A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Comme tous les dimanches, Objectif Gard vous propose son cocktail d’indiscrétions politiques. Un digestif hebdomadaire à déguster sans modération !

À Nîmes, qui ramènera la coupe à la maison ? À quatre mois des élections municipales, le mercato politique bat son plein. Comme en football, chaque candidat veut constituer la meilleure équipe pour remporter le scrutin de mars 2020. À droite, le Classico (que beaucoup attendent…) se joue entre le maire Les Républicains, Jean-Paul Fournier, et son rival de toujours, le président centriste de Nîmes métropole, Yvan Lachaud. Dans cette partie, tous les tacles sont permis : l’attaquant Lachaud se félicite d’ailleurs d’avoir recruté dans son équipe « Nîmes en mieux » l’offensif Jalaguier, un ancien des Républicains. Du côté de « Choisissons Nîmes », l’équipe de Jean-Paul Fournier muscle son jeu. Dans les vestiaires de l’Hôtel de ville, il se murmure que l’édile est en passe de recruter l’ex-directeur sportif du Nîmes Olympique, Laurent Boissier, ainsi que le président de l’association du club, Yannick Liron. Faut-il y voir un petit pont glissé au président Rani Assaf, qui ne l’a pas suffisamment impliqué dans la reconstruction du stade des Costières ? Ou un signal envoyé aux électeurs-supporters attachés à leurs Crocos ? Quoi qu’il en soit, ces nouvelles recrues vont devoir faire leurs preuves. À l’aise sur la pelouse, le seront-elles sur le parquet de la direction des Sports, constituée de 180 agents et d’un budget servant à financer les 250 associations nîmoises ? Un bon sportif ne fait pas forcément un bon adjoint aux Sports… En tous cas, vous l'aurez compris : à Nîmes il va y avoir du sport.  

Le ciel s’éclaircit pour Xavier Douais ? Convoité par plusieurs candidats aux municipales nîmoises, le patron de la CPME du Gard réfléchit toujours à intégrer une liste. Les derniers événements aident toutefois le fils de l'ex-président de la Chambre de commerce et d'industrie dans sa réflexion. L'alliance entre le président centriste de Nîmes métropole, Yvan Lachaud, et Olivier Jalaguier, ne séduit guère Xavier Douais. Idem pour David Tebib, un peu trop proche à son goût du président de l'actuel CCI, Éric Giraudier. La proposition du maire Les Républicains de Nîmes, Jean-Paul Fournier, semblerait donc la plus séduisante. Réponse après la trêve des confiseurs.

Le préfet, organisateur de soirées ! À la retraite, Didier Lauga pourra très certainement se reconvertir dans l'organisation d'événements mondains. Mais attention, seulement pour la bonne cause... Vendredi 10 janvier, le représentant de l'État convie de grandes entreprises gardoises sous les ors de la préfecture. L'objet de la rencontre ? Un appel au mécénat pour la réfection de l'observatoire du Mont Aigoual, dont la première tranche a été chiffrée à 3,5 M€. Une réhabilitation rendue nécessaire par le passage du Tour de France en 2020.

OpeNîmes fait campagne dans le métro parisien. Encore mal joué pour l'agence économique de Nîmes métropole qui avait fait une campagne l'année dernière sur les chaînes de télévision du groupe TF1 (sans diffusion sur la première chaîne d'Europe) passée complètement inaperçue pour un montant de plusieurs centaines de milliers d'euros. Cette fois-ci, les génies de marketing territorial nîmois ont décidé de faire campagne dans le métro parisien du 18 au 24 décembre 2019. En plein pendant la grève liée à la réforme de la retraite. Avec de nombreuses lignes fermées, les 40 millions de contacts promis par la RATP ne seront certainement pas tenus. Est-ce que Nîmes métropole pourra exiger à son agence un remboursement ? Pourquoi pas, on le sait tous, les finances de l'Agglo sont dans une forme exceptionnelle...

Clap de fin pour les collaborateurs. Les départs sont légion après les échéances électorales dans les cabinets politiques locaux. Cette fois-ci du côté de la ville de Nîmes. Comme annoncé vendredi par notre titre, les premières démissions sont tombées. Cécile Barral, la directrice-adjointe du cabinet de Jean-Paul Fournier intronisée le 1er décembre 2018 est déjà sur le départ. Olivier Berlioux, son supérieur hiérarchique a déjà les valises dans le couloir. À L'Agglo de Nîmes, Jacques Prévost, directeur à la communication, compte les jours jusqu'au 15 mars. Avec un adjoint, Sébastien Chabanon, qui décide de tout, à distance et sans concertation, l'ancien journaliste n'a plus envie de résister. Un autre journaliste bien connu, François Martin, conseiller du président Lachaud devrait également faire ses valises après la campagne des municipales. Ce dernier aimerait bien, avant de mettre un terme définitivement à une carrière complète de journaliste et chef d'agence chez nos confrères de Midi Libre, apporter son concours à un projet éditorial.

Les mariés bien conduits. On le sait, Jean-Luc Chapon, le maire d'Uzès, compte bien y retourner en 2020. C'est en janvier qu'il officialisera sa candidature pour un nouveau mandat. Cette fois, il va s'allier avec Fabrice Verdier, l'ex-député PS du Gard. Le maire d'Uzès a prévu un deal à double tête : lui à la Ville et le socialiste à la communauté de communes. Dans cette affaire, une personnalité pèsera de tout son poids, le président du Département du Gard, Denis Bouad, ami de Fabrice Verdier et ancien opposant à Jean-Luc Chapon. Après avoir publié les bans, Jean-Luc Chapon en est persuadé : "Denis va nous conduire dans la voiture des mariés." Qui a dit que la politique n'était pas aussi une histoire d'amour ?

Règlement de comptes. « Tout vient à point à qui sait attendre ». Yvan Lachaud, le président de Nîmes métropole doit savourer avec gourmandise cet adage populaire. À la lecture de notre confrère Le Figaro, il a ainsi appris cette semaine que Louis-Roch Burgard venait d’être débarqué de la présidence de la Saur, troisième acteur français du traitement de l’eau. On se souvient des nombreuses apparitions à Nîmes de ce haut fonctionnaire, à l’occasion du renouvellement de la DSP (délégation de service public) de l’eau et l’assainissement. On se rappelle, aussi, de la rude bataille que celui-ci a menée à l’encontre de la décision d’Yvan Lachaud et de la Métropole concernant l’éviction du marché de la Saur au profit de Veolia. Les deux hommes, on le supposait, ne partiraient pas en vacances ensemble. Chacun jurant ses grands dieux de faire la peau à l’autre…. À ce petit jeu-là, l’histoire a donné raison au président de la l’Agglomération. Il faut dire que l’étoile de Burgard a pâli avec l’arrivée aux commandes de la Saur d’un nouveau fonds d’investissement suédois dont le conseil d’administration accueille, entre autres, Thierry Mallet, le PDG de Transdev (Tango à Nîmes). Ce dernier entretient, on le sait, les meilleures relations du monde avec Yvan Lachaud. De là à penser que les affaires de Burgard ne pouvaient qu’aller de mal en pis…

La rédaction

Les indiscrétions du dimanche font une pause bien méritées durant la trêve des confiseurs. Nous vous donnons rendez-vous en 2020 pour de nouvelles infos, toujours croustillantes. Passez de bonnes fêtes !

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité