A la uneActualitésSociété

SAMEDI TOROS Retour audacieux pour Talavante à Arles

Juan Bautista explique ce choix et espère un grand mano a mano.

Alejandro Talavante ici en avril 2017 à Arles (Photo Archives Anthony Maurin).

Nous vous en parlions il y a quinze jours, la feria d'Arles 2020 est déjà sur les rails. Les cartels sont sortis mais restaient à définir quelques détails, notamment les ganaderias du mano a mano attractif entre Alejandro Talavante et Juan Leal qui aura lieu le 11 avril à 16h30.

C'est désormais officiel, le natif de Badajoz, Alejandro Talavante, fera son retour dans les ruedos à Arles et affrontera plus lourd qu'habituellement. Oui, le geste est fort même s'il est nécessaire pour la suite de sa carrière. Au côté du régional de l'étape Juan Leal, l'Espagnol a choisi Arles mais aussi un toro d'Adolfo Martin pour redémarrer son cycle taurin à venir.

" Depuis plusieurs années, nous entretenons une bonne relation. Il était présent lors de ma despedida alors qu'il ne toréait plus. Peu de temps après, en octobre, j'ai été un des premiers à savoir qu'il allait revenir. C'est lui qui m'a dit qu'il voulait faire son retour à Arles et tout concordait parfaitement pour qu'il le fasse " affirme Juan Bautista, Jean-Baptiste Jalabert, directeur des arènes d'Arles.

Le samedi 11 avril, après la course camarguaise de la veille, les toros espagnols débouleront à Arles. Sur le sable de la piste, deux ganaderias mais trois fers différents se partageront l'affiche. Adolfo Martin, donc, mais aussi des élevages plus souples et nobles comme Garcigrande et Dominigo Hernandez.

2 des 8 Adolfo Martin que Sébastien Castella a toréé en 2016 à Nîmes lors d'un solo (Photo Archives Anthony Maurin).

Alejandro Talavante aimerait-il signifier à l'aficion et à ses compañeros de cartels qu'il est vraiment de retour et qu'il tient à sa place de maestro de caractère ? Songe-t-il a se lancer des défis plus toristas ? Souhaite-il mesurer sa classe intemporelle au génome combatif des Adolfo ? Lui, que l'on classe parmi les artistes du toreo, est-il en passe de devenir un belluaire revanchard ?

" Alejandro voulait un cartel original et différent tourné vers le futur. L'idée de mettre Juan Leal était naturelle car la compétition sera intéressant. Pour ce qui est des ganaderias, c'est plus récent. Nous devions garder le secret de son retour et donc, ne pas nous montrer dans des élevages. Je ne l'avais jamais fait mais l'occasion était belle. Il y a une semaine, on a fait le tour de quelques ganaderias. Tout le monde s'attendait à des fers plus conventionnels mais Talavante a tenu à prendre un Adolfo Martin. Cela plaira au public qui attendait son retour " poursuit l'empresa et matador de toros retiré.

Un duel gagnant-gagnant !

Si vous voulez la réponse, nul ne saurait vous conseiller mieux que d'assister à cette course bien rematée. Avec une audace partagée, ce mano a mano promet monts et merveilles pour ce début de feria. D'un côté, une figura qui revient de blessure et qui choisit un costaud, de l'autre, un diestro qui a su, l'année dernière, se jouer la vie et se profiler dans les cornes des toros sortant dans les plus grandes arènes. Blessé et re-blessé, Leal n'a jamais abandonné. Il a très bien fini sa temporada et va la commencer tout aussi bien.

" Talavante fera à Arles sa première corrida depuis un an et demi. Il y a longtemps qu'il se prépare chez lui, au campo. Son toreo a évolué mais ce sont les toros qui décideront s'il pourra le montrer. Je me rappelle, quand je me suis arrêté, j'avais moi aussi évolué, c'est normal quand on prend un peu de recul et qu'on a le temps d'analyser mieux les choses " assure Jean-Baptiste Jalabert.

Juan Leal ici à Arles en septembre 2018 (Photo Archives Anthony Maurin).

Si le choix de deux Adolfo est surprenant, celui d'assurer avec quatre pupilles de Garcigrande et Domingo Hernandez l'est moins. Oui, le public aura tout à gagner s'il fait le déplacement car si les Adolfo sortent bien, il se bardera. Si c'est le cas contraire, la tentative aura été courageuse.

" Je place beaucoup d'espoirs dans cette corrida mais rien ne sera facile car tout est surprenant. Alejandro Talavante est sincère et différent, c'est là qu'il pourra faire la différence avec d'autres figuras... " conclut Juan Bautista.

Les Adolfo, de souche Albaserrada, sont gris, âpres au combat mais peuvent s'avérer de nobles collaborateurs. Si le torero parvient à fixer la course du cornu dans sa muleta, s'il arrive à trouver la distance et surtout à éviter un retour trop précipité de la bête, le spectacle sera garanti et l'émotion au rendez-vous !

Le sobresaliente sera Miguel Angel Sanchez, un habitué des courses de Tomas, Luque, Perera ou encore Talavante qui a dû suggérer son nom à l'empresa Jalabert, quid de Jérémy Banti qui réalisera cette année ses derniers paseos... Billetterie ici par abonnement dès lundi, le 9 mars en vente séparée. Téléphone 08.91.70.03.70.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité