ActualitésSociétéSports Gard

NÎMES Le foot, langue et vecteur d’intégration universels

Max Alibert, responsable ville équipe à Nîmes, Nesrine, chargée des Young Caritas et Rachid, l'entraîneur (Photo Corentin Corger)

Ce samedi, le stade Saint-Stanislas de Nîmes accueillait la deuxième édition du Tournoi de football solidaire organisé par le Secours catholique afin de permettre à des personnes tout juste arrivées en France de s'exprimer sur le terrain. 

À 10h, l'heure du début des rencontres, la chaleur était plombante sur le stade de football Saint-Stanislas, quartier de la Cigale, à Nîmes. Mais cela n'altère pas les sourires des joueurs des onze équipes engagées pour cette deuxième édition du Tournoi solidaire. Une compétition un peu particulière puisque la plupart des équipes sont composées de migrants, arrivés depuis peu de temps en France.

Outres les deux équipes nîmoises, une formation de l'antenne marseillaise du Secours catholique est également venue. Le Centre d'accueil de demandeurs d'asile (CADA) La Luciole de Nîmes était aussi représenté. Des joueurs issus de pays du monde entier qui ont pu échanger grâce à la langue universelle, le football. Et puis pour avoir un nombre suffisant, il y avaient des formations de Castanet, de légionnaires (2e REI) et une équipe féminine de Nîmes métropole Gard.

Les deux équipes du Secours Catholique entraînées par Rachid, le dernier en haut habillé en noir (Photo Corentin Corger)

Un moment convivial pour partager avec ces personnes arrivées depuis peu en France, fidèle aux valeurs de fraternité portées par l'association. "Ça permet que ces jeunes ne restent pas enfermés dans leurs chambres", justifie Max Alibert, responsable ville de l'équipe de Nîmes. Après une première tentative en 2018 avec six équipes au rendez-vous, l'organisateur est satisfait de ce petit engouement et espère pouvoir renouveler l'événement annuellement.

De quoi réjouir Rachid, à Nîmes depuis trois ans, qui coache toute l'année les deux équipes du Secours Catholique et motivé pour soulever la coupe. Ce qui n'est pas forcément du goût de Max : "L'esprit du tournoi ce n'est pas la victoire à tout prix. La compétition d'accord mais pas trop", rappelle t-il. Malheureusement pour l'entraîneur, ça partait mal pour ses joueurs avec un but encaissé dès la 10e seconde face aux U17 de Castanet, lors du premier match. Mais comme le dit si bien Mohamed Lamine, parti de Guinée il y a six mois, "c'est un grand plaisir d'être là et le principal c'est de s'amuser".

Corentin Corger

Etiquette

1 commentaire sur “NÎMES Le foot, langue et vecteur d’intégration universels”

  1. Il ne s’agit pas le l’équipe féminine de Nîmes Métropole Gard mais de l’équipe féminine de Nimoise Football club féminin, merci de faire la rectification

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité