A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Qualifié mais pas rassuré

Les Crocodiles se sont qualifiés pour les 16e de finale de la coupe de France en s’imposant à Tours (N3) 2-2 et 4-2 aux tirs aux buts.

L'ouverture du score de Briançon à la 24e (Photo MaxPPP]

Dominateurs dans jeu, les Nîmois ont dû passer par la séance des tirs aux buts pour arracher la qualification. C’est loin d’être rassurant. 

Embourbés dans une série de 13 matches sans victoire en ligue 1, les Crocodiles avaient oublié quel goût avait une victoire. C’est en coupe de la ligue qu’il fallait chercher pour retrouver le dernier succès. C’était face au Racing Club de Lens (L2) 3-0. Alors certes, cette qualification pour les 16e de finale de la coupe de France ne serait être une référence sportive, mais elle a le mérite d’éviter une nouvelle désillusion au Nîmes Olympique.

À Nîmes le ballon, À Tours l’occasion

L’après-midi avait débuté par une minute d’applaudissements respectée en hommage à Nathaël Julan, le joueur de l’En Avant de Guingamp (L2), disparu dans un accident de la route vendredi. L’entame de la rencontre était intéressante coté Nîmois, avec une logique maîtrise du ballon. Mais Tours jouait à merveille son rôle de « petit », en compensant ses manques techniques par beaucoup d’engagement. Dans la pure tradition de cette légendaire compétition. Les Tourangeaux tentaient d’exploiter les coups de pieds arrêtés. Ce qu’ils faisaient avec pas mal de talent. Tant et si bien qu’un coup franc de Hidasse tendu au premier poteau, mettait la panique dans la défense des Crocodiles. Le ballon sortait des seize mètres, puis il revenait et Gonzalez seul au second poteau ratait le cadre (11e). L’avertissement était sans frais, mais la leçon était à retenir. De leur côté, les Nîmois avaient cadré deux fois par Ferhat (9e et 12e) mais les tirs n'étaient pas assez appuyés pour tromper Cointard. Valls avait aussi eu son occasion, mais là encore il n’y avait pas assez de puissance (14e).

Briançon ouvre le marque et Da Silva lui répond

Le compteur des Nîmois allait tout de même se débloquer, quand sur un coup-franc tiré par Ferhat, Ripart était trop court, mais pas Briançon qui reprenait le ballon aux six mètres pour ne laisser aucune chance à Cointard (0-1, 24e). Le capitaine des Crocodiles, qui avait déjà marqué le dernier but du NO en 2019, réussissait le premier de 2020. Il venait surtout de casser l’ambiance, et on se disait que les « Rouges » avaient fait le plus difficile. C’était bien mal connaître la magie de la coupe. Ce que les « Ciel et noir » ne tardaient pas à rappeler à leurs visiteurs du jour. Camara, intenable sur son côté droit frappait au but, le ballon était détourné par Bernardoni, mais le gardien Nîmois, masqué, devait s’incliner sur la reprise de Da Silva, à ras du poteau (1-1, 38e). Le Stade de Vallée du Cher exultait comme à ses plus belles heures. Dommage, car 30 secondes avant l’égalisation, sur un centre de Ripart, Landre était à deux doigts de doubler l’écart (37e). À la pause tout était à refaire pour Nîmes, dont les 45 première minutes, en 5-3-2 n’étaient pas vraiment rassurantes.

Ripart a relancé les Nîmois au retour des vestiaires (Photo via MaxPPP]

Un penalty bienvenu

Au retour des vestiaires, Deaux était fauché par Gonzalez à l’entrée de la surface de réparation et monsieur Turpin n’hésitait pas à accorder un pénalty que Ripart transformait (1-2, 51e) sans le célébrer. L’attaquant Nîmois avait sans doute compris qu’il ne fallait pas crier victoire trop vite. Ce que les Crocodiles auraient pu faire si Landre n’avait pas échoué sur Cointard (58e). Mais la tempête allait s’abattre sur la défense Nîmoise. Après un sauvetage de Ripart (61e) et un autre de Bernardoni (62e), la digue gardoise cédait quand Camara, parti dans le dos la défense de Nîmes, crochetait Bernardoni pour marquer dans le but vide (2-2, 65e). Cinq minutes plus tard, Camara et Mahamat partaient dans une contre-attaque à deux face au seul Landre, heureusement les attaquants Tourangeaux ne s’entendaient pas. Les Nîmois étaient fébriles et les Indroligériens commençaient à donner des signes de fatigue. Mais il n’en reste pas moins vrai que le Nîmes Olympique était contraint à jouer une prolongation par une équipe évoluant quatre divisions en dessous d’elle (N3).

Valerio envoi Nîmes en 16e

Ce n’était déjà pas glorieux et il fallait éviter le naufrage. Alors tour à tour Stojanovski (111e), Landre (114e) et Denkey (118e) tentaient leur chance. Cointard arrêtait, détournait et repoussait toutes les occasions. Il fallait passer par la séance de tirs aux buts pour départager les deux équipes. Paquiez ratait le sien mais pas Briançon, Stojanovski, Denkey et Valerio qui marquait celui de la qualification (4-2). Les Crocodiles sont passés par le très petite porte, mais ils sont passés. C’est bien là l’essentiel. Les Nîmois participeront au 16e de finale de la coupe de France, pour la première fois depuis 2011. Il était temps. Les joueurs de Bernard Blaquart connaîtront leur adversaire lundi soir, à l’issue du tirage au sort qui se déroulera à 20h15 (sur Eurosport 2). Les matches se joueront les 18 et 19 janvier, entre la réception du Stade Rennais Football Club et le déplacement sur le terrain de l’Association Sportive de Saint-Etienne.

 

32e de finale de la coupe de France.

TOURS FOOTBALL CLUB (N3) – NÎMES OLYMPIQUE (L1) 2-2 (après la prolongation et 2-4 aux tirs aux buts)

Stade de la Vallée du Cher. Mi-temps : 1-1. Fin du temps réglementaire : 2-2. Spectateurs 3 510. Arbitre : M. Turpin. Buts pour Tours : Da Silva (38e)et Camara (65e). Buts pour Nîmes : Briançon (24e) et Ripart (51e, sp). Avertissements à Tours : Peron (45e) et Perraguin (66e). Tirs aux buts réussis pour Nîmes : Briançon, Stojanovski, Denkey et Valerio. Tirs aux buts raté à Nîmes : Paquiez. Tirs aux buts réussis pour Tours : Mouangue et Dugain. Tirs aux buts ratés à Tours : Hidasse et Sa Silva.

Tours : Cointard – Perraguin, Gonzalez, Tison, Mouangue – Gassama (N’Diaye, 106e), Péron (cap), Da Silva – Camara (Dugain, 88e), B. Mahamat, Baldé (98e), Hidasse. Remplaçants non utilisés : Goda (G), C. Mahamat, Condore et Jaki. Entraîneur : Nourredine El-Ouardani.

Nîmes : Bernardoni – Landre, Briançon (cap), Martinez, Miguel – Fomba (Valerio, 90e), Deaux (Paquiez 99e), Valls – Ferhat (Stojanovski, 109e), Ripart, Philippoteaux (Denkey, 80e). Remplaçants : non utilisés. Dias (G), Alakouch et Buades.

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité