A la uneFaits Divers

GARD Neuf mois de mystère pour la disparition de plus en plus inquiétante de Marie-Pascale Sidolle

(Photo : DR/Marie-Pierre Sidolle/Facebook)

Neuf mois, neuf mois de doute, d'angoisses et d'interrogations pour la famille de la disparue. neuf mois de mystère aussi...

Qu'est devenue cette employée modèle, mère de famille et grand-mère sans aucune histoire. Un profil lisse qui ne colle pas avec cette disparition de plus en plus inquiétante au fil du temps. Qu'est-il arrivée à Marie-Pascale Sidolle? Qui était l'homme vu dans sa voiture en train de quitter le centre hospitalier d'Avignon, avec la victime à ses côtés sur le siège passager avant ?

Une enquête pour  "disparition inquiétante" est en cours depuis le début des investigations et les actes d'enquête ont été nombreux. Ils continuent plus que jamais, mais aucun élément ne permet à ce jour aux gendarmes de la section de recherche de Nîmes de faire une toute petite avancée significative. Une évidence, la disparition de Marie Pascale Sidolle comme celle de Lucas Tronche près de là, à Bagnols-sur-Cèze, restent de nébuleuses énigmes.

Sa voiture conduite par un homme

Les faits sont à la fois simples et très inquiétants... Dimanche matin 14 avril, c'est sur le parking de l'hôpital Henri-Duffaut que le mère de famille a été aperçue pour la dernière fois. Il était près de 6h40 et elle devait prendre son poste d'aide soignante dans son service à l'unité oncologie-hématologie. Sa voiture est filmée par les caméras de l'établissement en train de pénétrer sur le parking du centre hospitalier, elle est seule au volant.
Mais chose incroyable, quelques minutes plus tard, le même véhicule sort de l'établissement hospitalier, il est conduit par un homme dont le visage n'est absolument pas identifiable. Marie-Pascale Sidolle est sur le siège passager avant. Mais, là aussi, difficile de percevoir si elle est inquiète, apeurée ou si elle est calme aux côtés de ce mystérieux conducteur qui n'a jamais été identifié depuis.
Pendant quelques minutes après cette surprenante sortie de l'hôpital, pour une salariée considérée comme "irréprochable, ponctuelle et sérieuse", sa voiture et son téléphone sont géolocalisés ou repérés. À 7h29, son téléphone borne "Chemin des Falaises", aux alentours de Pujaut, comme si elle revenait chez elle, à Roquemaure. Puis plus rien pendant plus de 24h et la découverte glaciale de sa voiture retrouvée calcinée la nuit d'après dans une impasse du quartier sensible de Monclar à Avignon. Depuis neuf mois l'enquête n'a jamais cessée sans parvenir à lever le mystère...

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité