A la uneFaits Divers

NÎMES Une retraitée tuée chez elle il y a une quinzaine d’années : nouvelles investigations pour un crime impuni

Une mamie avait été retrouvée égorgée chez elle, impasse de la Mariette à Nîmes. Depuis octobre 2006, le meurtrier court toujours...

impasse-mariette-nimes

Le juge d'instruction devait boucler cette enquête criminelle et ordonner un non-lieu faute d'avoir identifié un suspect. Mais le parquet de Nîmes a réclamé récemment, plus de 13 ans après le crime, de nouvelles investigations et notamment des expertises ADN complémentaires. Car le tueur a laissé dans la maison de la victime des empreintes bien visibles qui, à ce jour, n'ont pas mené vers l'auteur de cet horrible homicide.

Samedi 21 octobre 2006, comme tous les matins, un couple de retraités ouvre les volets et fenêtres de sa villa située impasse de la Mariette à Nîmes pour aérer leur belle maison sur les hauteurs de Nîmes. Quelques instants plus tard, un homme de 77 ans, appelle le standard du commissariat pour signaler l’enlèvement de son épouse.... Il est apeuré, confus, il explique une rocambolesque histoire d'enlèvement de sa femme. Mais qui pourrait en vouloir à ces retraités paisibles et sans histoire. Lorsqu'une patrouille de police vient vérifier les dires du mari ils découvrent l’épouse dans le garage.... Elle est à terre, tuée, égorgée !

Un voleur grimpe par la fenêtre et dérobe les cartes bancaires

Le mari raconte que dans la matinée, lui et son épouse ont vu apparaître à la fenêtre restée ouverte, un individu d’une vingtaine d’années, de type européen. Un voleur qui voulait obtenir les cartes bancaires et qui s'est mué en tueur. Le suspect menace le couple. Obtenant, les indications sur les codes des cartes bancaires, ce voleur a ensuite enfermé le septuagénaire dans un cagibi. L'homme de la maison ne sait pas à ce moment là où est passée son épouse.
Enfermé dans le noir, l’homme âgé parvient à s’extirper du recoin où il est prisonnier. Il cherche sa femme mais il ne la voit pas. C'est la police appelée à la rescousse qui fait la macabre découverte. Ce dossier aurait pu être résolu rapidement. Mais, quelques semaines après les faits, un enquêteur reconnaissait: « Dans cette affaire, l’agresseur a une chance inouïe ».

Le tueur retire de l'argent dans le centre-ville, les caméras en panne

Avec les cartes bleues des victimes, l'égorgeur se rend dans deux distributeurs de billets différents situés dans le centre-ville historique de Nîmes. Les caméras de vidéo-surveillance des établissements bancaires, sont en panne pour certaines d’elles, ou fonctionnent très mal pour d’autres. Elles ne permettront pas de réaliser une photo suffisamment précise pour permettre l'identification de cet homme qui effectue des retrait avec la carte du couple victime.

L’individu est parvenu en plein centre ville de Nîmes à retirer deux fois 150 euros. Une caméra de la ville était également positionnée face à une banque. Mais là aussi, la chance échappe aux enquêteurs. La caméra avait disjoncté quelques heures auparavant à cause d’intempéries survenues sur Nîmes.

Le dernier élément et pas des moindres en possession des enquêteurs reste un ADN masculin retrouvé à plusieurs endroits de la maison, notamment à proximité du cagibi où le retraité était enfermé. Un objet sur lequel l'auteur des faits se serait longuement appuyé.

Un ADN qui n'a pas permis de remonter au tueur

Mais plus de 13 ans après le crime, l’ADN n’a pas parlé, et les pistes s'amenuisent avec le temps. C'est sur cet échec que le magistrat instructeur ayant épuisé toutes les directions prometteuses voulait clôturer l'enquête. Mais le parquet de Nîmes a décidé il y a quelques jours par un réquisitoire supplétif de demander d'autres investigations et notamment de soumettre l'ADN du suspect numéro un à des vérifications supplémentaires. La science a beaucoup évoluée depuis 13 ans et la base de données regroupant les profils génétiques des délinquants a considérablement augmenté. Ces investigations permettront-elles de résoudre l'énigme du crime de l’impasse de la Mariette ?

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité