par des spécialistes puis une validation financière.

La Fondation Avril, créée à l’initiative du monde agricole (filière des huiles et protéines végétales), a pour mission le développement solidaire et durable des ruralités, en France comme dans les pays du Sud à travers le soutien à l’entrepreneuriat et à la création d’emplois générateurs de solidarités en milieu rural. Elle vise l'accompagnement de la structuration de l’agriculture familiale, le soutien à la création de nouveaux liens " villes-campagnes " au travers de l’alimentation. Mais, la fondation Avril facilite aussi l'accès des plus démunis à une offre alimentaire diversifiée. Elle lutte également contre le changement climatique et ses impacts.

La fondation Banque Populaire du Sud apporte son aide aux associations locales et aux jeunes résidant sur son territoire géographique à travers quatre projets et aime valoriser l'innovation sociale et environnementale, l'insertion par l’emploi et promotion de l’entrepreneuriat, le patrimoine culturel local et remet le prix Initiative jeunes au public concerné.

Ici lors du forum nîmois des associations sur l'Esplanade (Photo archives Anthony Maurin).

Les fondations Crédit agricole sont nombreuses. Certaines traitent de la solidarité et du développement, des aidants, du social, de l'accès aux soins, de la vieillesse, des loisirs, de l'emploi ou des jeunes mais aussi du patrimoine, des œuvres d’art et des musées, des jardins...

La fondation Crédit Mutuel gère quant à elle le développement des actions concrètes, innovantes et
durables pour promouvoir la lecture sous toutes ses formes. Elle veut promouvoir le Prix de l’innovation lecture, la recherche sur la coopération et ainsi que le mutualisme et les travaux sur la construction européenne.

La fondation Crédit coopératif s'occupe en plus de la base de l'économie sociale et solidaire, de l'innovation, des Initiatives et du numérique. Elle soutient l’effervescence des territoires, " ceux qui font ", qui donnent envie à d’autres, qui mobilisent d’autres. Pour être dupliqués, les projets locaux ont besoin d’un appui financier mais aussi de mise en réseaux et de visibilité. C'est son rôle.

La fondation Harmonie Solidarités, a pour but d’être actrice de solidarités à destination de la jeunesse afin de favoriser l’inclusion sociale de ce public et plus globalement son bien-être. Elle contribue à soutenir tout projet et toute initiative d’intérêt général en faveur de la jeunesse et/ou portés par des jeunes, dans de nombreux domaines.

Nîmes mécénat culturel est un fonds de dotation de soutien à des projets culturels à Nîmes : des chefs d’entreprises ont fait le choix de se regrouper et de mutualiser leurs dons. L’art (exposition, danse, théâtre, musique, cirque…) provoque, bouscule, émeut mais par dessus tout, réunit. La diversité des propositions culturelles sur un territoire participe à sa vitalité et à son attractivité.

La fondation RTE, fait émerger, soutient et accompagne des projets de l’économie sociale et solidaire en milieu rural ayant un réel impact économique, social et environnemental. Première fondation d’entreprise spécifiquement positionnée sur la ruralité, elle accompagne des projets sur tout l’hexagone. D’une grande variété, ils produisent de la richesse collective, expérimentent d’autres façons d’entreprendre, valorisent le territoire et ses ressources, créent de l’emploi et du lien social.

Enfin la Sacem. Société privée à but non lucratif, assure la collecte et la répartition des droits d’auteur pour la diffusion publique et la reproduction sur support des œuvres qu’elle représente. Moins connu, la Sacem propose aussi 48 programmes d'aide à travers son action culturelle en direction des auteurs-compositeurs, éditeurs, réalisateurs ou producteurs audiovisuel, responsables d’un festival ou producteurs d’un spectacle...

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité