A la uneActualités

GRAND AVIGNON Le « tramway du bonheur » sur les rails

Ce samedi matin, lors de l'inauguration du tramway du Grand Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’inauguration du tramway du Grand Avignon s’est tenue ce matin en présence de Mireille Mathieu et d’aucun ministre.

Un projet à 117 millions d’euros tout de même, pour une ligne de 5,2 kilomètres et dix stations, reliant le quartier de Saint-Chamand à Saint-Roch, et deux lignes de bus à haute-fréquence Chron’hop, reliant Le Pontet à l’hôpital et Saint-Lazare à Agroparc. Deux lignes qui seront mises en service à la fin de l’année.

Pour inaugurer son tram’, l’Agglo avait prévu un grand raout avec entre autres la ministre des Transports Elisabeth Borne et les secrétaires d’État Brune Poirson et Jean-Baptiste Djebbari. Las, la pluie annoncée, qui n’est finalement pas tombée pendant l’inauguration, a amené les organisateurs à réduire sensiblement la voilure. Et ni la ministre, qui était pourtant à Piolenc hier, ni les deux secrétaires d’État n’ont fait le déplacement, pour des raisons probablement plus liées à des considérations politiques qu’à un problème d’agenda, selon plusieurs sources sur place.

Ce samedi matin, lors de l'inauguration du tramway du Grand Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Reste que l’invitée de marque de cette cérémonie était là, et bien là : l’inusable Mireille Mathieu, peut-être l’Avignonnaise la plus connue au monde, choisie comme marraine du tram’ —dont une rame est à son effigie— qu’elle rebaptisera « le tramway du bonheur ». « Une Mireille Mathieu, ça vaut largement trois ministres », lancera au micro le président du Grand Avignon Patrick Vacaris, après avoir aussi déploré l’absence de parlementaires vauclusiens lors des discours.

« Tramway du bonheur », donc, sans doute pas exactement le qualificatif auquel la maire d’Avignon Cécile Helle aurait spontanément employé, même si elle finira par le reprendre à son compte. « Il n’est jamais simple de s’exprimer sur un projet qu’on n’a pas souhaité ni voulu », soulignera la première édile, qui avait voté contre le projet en 2015, lui préférant un bus à haut niveau de services comme à Nîmes.

Ce samedi matin, lors de l'inauguration du tramway du Grand Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Reste que la démocratie a parlé, et que le Grand Avignon a voté majoritairement pour le projet. Alors la Ville a fait avec : « nous nous sommes engagés tout au long des 28 mois de travaux, non pas pour ralentir, mais pour accompagner les travaux », rappellera la maire. Préférant voir le bon côté des choses, elle soulignera ensuite l’amélioration de l’offre de transports en commun et le désenclavement de la rocade et de Saint-Chamand apportés par le tram’, des points aussi mis en exergue dans les autres prises de parole.

En revanche, Cécile Helle insistera sur l’importance de la liaison est-ouest, véritable Arlésienne locale, attendue de pied ferme et évoquée également par le président de la Région Sud PACA Renaud Muselier (« vous l’aurez, on va la demander au gouvernement ! ») et par le préfet Bertrand Gaume (« J’ai entendu le message, les crédits de l’État sont là pour la tranche 1 de la phase 2, d’ici le début de l’année prochaine les choses vont s’engager pour que la LEO soit réalisée. »).

Pour revenir au tramway, Patrick Vacaris rappellera qu’il ne s’agit non pas d’une nouveauté, mais d’un retour, Avignon ayant eu un tramway de 1899 à 1932, sur 17 kilomètres à l’époque. Le tram’ d’aujourd’hui a une ligne trois fois plus courte, mais deux lignes de bus à haute fréquence. Et il ne s’agit pas d’un projet du siècle dernier, ni de celui d’avant : « Le XXe siècle était celui de l’automobile et du recours massif aux énergies fossiles, mais c’est fini, la transition écologique est une réalité », lancera Patrick Vacaris, avant de remercier tous les financeurs du projet, à savoir l’État, la Région Sud PACA, le Département de Vaucluse et même l’Europe.

Mireille Mathieu chanté lors de l'inauguration du tram' du Grand Avignon, ce samedi matin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pas de quoi captiver la salle du centre de maintenance du tramway dans laquelle se tenaient les discours, pleine comme un oeuf ce midi, les élus et le préfet ne pouvant pas rivaliser avec Mireille Mathieu. Prenant le micro sous les applaudissements, la chanteuse s’emmêlera dans son discours, où elle se dira « particulièrement émue » d’être marraine du tram’ de sa ville natale. Finalement, alors que ce n’était pas prévu, Mireille Mathieu chantera un passage de ses mythiques Mille colombes. Le public nombreux applaudira comme s’il n’était venu que pour cela. Quelques minutes après, le tramway a officiellement ouvert aux usagers.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité