A la uneEconomieSociété

FAIT DU JOUR Les Bagnolais d’Handiwork se lancent dans le recrutement de travailleurs handicapés

Le cofondateur d'Handiwork, Jean-Baptiste Honorin, et le responsable du projet Handiwork Recrutement, Lionel Satouf (DR)

Deux ans après son lancement, l’entreprise bagnolaise Handiwork se diversifie et passe la seconde.

Lancée par Éric Villasante et Jean-Baptiste Honorin, Handiwork se donne pour mission depuis deux ans de faire découvrir à des personnes handicapées mentales issues du milieu protégé, comme les instituts médico-éducatifs (IME), le travail en milieu ordinaire. Travaillant avec la grande distribution, Handiwork tourne autour d’une trentaine de dispositifs "Découverte" par an en Occitanie : « Nous étions à 28 dispositifs l’année dernière et à 32 cette année », précise Jean-Baptiste Honorin.

Un dispositif qui fonctionne, et qui permet aux travailleurs concernés par les dispositifs se déroulant une demi-journée par semaine sur 36 semaines, d’œuvrer pour l’inclusion et « faire prendre en confiance » ce public, note Jean-Baptiste Honorin. Sur le public venu d’un Établissement et service d’aide par le travail (ESAT), 15 % des stagiaires Handiwork Découverte connaissent des « suites de parcours », comprendre un stage en autonomie ou une mise à disposition. Un excellent chiffre compte tenu des normes du secteur.

« Faciliter le recrutement de travailleurs handicapés »

De cette première expérience naît aujourd’hui une deuxième, axée autour du recrutement. « Il y a un an de ça, des magasins avec lesquels on travaille nous ont demandé ce qu’on pourrait faire pour le recrutement de travailleurs handicapés », explique le cofondateur d’Handiwork. L’idée est donc d’élargir à tout type de handicap et de faire le pont entre « deux mondes démunis, chacun de leur côté », estime Jean-Baptiste Honorin. D’un côté, le monde de l’entreprise et de l’autre le monde du handicap, « qui se font tous deux taper dessus car ils ont l’obligation de respecter des quotas », résume le Bagnolais.

Notamment les grandes entreprises, qui peinent à respecter l’obligation légale de 6 % de travailleurs handicapés. C’est notamment le cas de Lidl, géant allemand de la grande distribution, qui compte 1 500 magasins et 35 000 salariés en France. Alors Handiwork et la direction régionale de Lidl, basée à Béziers, travaillent sur un nouveau dispositif, baptisé Handiwork Recrutement. Avec un but tout simple : « faciliter le recrutement dans la grande distribution de travailleurs handicapés. »

Pour ce faire, « on va faire ce qu’on fait sur Handiwork Découverte en changeant de public, en passant du milieu protégé aux personnes reconnues "travailleur handicapé", avec un programme plus dense de neuf semaines à temps plein pour quatre à six stagiaires avec qui nous allons travailler en magasin », présente Jean-Baptiste Honorin.

En tout, chaque stagiaire sera formé durant 270 heures soit au métier d’opérateur logistique, soit à celui d’équipier polyvalent en magasin, et sera rémunéré en tant que stagiaire de la formation professionnelle. Charge à Handiwork de trouver les candidats idoines et d’assurer les formations avec un formateur dédié. « Avec au bout un recrutement », avance le Bagnolais.

La phase expérimentale de seize mois va être lancée à la rentrée avec douze dispositifs, dix en magasin et deux en base logistique à Béziers. « Sur les douze dispositifs, on s’engage à douze recrutements », affirme Jean-Baptiste Honorin, alors qu’en tout une cinquantaine de candidats vont être formés. Ceux qui n’auront pas été recrutés immédiatement mais qui auront validé leur parcours de formation seront suivis durant six mois, en lien avec le service public de l’emploi.

Le projet a été financé par la Région pour les deux tiers, par l’Agefiph Occitanie et est soutenu par le groupe Lidl, « qui a une vraie volonté d’aller vers le recrutement de travailleurs handicapés », poursuit Jean-Baptiste Honorin. Y’a plus qu’à !

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi : Handiwork vient d’obtenir le label de l’État « Tous concernés tous mobilisés », qui vient récompenser les pratiques exemplaires sur l’inclusion.

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité