A la unePolitique

LE 7H50 de Jean-Michel Suau : « Roustan et Rivenq sont habités par la peur de perdre »

Jean-Michel Suau. Photo Objectif Gard

Dans l’attente de la grande réunion publique de « Alès citoyenne et rassemblée », prévue le 26 septembre prochain à l’espace Cazot (18h), l’un des fondateurs de ce mouvement, le communiste Jean-Michel Suau, revient sur ce début de campagne électorale avec beaucoup de prudence…

Objectif Gard : Vous êtes élu d’opposition à Max Roustan que vous avez affronté à plusieurs reprises. Que comptez-vous faire pour les municipales de 2020 ?

Jean-Michel Suau : Vous voulez savoir si je suis candidat ? Vous le saurez dans peu de temps. Mais pour l’instant, on est encore en réflexion.

La réflexion porte-t-elle sur votre nom comme tête de liste ? Pour certains, il est évident que vous devez repartir quand d’autres rappellent vos défaites successives face à Max Roustan pour chercher à vous écarter…

Vous aurez la réponse à cette question très prochainement, mais il faut comprendre que la vie politique a changé. Cette démarche citoyenne que j’ai contribué à mettre en route (Alès citoyenne et rassemblée, Ndlr), c’est le pari d’associer des gens qui ne sont pas engagés politiquement à un projet pour la ville. Il faut qu’ils puissent eux-mêmes contribuer à la politique de demain. Et ce processus sera lancé le 26 septembre à l’Espace Cazot.

Un mouvement similaire a été lancé en amont par le socialiste Arnaud Bord (Alès à venir, Ndlr). Vous parlez tous d’union de la Gauche. Pourquoi ne pas vous réunir dès maintenant ?

Je confirme qu’il est important et urgent de se rassembler. Là où il y a la volonté, il y a le chemin. Les mouvements Alès à venir et Alès citoyenne et rassemblée ne sont pas incompatibles. J’ai bon espoir que le rassemblement se réalise. Mais de notre côté, on a déjà plus de 350 personnes. On souhaite prendre ce qu’Alès à venir peut nous apporter. Je rappelle que notre mouvement est ouvert à tout le monde : aux communistes, aux socialistes, aux insoumis, aux verts et aux citoyens. Vous verrez que lorsque nous proposerons une liste, elle sera marquée par la présence de beaucoup de citoyens.

Est-ce que ce sera suffisant pour battre Max Roustan ?

On a un maire qui a 25 ans de mandat et qui essaie de préparer sa relève en le disant sans le dire avec un Christophe Rivenq dont son propre camp ne veut pas. Avec un Rassemblement national qui fera entre 12 et 15% et La République en marche qui prend des voix à Droite, ça fait une situation ouverte… Avec une Gauche unie, on peut se positionner sur un second tour.

Et ?...

Et avec un second tour, tout est ouvert. Mais vous savez, Max Roustan est quelqu’un qui a du flair. Il sent les choses. Pour qu’il annonce sa candidature en août, il faut qu’il y ait le feu à la maison. Roustan et Rivenq sont habités par la peur et la crainte de perdre. Et nous, on envisage de gagner.

Tony Duret & Élodie Boschet

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité