A la uneActualitésHandballSports GardUSAM

USAM Les choses sérieuses commencent

Après avoir éliminé les Hongrois de Csurgoi au tour précédent, les Nîmois débutent la phase de poules par un périlleux déplacement à Mannheim en Allemagne.

Les Nîmois ont pris leurs repères hier dans la GBG Halle (photo Norman Jardin)

Face à Rhein-Neckar Löwen, un des meilleurs clubs de la Bundesliga, la Green-Team ne partira pas favorite et il lui faudra être solide pour résister aux Allemands.

Mannheim : son château baroque, ses façades art nouveau et sa faculté de médecine. C’est dans cette ville allemande que l’USAM jouera cet après-midi, à 17h, sa première journée de la phase de poules de la coupe EHF (Fédération Européenne de Handball). Mais ce n'est pas pour faire du tourisme que Nîmes est partie en Allemagne, mais bien pour ramener un bon résultat. « C’est une équipe historique de la Coupe d’Europe composée de grands talents. Nous sommes heureux de démarrer comme ça, la symbolique ne pouvait pas être plus forte. Nous avons fait la meilleure préparation avec le match contre Chambéry avec une victoire autoritaire. Ce sont pour ces moments-là que l’on travaille très dur. »

C'est avec le bus de Rhein-Neckar que les Nîmois sont partis à l'entraînement (photo Norman Jardin)

Dans cette ville industrielle de 300 000 habitants (482 000 avec l’agglomération), située à 140 kilomètres de la frontière française et de Strasbourg, le handball est roi. Rhein-Neckar Löwen, l’adversaire du jour, n’est pas n’importe qui. Régulièrement bien classé en Bundesliga (D1 allemande), ce club possède un solide palmarès avec deux titres de champions d’Allemagne (2016 et 2017), une coupe nationale (2018) et surtout une coupe EHF (2013).

La plus grande salle de Bundesliga, mais pas pour Nîmes

Les Lions (surnom du club) possèdent même la plus grande salle de Bundesliga avec la SAP Aréna et ses 13 500 places - soit presque quatre fois le Parnasse - qui est utilisée pour les grandes occasions. Les Nîmois n’y auront pas droit... Ils évolueront dans la GBG halle am Herzogenned, une salle bien plus petite, d'environ 2 000 places. Mais ce n’est pas plus mal car les fans locaux sont réputés pour être parmi les plus fervents du pays. Une ambiance que connait bien l’Usamiste Michael Guigou : « Par le passé j’y ai joué (avec Montpellier), une fois j’ai gagné et la dernière fois nous étions à quasiment à moins dix au bout de 15 minutes de jeu. »

Malgré tout, Rhein-Neckar Löwen n’est pas dans une période faste avec quatre défaites lors des sept dernières journées de championnat. Après un mois de trêve, les « Jaunes » ont repris par une désillusion à domicile face à Melsungen 30-33 et ils sont désormais à la sixième place de la Bundesliga. L’objectif affiché de décrocher une qualification pour la prochaine la ligue des champions a sérieusement du plomb dans l’aile, car il faut terminer aux deux premières places. La crise n’est pas très loin... Aux Nîmois d’en profiter !

L'USAM a toujours perdu en Allemagne

Pour l’USAM, après avoir éliminé les Hongrois de Csurgoi KK au troisième tour, les choses sérieuses commencent vraiment. Et le parcours est semé d’embûches. La coupe EHF entame sa phase de poules (quatre poules de quatre équipes). Pour se qualifier pour les 1/4 de finale, les Nîmois devront terminer premier ou parmi les trois meilleurs deuxièmes. Il y aura ensuite des 1/4 de finale en matches aller et retour (25 et 26 avril et 2 et 3 mai) et une finale à quatre qui se déroulera à Berlin les 23 et 24 mai. L’USAM est l'un des trois représentants français encore qualifié (avec Aix-en-Provence et Nantes). La Green-Team est dans la poule B et avec les Allemands de Rhein-Neckar Löwen, il y a aussi les Espagnols de Cuenca et les Danois de Holstebro. Un moment de la saison que le président David Tebib attendait depuis longtemps.

Le GBG halle a des petits airs de Pablo-Neruda (photo Norman Jardin)

Par le passé, l'Allemagne a toujours rimé avec désastre pour Nîmes. Le 10 décembre 1988, l’USAM chutait lourdement 23-13 à Magdebourg en 8e de finale (aller) de la coupe des Champions. Un plus tard, le 5 novembre 1989, les coéquipiers d’Alain Portes s’inclinaient à Grosswallstadt 24-15 en 8e de finale (aller) de la coupe des coupes. De très larges revers qui, à chaque fois, avaient été fatals aux Nîmois. 32 ans après, la bande à Rebichon est-elle capable de faire mieux que ses illustres prédécesseurs ?

Pour ce voyage, le staff nîmois a reconduit les 16 joueurs qui ont battu Chambéry (38-31), mercredi. Les absents sont Teodor Paul (blessé), Steven George (phase de reprise) et Ahmed Hesham, toujours en Égypte, qui attend le feu vert du consulat pour venir en France. Ce qui devrait être le cas dans le courant de la semaine prochaine.

Le groupe retenu : Desbonnet, Baznik; Nieto, Salou, Gallego, Padolus, Kaabeche, Nyateu, Dupuy, Acquevillo, Tobie, Prandi, Guigou, Rebichon, Tesio, Sanad.

Norman Jardin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité