A la uneActualités

GARD RHODANIEN Bus, navettes, covoiturage, transport à la demande : UGGO sur les rails

Le service de transport de l'Agglo du Gard rhodanien UGGO a été lancé officiellement mercredi matin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le service de transport de l'Agglo du Gard rhodanien UGGO a été lancé officiellement mercredi matin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le réseau de transport de l’Agglo du Gard rhodanien, appelé UGGO (prononcez you go) a été officiellement lancé ce mercredi matin à Bagnols. Tour d’horizon des services et des nouveautés à venir.

Ça bouge du côté des transports dans le Gard rhodanien. Déjà, avec un nouveau nom : ne l’appelez plus Edgard, mais UGGO. Et là où Edgard était géré par le Département, UGGO est sous l’autorité organisatrice de l’Agglo du Gard rhodanien.

UGGO, c’est avant tout le transport scolaire, avec 28 lignes dédiées sur les 44 communes du territoire (des lignes qui restent ouvertes à tout public sous réserve qu’il reste une place disponible). « La rentrée s’est globalement bien passée », affirme le président de l’Agglo, Jean-Christian Rey, avant de préciser qu’au dernier recensement, « 3 590 élèves empruntent quotidiennement ces lignes. On arrivera peut-être à 3 700 lorsque les inscriptions seront finies. »

Les prix restent quant à eux inchangés à 70 euros par an et par enfant, « alors que ça coûte réellement 900 euros par an et par enfant à l’Agglo, note le président. C’est un choix de notre part en faveur du pouvoir d’achat des familles. » La ligne régulière gérée par UGGO, Bagnols/Cèze-Montclus, perd quant à elle une rotation en semaine, pour en gagner une le samedi.

Hors des bus, deux aires de covoiturage sont créées : une sur le parking du Champ de mars, à Pont, et une au parking de la Cèze, à Bagnols. Des aires symboliques, de six places chacune, avec un but rappelé par Jean-Christian Rey : « lutter contre l’’autosolisme’ », comprendre les voitures circulant avec une seule personne à bord, leur conducteur. « C’est bon pour les usagers et pour la planète », estimera le maire de Pont, Claire Lapeyronie. « Le début d’une nouvelle ère avec l’Agglo, celle du transport urbain », affirmera le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet.

Le vice-président de l'Agglo du Gard rhodanien, Christophe Serre, le maire de Pont-Saint-Esprit, Claire Lapeyronie, le maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet, et le président de l'Agglo du Gard rhodanien, Jean-Christian Rey (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une « nouvelle ère » matérialisée notamment par la navette gratuite de 22 places qui va desservir Bagnols à compter du 1er janvier 2020. Il s’agira d’une boucle, ponctuée d’une quinzaine d’arrêts, avec une rotation toutes les trente minutes, « avec pour point de base le parking de covoiturage de la Cèze », précise Jean-Christian Rey.

Par exemple, il sera plus facile de se garer au parking de la Cèze et de prendre la navette pour se rendre au centre hospitalier, dont le parking est sans cesse saturé. La navette desservira aussi les deux supermarchés de la ville, Pôle emploi, la gare ou encore le pôle médical. Une deuxième navette sera mise en place à Pont-Saint-Esprit à partir du 1er janvier 2021, après les travaux de l’entrée sud. Dans les deux villes, il s’agit d’un test d’un an dans un premier temps.

Navettes toujours, mais côté professionnel : dès janvier 2020, deux navettes desserviront les zones de Berret et de l’Euze, à raison de deux navettes le matin et de trois le soir. Pour le PRAE Marcel-Boîteux, l’ICSM et Port l’Ardoise, une navette va être testée en fonctionnement toute la journée. Ces navettes seront gratuites pour les salariés de ces zones, mais pourront être utilisées par tout le monde, à condition de payer 1,50 euro.

Notez que le réseau UGGO sera « connecté aux autres réseaux, avance le président de l’Agglo. Nous travaillons sur l’inter-opérabilité, les prix ne sont pour l’heure pas complètement fixés. » La fourchette de prix devrait être autour de 45 euros par mois pour relier Avignon à Bagnols/Cèze, et inversement, par exemple, en liaison avec le réseau TCRA.

Côté transport solidaire, destiné aux bénéficiaires des minima sociaux et aux seniors de plus de 65 ans, les choses vont évoluer au 1er janvier 2020. « Le transport solidaire devient le transport à la demande, mais vers Pont-Saint-Esprit et Bagnols uniquement, conformément à la demande », explique Jean-Christian Rey. Le tarif restera à 1,50 euro, dans la limite d’un aller/retour par semaine. Par ailleurs, notez que ce transport à la demande est effectué par un véhicule hybride.

Le tout « pour permettre de réduire le nombre de voitures sur les routes, et pour un meilleur respect de l’environnement », affirme Jean-Christian Rey.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Des entreprises locales : la compétence transport de l’Agglo est assurée par la société Trans Gard rhodanien, créée par les Autocars Faure (Bagnols), Auran (Pont-Saint-Esprit), Arlaud (Laudun-l’Ardoise) et les taxis Raoux (Bagnols). L’enveloppe globale se monte à environ 5 millions d’euros.

Infos pratiques : renseignements et vente de tickets et d’abonnements à l’agence commerciale UGGO, 7 esplanade André-Mourgue, à Bagnols, à l’Office de tourisme de Bagnols, avenue Léon-Blum, au tabac Billaud, 3 rue de la Liberté à Pont-Saint-Esprit, à l’Office de tourisme de Pont-Saint-Esprit au 162 avenue Kennedy et enfin à l’Office de tourisme de Goudargues, 4 route de Pont-Saint-Esprit.

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité