ActualitésCultureSociété

BEAUCAIRE Vincent Jarousseau, l’auteur du livre « Les Racines de la colère » à la rencontre des Beaucairois

Demain une rencontre sera organisée au Gambetta Café (photo DR)

ce mercredi le photographe et documentariste Vincent Jarousseau sera à Beaucaire à l'invitation du Rassemblement citoyen Beaucaire. L'occasion pour lui de parler de ses deux ans d'enquête à Denain (Nord).

Au printemps 2016, Emmanuel Macron, alors ministre de François Hollande, lance son mouvement En marche ! Le choix de ce nom est lourd de sens. C’est une injonction : il faut bouger pour s’en sortir.

Quelques semaines avant l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, le photographe Vincent Jarousseau s’est installé à Denain, petite ville de 20 000 habitants dans le Nord de la France, afin de suivre le quotidien de familles issues de milieux populaires pour qui la mobilité n’est pas toujours une solution.

Pendant deux ans, il a donné la parole à des personnes le plus souvent "invisibilisées" dans les représentations médiatiques. Il livre un documentaire en forme de roman-photo où tout est vrai. Chaque propos a été enregistré et retranscrit à la virgule près. Un format de livre qui était celui de son ouvrage précédent, « L'illusion nationale, deux ans d'enquête dans les villes FN », co-écrit avec l'historienne Valérie Igounet.

Ce livre (éditions Les Arènes) plonge le lecteur au cœur de ce qui a nourri et permis au mouvement des gilets jaunes d’émerger. "Les racines de la colère" montre le quotidien d'une France restée en marge dans ce qui était l'un des hauts lieux de la sidérurgie française devenue depuis, l'une des villes les plus pauvres de France.

Ce livre est composé de trois parties. La première évoque les vies mobiles. Ces hommes ou ces femmes que leur travail éloigne de chez eux (routiers, chantiers, livraison). Pour que cette vie soit vivable, il faut que les proches restent immobiles (emplois sociaux de proximité) et que les loisirs ou les vacances se déroulent dans un rayon très réduit.

La deuxième partie raconte les vies entravées. À cause de restrictions judiciaires (contrôles), de handicaps ou d'absence de permis de conduire, le sauf-conduit pour avoir un emploi. La troisième partie est consacrée aux vies immobiles. Très peu de déplacements, voire pas du tout, car ils ne peuvent acheter une voiture. Une vie d'expédients a chassé les promotions dans les centres commerciaux.

Vincent Jarousseau est né à Nantes en 1973, il est photographe-documentaire. Ses photos sont régulièrement publiées dans la presse nationale et internationale.

Franck Chevallier

franck.chevallier@objectifgard.com 

La rencontre se déroulera au Gambetta, à 19h, 14 cours Gambetta Beaucaire.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité