A la uneActualitésSociété

VENDREDI GOURMAND Les chocolats Courtin pour manger plus sain et serein

La boutique située au 5, square de la Bouquerie, à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

En bons Gardois, nous avons nos petites habitudes gourmandes, des produits particuliers qui nous tiennent à cœur d'aller chercher là où nous sommes convaincus qu'ils sont les meilleurs. Cette rubrique propose, aux portes du week-end, de partir à la découverte de ces petits plaisirs comme autant de sources d'inspirations. Aujourd'hui on vous parle des chocolat Courtin à Nîmes.

Ouverte depuis la fête des mères 2019, la boutique du square de la Bouquerie fait l'unanimité. Et pour cause ! Ici, on y vend des chocolats un peu spéciaux. Si vous connaissez la maison Courtin de Sommières, vous avez la partie masculine de la société gardoise qui sévit avec talent dans le monde du chocolat. À Nîmes, vous avez la partie féminine.

Un magasin bien garni (Photo Anthony Maurin).

Lucrèce et Mathilde font face à William et Quenthin. Un vrai duel qualitatif pour une meilleure idée d'un travail aux multiples facettes. " J'ai vécu à Nîmes jusqu'à mes 14 ans. C'est un retour aux sources. J'adore Nîmes, c'est une ville dynamique. J'aime ce quartier. Il y a tous les commerces de proximité, les Jardins de la Fontaine et la Maison carrée à moins de 150 mètres ", entame Lucrèce Courtin, la chocolatière, qui travaille avec sa fille, Mathilde.

Les couleurs argent et bleu sont celles des filles (Photo Anthony Maurin).

Le chocolat, gourmandise parmi les sucreries, n'est pas un problème, loin de là. Ici on ne rigole pas avec le bien-être et l'aspect sanitaire de la chose. Les chocolats, tous les chocolats (c'est une rareté) sont estampillés "agriculture biologique".

Importées du Mexique, du Pérou, de Saint-Domingue, de République Dominicaine ou de Côte d'Ivoire, toutes les fèves sont garanties bio. Tout cela donne du chocolat noir et au lait avec une gamme spéciale pour les diabétiques qui peuvent à présent déguster ces gourmandises sans avoir de problème.

Au premier plan les vagues mais aussi quelques cadeaux pour faire plaisir (Photo Anthony Maurin).

" Nous sommes sensibilisés au diabète et avoir du chocolat bio est un vrai défi car cela n'existe quasi pas... Quand on se demande comment sera le métier de chocolatier dans quelques années, on pense forcément à la qualité et au mode de production, explique William Courtin, qui tient la boutique de Sommières qui travaille le chocolat classique. Nous avons aussi beaucoup de mal à trouver du beurre de cacao bio mais nous y arrivons à force de fouiller, de nous intéresser aux filières. Il faut se bagarrer, explorer et adapter les recettes. "

Pour Noël, quelques tests nîmois (Photo Anthony Maurin).

Les coups de cœur ? Ils sont  nombreux à vrai dire... Commençons par les pâtes à tartiner. Celles aux amandes, aux noisettes et celle qui mélange les deux. Celle au caramel et celle sans sucre toujours pour les diabétiques mais pas seulement ! Autre chose ? Pardi ! Les caramels au beurre salé avec amandes, noisettes, nougatines ou sésame. Il y en a même qui sont enrobés de chocolat noir, un délice.

La devanture de la boutique de Sommières, la plus ancienne des deux (Photo Anthony Maurin).

Ah... la nougatine. Croustillante et forcément sucrée, elle est à l'amande, à la noisette, à la graine de chia (à découvrir) mais aussi au sésame et elle est toujours composée de miel, de sucre et de fruits secs. Les bouchées aussi vous feront saliver. Il y en a une bonne trentaine comme celle qu'on appelle Napolitain (praliné de noisette avec noisettes hachées et cannelle). La ganache au café et le Gianduja au grué (fève concassée) sont aussi des immanquables. Celle au gingembre, citron et orange n'est pas mal non plus...

La magnifique boutique sommiéroise de la famille Courtin (Photo Anthony Maurin).

" Nous avons une quarantaine de recettes de bonbons au chocolat, une trentaine de variétés de tablettes, une trentaine de bouchées et six pâtes à tartiner. Le rayon des ménagères leur permet d'acheter du chocolat brut et en discutant un peu vous pouvez repartir avec des conseils ou une recette ! Le mieux, c'est que même avec la recette, les clients reviennent ! ", rigole William.

De l'art, de la technique... Courtin c'est aussi à Sommières (Photo Anthony Maurin).

Avec le chocolat, vous mangez un produit d'exception travaillé avec un savoir-faire identique depuis le milieu du XIXe siècle. Mais vous mangez surtout un produit qui fait rêver et qui a sa propre saisonnalité. Chez les Courtin, vous n'êtes pas au cœur d'un magasin franchisé, non... C'est en famille que les Courtin travaillent dans le Gard depuis des décades maintenant. Des artisans locaux qui transforment un produit de rêve en un met délicat et adapté à la vie du XXIe siècle.

Quelques délices à retrouver à Sommières (Photo Anthony Maurin).

Le chocolat, comme évoqué, c'est la gourmandise mais c'est aussi la simplicité ou le partage. Côté simplicité, les tablettes font appel à des souvenirs d'enfance, des saveurs connues et reconnues mais à redécouvrir comme une madeleine de Proust. " Les gens les veulent avec les carreaux prêts à couper, c'est comme cela qu'ils voient le chocolat ", poursuit William Courtin.

Une partie de la production du magasin de Sommières (Photo Anthony Maurin).

Après la gourmandise, donc, le partage et le cadeau. Produit de luxe, le chocolat s'offre comme des fleurs ou du bon vin. Les vagues réalisées par les Courtin (que l'on pourrait renommer Courtines tant les filles relient les deux monde) sont aussi belles que bonnes. C'est une composition, un tableau à chaque fois différent. " Nîmes est une ville de gastronomes. Il y a de belles tables. On y mange de bons produits, les gens ont du goût ! ", concluent les Courtin.

Le chaudron à Sommières (Photo Anthony Maurin).

Pour 20 euros, vous pouvez repartir avec un coffret de 250 grammes d'assortiment de chocolat ou une belle vague. Pour 40 euros, offrez un coffret de luxe et pour 80 euros, vous pourrez vous payer un chalet en chocolat pour les fêtes de fin d'année. En parlant de fêtes, les gourmets gourmands, petits comme grands, pourront s'offrir un calendrier de l'avent un peu différent : 24 précieux chocolats dans autant de petits écrins pliés main et sur un arbre magique pour moins de 40 euros.

L'enrobeuse à Sommières (Photo Anthony Maurin).

Le magasin de Nîmes au 04.66.29.02.31. Celui de Sommières au 04.66.35.32.04.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité