ActualitésCulture

CONFINEMENT JOUR 15 Recommandation culturelle : « L’Institut » , énième chef-d’œuvre de Stephen King

Photo: Linda Mansouri

Puisqu’il faut rester chez soi en confinement, pour endiguer l’épidémie de coronavirus, Objectif Gard a décidé de vous proposer tous les soirs à 17 heures, une recommandation culturelle qui n’implique pas de sortir de votre salon. Place aujourd'hui au thriller angoissant : L'Institut. 

Le maître de l'horreur et du fantastique a encore frappé. Stephen King nous propose L'Institut, livre de quelques 600 pages à savourer au chaud à la maison. Au cœur de la nuit, à Minneapolis, des intrus pénètrent dans la maison de Luke Ellis, jeune surdoué de 12 ans, tuent ses parents et le kidnappent. Luke se réveille à l'Institut, dans une chambre semblable à la sienne, sauf qu'elle n'a pas de fenêtre. Dans le couloir, d'autres portes cachent d'autres enfants, dotés comme lui de pouvoirs psychiques. Que font-ils là ? Qu'attend-on d'eux ? Et pourquoi aucun de ces enfants ne cherche-t-il à s'enfuir ?

Hurler au scandale

Les quelques notes d'humour distillées dans les dialogues sont des bouffées d'oxygène. Des légèretés qui nous permettent un certain relâchement entre les pages les plus sombres. Ce roman réveille en nous ce profond sentiment d'injustice, qui nous incite presque à plonger entre les lignes pour rétablir la justice. Les enfants sont entièrement livrés à eux même, faisant l'objet d'expériences plus que douteuses, quelques fois à la limite de la décence. L'impunité du personnel nous prend aux tripes et suscite nos plus grandes rancœurs. L'envie nous dévore, saisir fermement ces marmots par le col et leur sommer de s'enfuir à la première occasion. Si seulement la tâche était aussi simple...

L'enfant, muse de King

C'est à se demander si Stephen King aime à voir souffrir nos chers bambins. Toujours aussi doué avec les histoires d’enfants, il inscrit L'Institut dans la lignée des oeuvres Ça, Charlie ou Shining. L'innocence de l'enfant l'inspire, cet être originellement bon, en proie aux pires sévices. Un être sensible, apte à ressentir ce que les adultes ne peuvent même pas percevoir. Comment rester de marbre lorsque l'angelot est au cœur d'une machination machiavélique. Un dispositif terrifiant vanté comme intérêt public, allant à contresens de la dignité humaine. King maltraite la différence au sein d'une société lisse et uniformisée. Le pouvoir de la pensé et les aptitudes surnaturelles sont un formidable terrain de jeu pour y construire un délicieux suspens. À quand l'adaptation sur grand écran ?

Linda Mansouri 

Le livre est disponible à la lecture numérique sur Amazon.

Etiquette

Linda Mansouri

Après un Master 2 en Communication, j'ai choisi d'intégrer un journal dans l’ère du temps et trait d'union entre les Gardois... Ma mission: inventer tous les jours de nouvelles façons de vous interpeller, de vous surprendre et de créer du lien avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité