A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Sur le fil, Nîmes renverse Toulouse (2-1) et reste invaincu en amical

Pour son quatrième match amical, Nîmes a affronté Toulouse à Agde Photo Corentin Corger)
Pour son quatrième match amical, Nîmes a affronté Toulouse à Agde (Photo Corentin Corger)

Au terme d'un match amical disputé en trois périodes de 45 minutes à Agde, Nîmes d'abord mené 1-0 a renversé Toulouse dans les derniers instants pour s'imposer 2-1 grâce à des buts signés Mégier et Karraoui. 

Après deux matches nuls face à Béziers (0-0), Ajaccio (2-2) et une victoire contre Rodez (3-2), le Nîmes Olympique disputait son quatrième match amical face à Toulouse, à Agde. Privés de Stojanovski, Landre et Valdivia pour blessures, les Crocos se déplaçaient dans l'Hérault avec seulement 15 joueurs pros dans leur rang, à quinze jours de la reprise de la Ligue 1 face au PSG. Si pour débuter, la défense tenait la route (Alakouch, Briançon, Martinez, Miguel), le coach devait bricoler au milieu dans un système en 4-3-3. Paquiez était obligé de monter d'un cran et de jouer en six aux côtés de Valls et Bobichon. Devant, faute de choix, le trio d'attaque était composé de Ferhat, Phillipoteaux et Ripart, en pointe.

Dès la 9e minute, les Gardois concédaient un penalty peu évident après que Koulouris ait tiré sur le bras de Martinez. Déjà chaud, Bernardoni stoppait la tentative du Grec en plongeant sur sa droite. Ce début de match était une histoire de main. C'est, cette fois-ci, Briançon qui était logiquement sanctionné à l'entrée de la surface. Le gardien de nouveau prêté par Bordeaux sauvait encore les siens en détournant le coup franc de Dossevi de sa lucarne (19e). Le reste des occasions était à mettre à l'actif des Crocos. Même si la pression n'était pas intense, ils parvenaient plusieurs fois à passer par les côtés pour instaurer le danger.

Ferhat a réalisé quelques fulgurances sur son côté droit mais sans succès (Photo Corentin Corger)

La frappe de Bobichon (11e) rasait le poteau du gardien, la tête de Ripart n'était pas cadrée (18e) et Philippoteaux butait à bout portant devant Goicoecha (37e). Les Nîmois poussaient à la fin de cette première période et se procuraient leur plus belle occasion (44e). Bobichon débordait sur la droite et centrait en retrait pour Ferhat qui reprenait du gauche mais le portier violet se déployait. Pour cette deuxième période, Bernard Blaquart passait en 4-4-2 avec la rentrée de Berahino, à l'essai, à la place de Paquiez.

Un second acte marqué par un violent orage et un déluge qui s'abattaient sur la pelouse. Ce qui rendait le jeu difficile et le spectacle terne. Néanmoins, Berahino, après un bon décalage de Ripart, manquait de peu le cadre (49e). L'autre opportunité à retenir dans ces conditions difficiles était côté toulousain. Après une belle action collective achevée dans la surface, il fallait le tacle salvateur d'Alakouch pour stopper le tir de Makengo qui semblait dangereux (71e). À vingt minutes du terme, la pluie cessait. Une éclaircie venait du pied droit de Ferhat, mais sa frappe était détournée par le gardien, au premier poteau (82e). Trois minutes plus tard, l'ancien Havrais reprenait un centre du coréen Park, également à l'essai, mais sans cadrer.

Un renversement dans les dernières minutes

L'arbitre sifflait la fin de cette deuxième période. Malgré ce résultat nul, les Crocos, avec leurs forces en présence, ont proposé par séquence des choses intéressantes. Même si clairement, on constate un manque de vitesse et l'absence d'un détonateur pour semer davantage la panique dans la défense adverse. Le besoin imminent de recrues se fait sentir. Les deux équipes avaient décidé de mettre en place une troisième période pour faire jouer les jeunes. Le onze nîmois était composé de : Rabouille - Sainte-Luce, Mégier, Guessoum, Buades - Park, Paquiez, Valls, Porsan-Clémenté - Denkey, Berahino.

L'ancien attaquant de Stoke City était tout près de trouver la faille, mais sa tentative était contrée sur la ligne. Les jeunes pousses nîmoises dominaient. Denkey reprenait de volée sur corner mais ne cadrait pas. Derrière, les Crocos étaient punis sur une faute de Buades dans la surface. Le penalty était transformé par Leya Iseka. Malgré deux premières tentatives sans succès, les efforts de Park allaient être récompensés. À quelques minutes du terme, le Coréen délivrait, sur coup franc, un caviar parfaitement repris par la tête du jeune défenseur central, Mégier. Park récidivait lors de l'ultime action de la rencontre sauf qu'après un cafouillage monstre devant le but toulousain, c'est Karraoui qui se jetait pour offrir un succès sur le fil à Nîmes. La jeunesse a assuré l'essentiel. Nîmes engrange un deuxième succès dans cette préparation et reste invaincu.

 À Agde, Corentin Corger

NÎMES OLYMPIQUE - TOULOUSE 2-1. Stade Louis Sanguin (Agde). arbitre : M. Di Francesco. Buts pour Nîmes : Mégier et Karraoui. Buts pour Toulouse : Leya Iseka (s.p).

Nîmes Olympique : Bernardoni - Alakouch (Paquiez, 79e), Briançon, Martinez, Miguel - Bobichon, Paquiez (Berahino, 45e), Valls - Ferhat, Phillipoteaux (Park, 79e), Ripart. Remplaçants : Rabouille, Guessoum, Sainte-Luce, Karraoui, Berahino, Valerio, Denkey, Valls, Buades, Megier, Park, Porsan-Clémenté. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Composition de Nîmes lors de la troisième période :

Rabouille - Sainte-Luce, Mégier, Guessoum, Buades - Park, Paquiez (Valerio), Valls, Porsan-Clémenté - Berahino (Karraoui), Denkey.

Toulouse : Goicoechea - Moreira, Rogel, Shoji, Diarra - Sanna, Vainqueur, Makengo -Boisgard, Dossevi, Koulouris. Remplaçants : Bloch, Amian, Bostock, Leya Iseka, Sylla, Diakite, Gonçalves, Taoui, Zobo, Corredor, Tounkara. Entraîneur : Alain Casanova.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité