A la uneActualitésSociété

ARLES EN FERIA Pepe Moral triomphe des Palha

Lopez Chaves (vuelta et salut), Octavio Chacon (salut et silence) et Pepe Moral (oreille et deux oreilles). Le dernier toro a fait un tour de piste posthume. Ganadero est mayoral ont fait le tour d'honneur en compagnie de Pepe Moral.

Sortie du premier exemplaire de la corrida de Palha (Photo Anthony Maurin).

Une corrida dure, une corrida de toros, une corrida de chez les Portugais Palha. Cela faisait plus de 20 ans qu'ils ne s'étaient pas présentés sur le sable de la piste antique arlésienne, une éternité qui avait mise en manque l'aficion locale. Une corrida sans grand relief, sans réel combat mais avec toutefois quelques notes âpres et acides comme on aime le voir dans de pareilles circonstances. Prime au deux derniers pour leur allant à la pique.

Domingo Lopez Chaves (Photo Anthony Maurin).

Domingo Lopez Chaves était le chef de lidia mais il a intégré le cartel en dernier, occupant la fameuse place du triomphateur laissée libre par l'empresa afin de mettre un peu de piment dans cette corrida. Certes l'Espagnol a coupé une belle oreille à Madrid mais à Arles il fera une simple vuelta. Il n'a pourtant pas démérité en affrontant le fier premier de la tarde. Des cornes, de la présentation, un fond de bravoure au cheval et du poids. Lopez Chaves a essayé plus que de raison, il a bien tué mais il état difficile de donner une récompense.

Domingo Lopez Chaves (Photo Anthony Maurin).

Lopez Chaves saluera directement au centre de la piste à l'issue de son second rendez-vous. Il avait brindé son toro à Victor Mendes, star portugaise retraitée de la tauromachie qui a connu des heures de gloire dans les arènes d'Arles. Malgré un bel effort à la muleta après la grosse cornada d'un subalterne aux banderilles, le belluaire ne s'en est pas sorti aux aciers. Il avait pourtant compris ce toro, il se l'était même mis dans la poche, prêt à lui couper une oreille. L'épée a flanché et le pavillon blanc n'est point tombé...

Octavio Chacon (Photo Anthony Maurin).

Octavio Chacon a passé le cap des 30 corridas cette année. Cela fait beaucoup pour quelqu'un qui s'est révélé il y a deux ans mais qui avait traversé un long désert juste avant. Avoir de nombreux contrats impose une rigueur, un savoir, un entretien physique et surtout mental. Ocatvio est sérieux mais l'émotion et la fatigue pèsent lourd actuellement. Rien de grave et malgré les quelques sifflets, il saluera après son premier duel. Trois piques de belle facture et une action limitée lors de la faena, les débats s'arrêtaient là faute de combattant.

Octavio Chacon (Photo Anthony Maurin).

Le calvaire se poursuit pour Octavio Chacon qui ne fera pas grand chose face au cinquième, mal lidié du début à la fin, le pompon ira au piquero qui, tombant de sa monture après la charge du cornu, s'est relevé en s'appuyant sur le manche de la pique plantée dans le toro...  Pas terrible comme truc mais c'est une astuce comme une autre ! En tout cas, les tendidos n'ont pas apprécié le geste. Ce toro de Palha semblait pourtant avoir accepté son sort et avait bien démarré la faena mais peu à peu il sombra dans l'inertie passive quand Chacon ne paraissait plus avoir envie de rien. Silence.

Pepe Moral (Photo Anthony Maurin).

L'homme qui a coupé des oreilles, le voilà. Enjoué à la sortie de son premier, Pepe Moral l'accueille fort bien au capote. Là, nous verrons trois belles piques et un véritable travail du piéton. Une faena léchée, précieuse parfois qui débouche naturellement sur une belle oreille (pas volée) devant un toro qui était sérieux mais qui n'a pas marqué les gradins alors qu'il aurait mérité, à minima, une sortie sous des applaudissements nourris, dommage.

Toro de Palha gratifié de la vuelta al ruedo à titre posthume (Photo Anthony Maurin).

C'est maintenant que la suite de l'histoire se teinte de gloire et de déception. Le palco a laissé tomber des mouchoirs, trop de mouchoirs. Deux blancs et un bleu sans que le public ne demande quoi que ce soit ! Enfin si, les tendidos demandaient une oreille pour récompenser la très belle prestation de Pepe Moral, c'est tout. Par contre, on a vu un grand tiers de piques avec trois puyazos en bonne place et un toro qui est venu de loin, de très loin, fracasser le caparaçon du cheval. De l'émotion, c'est ce que les gradins étaient venus chercher pour cette corrida, les voilà récompenser lors de l'ultime opposition. Formoso de chez Palha va rester dans les mémoires jusqu'à l'année prochaine, par contre, la vuelta du mayoral et de Joao Folque de Mendoça (le truculent propriétaire de Plaha), pas forcément.

Pepe Moral (Photo Anthony Maurin).
Torero dans lâme, El Rips était présent pour cette corrida de Palha (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

1 commentaire sur “ARLES EN FERIA Pepe Moral triomphe des Palha”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité