A la uneActualitésSociété

NÎMES Dernières lignes pour le festival de la Bio…

(Photo Anthony Maurin).

Le Festival de la Biographie à Nîmes s'achève dans quelques heures, allez-y ! C'est à Carré d'Art, l'ambiance y est certes culturelle mais aussi sympathique et conviviale. On y voit de grands auteurs et des écrivains plus anonymes qui ne demandent qu'à être connus et surtout reconnus.

Pour cette dernière journée, les animations seront encore développées et permettront aux passionnés ainsi qu'aux néophytes d'approfondir leurs connaissances dans bon nombre de domaines. Ce qui est plaisant dans ce genre d'événement, c'est que la diversité de l'offre donne à voir un panel incroyable, généraliste et pointu.

(Photo Anthony Maurin).

Tous les styles, toutes les plumes, tous les rêves, toutes les réalités. De l'histoire, de la contemporanéité, de la musique, de la photographie, des couples mythiques car c'est le thème du salon et bon nombre d'autres centres d'intérêts variés.

Jean et Marie-José Tulard (Photo Anthony Maurin).

Le point commun ? La présence des auteurs. Des dédicaces pour les fans, des discussions pour les hâbleurs intellos et des selfies pour les plus modernes d'entre les curieux. Les émotions sont permanentes, pouvoir simplement approcher Edgard Morin, regarder Pierre Assouline à l'oeuvre, mater discretos Franz-Olivier Giesberg sous son chapeau, entendre la voix de Jean et Marie-José Tulard, papoter avec Éric Teyssier, se laisser envoûter par Christophe Ono-Dit-Biot, suivre l'accent de Babette de Rozières, voir lire Irène Jacob... Mais pas Hélène Carrère d'Encausse absente de dernière minute.

(Photo Anthony Maurin).

Si Carré d'Art ne vous convient pas, rendez-vous au cinéma le Sémaphore pour la carte blanche à Serge Moati. C'est à 10h45 que sera projeté le film " Les Quatre Cents Coups " de François Truffaut. La séance sera suivie d’une rencontre avec Serge Moati. Pour ceux qui veulent rester à Carré d'art, au grand auditorium sera projeté à la même heure " Jean Giono, une vie. " À 11h au petit auditorium, " Toute une histoire dans un tableau ", une rencontre jeune public avec Béatrice Fontanel, auteur de l'ouvrage, premier livre d’art à podcast, publié chez Gallimard Jeunesse.

Franz-Olivier Giesbert (Photo Anthony Maurin).

Poursuivons avec les rencontres au petit auditorium. À 14h, " Bacon et Giacometti " avec Anca Visdei et Franck Maubert, à 14h30, " Quand l’histoire prend des couleurs " avec Didier Le Fur et Xavier Mauduit. Au grand auditorium à 14h, rencontre avec Dominique Fernandez, de l’Académie française, auteur de  " Le piéton de Venise " (Philippe Rey), animée par Antoine Boussin. À 15h, rencontre-lecture avec la comédienne Irène Jacob, auteur de " Big Bang " (Albin Michel), animée par Thomas Rabino. Enfin et à 16h, une conférence de Ahmed Youssef, auteur de " Sylvestre II, le pape qui aimait Allah " (Dervy) sera au programme. À 17h15, " Parfum de Cuba " par Eliène Castillo Quartet, concert qui va clore les festivités.

Le magnifique et malicieux Edgard Morin (Photo Anthony Maurin).

Pour finir, quelques mots d'Edgard Morin, penseur de la complexité. Un seigneur de 98 ans, philosophe, sociologue, résistant, bref, un grand. " Le roman donne réalité à l’imaginaire. La biographie révèle le romanesque de la réalité. Les personnages de roman vivent en nous. Ceux des biographies ressuscitent en nous. Toute vie est romanesque c’est-à-dire singulière, aléatoire, dont le terme est celui de la tragédie humaine. "

Éternel dans son sourire et sa simplicité (Photo Anthony Maurin).

" Une biographie n’est pas que l’histoire d’une vie, c’est la réinsertion d’une vie dans l’Histoire et de l’Histoire dans une vie. Une biographie n’est pas un miroir, c’est une traduction, et toute vie relève de diverses traductions. Le biographe reconstruit/traduit une vie réelle en vie spirituelle. Son art relève aussi de la transe mimétique, qui va d’emparer du lecteur. "

Un vrai bon souvenir que de rencontrer un tel monsieur (Photo Anthony Maurin).

" L’autobiographie est-elle la meilleure ou la pire des biographies ? En chacun il y a à la fois connaissance intime de soi et mensonge à soi-même. La tentation est grande de sculpter sa propre statue. La sincérité de Rousseau n’exclut pas erreurs de mémoire et auto-justification. Nul n’est mieux ni plus mal placé que soi-même pour faire sa propre biographie. "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité