A la uneActualités

FOURNÈS Projet de centre de tri Amazon : la commission d’enquête favorable, mais pas le public

Le terrain où doit s'implanter la plateforme logistique, à l'entrée de Fournès (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

La commission d’enquête publique sur le projet de centre de tri de colis porté par Argan pour le compte très probablement du géant du e-commerce Amazon, à Fournès, a rendu son rapport aux services de l’État il y a quelques jours.

Dans ses conclusions, la commission d’enquête estime que « le dossier présenté au public était complet et de qualité », « que les compensations prévues tant en ce qui concerne l’hydraulique, que l’économie agricole, et la biodiversité, apparaissent suffisantes », et « que les réponses aux avis de la MRAe (Missions régionales d’autorité environnementale, ndlr) et du CNPN (Conseil national de la protection de la nature) peuvent être considérées comme suffisantes au regard des remarques soulevées. » Le rapport rappelle également que le projet doit permettre la création de 200 emplois sur les cinq premières années, « un minimum sur lequel s’engage l’opérateur », affirme Argan dans ses réponses à la commission d’enquête.

Toutefois, la commission d’enquête demande à Argan de procéder à quelques améliorations. On y retrouve « un suivi régulier des pollutions sonores et de la pollution de l’air afin que le pétitionnaire prenne éventuellement des mesures correctives sous le contrôle des services de l’État », « une compensation agricole financière à hauteur de 220 000 euros », « la consultation de l’architecte des bâtiments de France sur le problème de covisibilité (avec le Pont du Gard, ndlr) », « la réalisation à moyen terme d’une étude de faisabilité sur la réalisation d’un shunt entre la sortie de la RD192 vers l’A9 », « la réalisation des bornes de rechargement pour les véhicules électriques et non seulement pour les vélos » et « l’augmentation de la surface de panneaux photovoltaïques soit en toiture sur le bâtiment soit par la réalisation d’ombrières sur les parkings ». Bref, rien d’insurmontable pour le porteur du projet, habitué à ce type de dossiers.

En conclusion, la commission émet un avis favorable, sous réserve de prise en compte des améliorations requises.

Par ailleurs, le rapport note que « le public a participé largement à l’enquête publique en apportant des éléments d’amélioration du contenu du projet. » Effectivement, 577 observations ont été déposées, la plupart en ligne. Parmi les thèmes qui reviennent le plus, on note l’environnement (142 observations), le trafic (92 observations et la biodiversité (82 observations).

Et, si l’avis de la commission est favorable, celui du public est très loin de d’être. En effet, 506 observations sont négatives, 45 positives et 24 neutres. Un chiffre sans appel, qui laisse présager de nouvelles polémiques sur ce dossier dans les semaines et les mois à venir.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Vous pouvez consulter les documents repris dans cet article ici.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “FOURNÈS Projet de centre de tri Amazon : la commission d’enquête favorable, mais pas le public”

  1. Toujours ce décalage entre les citoyens soucieux de l’environnement et les technocrates ou politiciens soucieux de « retombées » économiques hypothétiques. Alors feu vert pour la poursuite du bétonnage de la nature. Tous les avertissements des scientifiques ne servent à rien. L’inconscience suicidaire se poursuit . On bétonne ici ou là, on construit en zones inondables, on détruit des prairies humides et la biodiversité…le gard est en pointe pour les « conneries » foncières et immobilières et tout cela pour le fric de quelques uns. Triste constat.

  2. Je suis fermement opposé à ce projet promouvant la vente en ligne d’objets majoritairement non utiles.
    Il est notoire que la société Argan recherche à implanter des « centres de tri » principalement au profit de la société Amazon, dont les méthodes et leurs impacts négatifs ont été décrites par Jean Gadrey dans Alternatives économiques le 2 décembre 2018 « Le père Noël doit boycotter Amazon, qui détruit les salarié.e.s, la nature, les États, et l’emploi ! »
    Il est regrettable que la municipalité de Fournès n’ai pas mieux informé la population, ne permettant ainsi pas une prise de connaissance optimale des enjeux de ce projet, voir « Révélations : comment Amazon force les maires à se taire pour s’implanter discrètement en France », Marianne 24 mai 2019 .
    L’impact des entreprises globalisées de la vente en ligne repose sur la fabrication à moindre coût très loin des consommateurs finaux, le transport international fortement émetteur de gaz à effets de serre, la distribution par un maillage de flottes de véhicules abimant les voiries et maintenant le client dans une dépendance au « tout, tout de suite » navrant en terme de prise de conscience de la maintenant impérieuse hiérarchisation des priorités auxquelles tout citoyen doit s’attacher afin de participer à la réduction immédiate et drastique des impacts mortifères des activités anthropiques non raisonnées sur le climat.
    Amazon comme les autres acteurs de la « mondialisation » pratique l’optimisation fiscale agressive. Ce projet renforcera sa position et ne contribuera pas à la justice et l’équité fiscale des entreprises.
    Pour ces raisons et bien d’autres développées sur ma page FB, je m’oppose à ce projet

  3. Alors même que nous subissons des températures records dus à l’activité humaine, nos dirigeants s’apprêtent à accueillir à bras ouverts un projet de centre de tri d’Amazon à Fournès. En agitant la carotte –  » l’EMPLOI  » ils veulent nous endormir. Or AMAZON détruit les emplois pérennes dans les commerces et entreprises alentours. Avec l’implantation d’AMAZON sur notre territoire, les clients PRIME (49€ par an) auront la possibilité de se faire livrer les articles commandés sur l’heure, comme actuellement aux USA, et n’auront plus à se déplacer chez les commerçants. A court terme donc, menace sur les commerces de proximité et les emplois qui vont avec. (Pour mémoire, AMAZON a aussi racheté WHOLE FOODS aux USA, avec l’intention de répliquer ce type d’acquisition en Europe pour avoir aussi à terme la main mise sur notre nourriture) voir articles, avec extraits traduits.
    —–
    Publicité en ligne pour AMAZON PRIME USA: Je peux avoir tout ça devant ma porte en une heure? Ma vie ne sera plus jamais la même! amazon #primenow (You mean I can get all this to my door in 1 hour? My life will never be the same! amazon #primenow) https://primenow.amazon.com/onboard?sourceUrl=%2Fhome
    —–
    Titre de l’article: Amazon va détruire plus d’emplois aux USA que la chine n’en a détruit.
    Extrait: « Ce qu’Amazon ne vous dira pas, c’est que chaque travail créé chez Amazon en détruit un, deux ou trois autres. Ce que Jeff Bezos ne veut pas que vous sachiez, c’est qu’Amazon va détruire plus d’emplois aux États-Unis que ne l’a jamais fait la Chine. » https://www.marketwatch.com/…/amazon-is-going-to-kill-more-…

    AMAZON, c’est la création temporaire d’emplois dangereux et précaires. La stratégie d’Amazon est d’employer pour peu de temps une main d’ouvre corvéable, non syndiquée, avec un turn-over important, dans le but de remplacer rapidement cette main d’oeuvre par des robots (voir article, avec extrait traduit).
    —–
    Titre de l’article: Bienvenue à GAFA land.
    Extrait: « La croissance rapide d’Amazon se fait aux dépens de ses employés et des systèmes de sécurité sociale de ses pays d’implantation. (…) Les travailleurs peuvent parcourir des distances de 16 à 20 km / heure et lever 50 tonnes de colis par jour. On s’attend à ce qu’ils traitent 300 colis par heure – prendre des pauses n’est souvent pas possible, même pour aller aux toilettes. En raison d’accidents de travail ou de surcharges, les ambulances ont dû faire l’objet de 600 appels au cours d’une période de trois ans dans les entrepôts britanniques d’Amazon, où 87% des travailleurs ont déclaré souffrir de douleurs chroniques aux articulations.

    Amazon joue intelligemment avec ce qui est légalement possible: pour casser des grèves, des travailleurs temporaires sont embauchés. Les mesures de sauvegarde sont souvent réduites au minimum. En se classant dans des conventions collectives sectorielles plus favorables (‘sector shopping’), l’entreprise choisit le tarif collectif le plus bas possible. À cette fin, elle prétend être une entreprise de logistique en Allemagne, alors qu’en France, elle se qualifie fiscalement comme petit commerçant. » https://www.socialeurope.eu/welcome-to-gafa-land

    – Destruction planifiée par AMAZON de ses propres emplois. Amazon se vante ouvertement d’installer de plus en plus de robots dans ses hangars pour se séparer à terme de tous ses employés, et planifie de fabriquer ses propres camions sans chauffeur pour ses livraisons (voir articles, avec extraits traduits).
    —–
    Titre de l’article: Amazon ne fait que commencer à utiliser des robots dans ses entrepôts, mais ceux-ci font déjà une grande différence. Extrait: « Amazon a sa propre grande vision pour les robots. La société essaie de trouver des robots capables de mener à bien des tâches plus diverses et plus avancées, comme de trier et exécuter les commandes eux-mêmes, de gérer ces commandes et même de comprendre les commandes passées par des humains. L’article de la Deutsche Bank appelle Amazon à passer à des camions autonomes car la main-d’œuvre compte pour près de 80% des 4 500 USD nécessaires au transport d’une remorque complète de produits de l’ouest à la côte est des États-Unis. »
    https://qz.com/…/amazon-is-just-beginning-to-use-robots-in…/
    —–
    4/ – Bilan carbone calamiteux: Amazon refuse de communiquer sur son bilan carbone (voir article, avec extrait traduit)
    Titre de l’article: L’empreinte carbone d’Amazon est encore un secret, mais les activistes la soupçonnent d’être massive.
    Extrait: « Contrairement à la plupart de ses pairs, Amazon garde cachée son empreinte carbone. En février, la société avait promis de divulguer ses émissions de dioxyde de carbone cette année, bien qu’elle ait refusé la semaine dernière de préciser son calendrier à CBS News. Les groupes environnementaux estiment toutefois que l’impact d’Amazon est important, en raison de la taille et de la complexité de la société. Amazon est la cinquième entreprise américaine en importance, avec des activités importantes dans les secteurs de la vente au détail, de la logistique, du divertissement et du cloud computing – qui, selon les activistes, sont les plus polluantes. »
    https://www.cbsnews.com/…/amazons-climate-footprint-is-sti…/

    5/ – L’artificialisation des sols : Le projet consiste en la création d’un centre de tri de colis immense sur une parcelle de 13,7 ha avec un bâtiment principal de 30.000 m2. Ce centre de tri implique la création d’un bâtiment administratif d’environ 3200 m2 , un parking VL de plus de 300 places, des aménagements permettant d’accueillir des bus et Poids Lourds. Le projet de construction prévoit également la réfection et l’élargissement des voiries existantes (RD192) au Nord, du carrefour au Sud du site de La Pale et la création d’un rond-point.

    L’artificialisation des sols en France avance toujours à grand pas, avec la surface d’un département bétonnée en 10 ans. Pourtant, elle est la plus grande responsable de l’effondrement de la biodiversité avec la disparition de 75% des insectes, 30% des oiseaux et 60% des animaux sauvages déjà disparus.
    Le gouvernement lui-même s’alarme sur les taux galopants d’artificialisation des sols! https://www.gouvernement.fr/indicateur-artificialisation-so…

    “En même temps”, la Cour des Comptes dresse un bilan cinglant de la gestion gouvernementale concernant l’artificialisation des sols.

    Notre objectif dès maintenant doit être de mettre un terme à l’artificialisation des sols, d’autant que notre territoire exceptionnel pourrait accueillir une économie de services, une agriculture et un tourisme de qualité, plutôt qu’une méga-entreprise polluante. La qualité paysagère de notre territoire est son principal attrait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité