A la uneActualitésSociété

GARD Philippe Martinez : « La colère est là depuis longtemps »

Le syndicaliste était à Alès pour le congrès CGT des hospitaliers.

(Photo Anthony Maurin).

" Je souhaite que le mouvement soit plus important qu'en 1995 ", lâche Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, qui participait au travail du congrès des hospitaliers d'Alès. Le débat, pour lequel l'ensemble des agents de l'hôpital avait été invité, avait lieu ce jeudi.

Aux côtés de Romain Roux, Nicolas et Sonia André, les nouveaux membres du bureau de la CGT des hospitaliers d'Alès, le secrétaire général du premier syndicat de France prépare le terrain social des revendications. " Je suis là pour écouter. Vous savez, je vois tellement de gens qui parlent du travail et des conditions de vie mais qui ne vont pas voir sur le terrain ce qu'il s'y passe... On essaie, comme toujours avec ce Gouvernement, de diviser les gens mais les revendications sont les mêmes partout ! ", insiste le leader à la rutilante moustache.

Les élus CGT alésiens et, tout à droite, Philippe Martinez (Photo Anthony Maurin).

Du haut de son expérience le syndicaliste s'est rendu compte qu'il n'y a jamais eu autant d'argent pour tuer et faire la guerre plutôt que pour sauver des vies comme ici à l'hôpital. Pour le 5 décembre prochain, jour de mouvement de grève national, les choses se précisent et Philippe Martinez prévoit du lourd. " Il y a une vraie unité autour du mécontentement. Quelque chose se passe, c'est plus fort qu'en 2010 ou qu'en 2016. Le vrai signe vient des salariés non syndiqués qui nous appellent pour savoir comment participer à la manif ", poursuit Philippe Martinez.

Et le secrétaire général de reprendre : " Les jeunes, les anciens, le public, le privé... Tout le monde sera dans la rue et c'est la première fois depuis longtemps ! Nous le faisons pour les retraites mais nous n'abandonnons pas les revendications du quotidien autour de l'emploi, du chômage, des salaires... En province comme à Paris, les revendications sont identiques. "

Philippe Martinez (Photo Anthony Maurin).

À une semaine de la date décisive du 5 décembre, Philippe Martinez a rencontré hier le Premier ministre, Édouard Philippe. Fera-t-il comme Alain Juppé en son temps, à savoir faire un pas en arrière ? " Ils sont proches tous les deux... " Mais l'entrevue s'est-elle bien déroulée ? " Il n'allait pas me dire qu'il avait eu une révélation mais le 5 l'intéresse beaucoup. Je lui ai demandé si Jean-Paul Delevoy bossait encore car c'est une vraie cacophonie et le dialogue ne peut exister en l'état. Le Premier ministre doit recadrer ses troupes. Il le fera peut-être ce dimanche en séminaire ", s'amuse l'homme qui est syndiqué depuis 35 ans.

(Photo Anthony Maurin).

Philippe Martinez encourage à la poursuite du mouvement prévu début décembre. Une grève générale, prolongée et de tous secteurs confondus. Il paraîtrait que 25% des entreprises se posent d'ores et déjà la question. " Je souhaite que le mouvement soit plus important que celui de 1995 ! La colère est là depuis longtemps. Elle n'a pas de calendrier et cette année, il y a 400 000 pauvres de plus. En France, les inégalités se creusent... ", conclut Philippe Martinez qui a tout de même lancé quelques pistes pour la résolution du problème des retraites : mettre les femmes au même salaire que les hommes, la base. Enlever quelques exonérations fiscales aux plus grosses entreprises, augmenter les salaires (et le point d'indice des fonctionnaires) car ce sont eux qui financent les retraites... " Des solutions assez faciles qui ne coûtent rien et qui ne déstabilisent personne ! "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

4 réactions sur “GARD Philippe Martinez : « La colère est là depuis longtemps »”

  1. Les syndicats ne devront pas faire comme en 2003!!!
    Le 12 juin, un meeting CGT-FO se tient à Marseille. Un Blondel lyrique appelle de ses vœux une grève générale, ce qui ne lui coûte plus grand-chose. Thibault s’y refuse et se fait siffler par de nombreux militants. Mais le problème n’était pas seulement que la CGT ou FO n’aient pas clairement appelé à la grève générale, mais qu’ils aient surtout refusé délibérément de mener une politique de généralisation des grèves, de construction d’une épreuve de force véritable. Il ne fallait décidément pas compter, cette année-là, sur les confédés, mais sur les minorités militantes les plus combatives.
    Le petit moustachu Gaulois fera t-il pareil que Thibault….

  2. Philippe Martinez « oublie » de souligner qu’il a appelé à voter Macron. Bref.
    Au delà, nous serons nombreux en grève et en manif, non pour lui mais pour une certaine idée de notre société et que cela lui plaise ou pas, des élus, cadres, adhérents, sympathisants Rassemblement National seront au RDV le 05 à 14H30 au départ de la manif à Nîmes parce qu’il n’est en rien propriétaire de la chose.

  3. Il faut pas oublier que le FN, le RN et d’autres sont pour la suppression des cotisations sociales. Celles qui financent chaque jour les retraites des anciennes. Alors c’est qui les voleurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité