A la uneActualitésSociété

GARD La fondation FDJ joue le jeu de l’égalité des chances

Nicolas Denonfoux et les membres de Grandir pas à pas (Photo Anthony Maurin).

La FDJ, anciennement Française des Jeux, s'attaque au mécénat. Rien de nouveau pour une telle entreprise qui est bâtie sur la chance ! Pour Nicolas Denonfoux, responsable agence FDP Provence Camargue à Nîmes, la semaine est belle. Il vient de remettre une chèque de 5800 euros à l’association " Grandir Pas à Pas " pour l’animation de 100 heures d’ateliers de philosophie dans cinq classes (moyenne section à CM2) issues du réseau d’éducation prioritaire.

Cette association créée en 2018 et basée à Calvisson a pour objet d’accompagner les enfants, les adolescents ainsi que leur famille dans le " bien grandir. " Pour cela, elle propose de véritables petits cours de philosophie pour permettre aux jeunes d'avoir un espace de liberté sans jugement et d'acquérir un discernement certain face à la vie de tous les jours.

Au cœur de la période du clinquant Tour de France où l'équipe FDJ a ses habitudes, les petits recoins associatifs sont aussi de la partie dans le monde réel. La FDJ, c'est 15,8 milliards d'euros de mise l'an passé. Sa fondation, pendant 25 ans, s'est occupée d'aider des sportifs. On estime à une centaine le nombre de médailles olympiques gagnées par un sportif soutenu par la fondation FDJ. Il en va de même avec les athlètes paralympiques (environ 30 médaillés).

Le mécénat grandit

Le jeu est une chance pour l'égalité. Tel est le slogan de ce nouvel axe de développement. Loin de la promotion des stades et des écrans géants, la place de la fondation est toute naturelle au côté des personnels solidaires qui agissent dans le social et qui apportent au monde français une petite touche de couleur et de vie. Pour la période 2018-2022, la fondation va débloquer 18 millions d'euros pour les attribuer à des projets associatifs tels que celui défendu par " Grandir pas à pas. "

Le Gard compte 170 points de ventes FDJ mais les dossiers déposés peuvent concerner trois types de projets. Un tremplin pour association locale (3 000 euros max), un tremplin pour les détaillants solidaires (2 000 euros max) et un tremplin pour des collaborateurs solidaires (15 000 euros max). C'est ce dernier type qui nous intéresse.

La philosophie avant 17 ans ? Mais oui !

" On a monté le dossier ensemble, je suis allé le défendre à Paris pendant 20 minutes et nous avons réussi à avoir 5 800 euros pour financer les heures de cours et le reste " note Nicolas Denonfoux. Et une des quatre membres (présentes) de l'association de reprendre, " Nous sommes contentes, c'est tout nouveau, nous démarrons et nous avons déjà cet argent. Tout est tombé au bon moment, les étoiles sont alignées ! "

Pour une autre, " J'ai pris du plaisir à découvrir tout cela mais la cause est noble. Le système éducatif n'est pas adapté à l'enfant, nous lui transmettons des valeurs humanistes. " Basés sur la philosophie de Frédéric Lenoir et ses méthodes doucement humaines, les cinq femmes usent de débats et de discussions. " On ne se connaissait pas entre nous et nous avons toutes des métiers différents, des vies différentes et à cinq c'est sympa. Nous fonctionnons en binôme, nous allons développer notre implantation " ajoute une dernière lauréate du prix et des 5 800 euros.

L'association devra rendre des comptes à la fondation FDJ au fil des ateliers et des expériences.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité