A la uneSociété

DANS LES COULISSES… du camping de l’Espiguette : une saison au rythme du covid

En forme de bateau, la piscine du camping de l'Espiguette a été créée pour cet été. (photo Boris Boutet)

Tout l'été, Objectif Gard vous entraîne dans les coulisses de lieux incontournables du département. Aujourd'hui, cap sur le camping de l'Espiguette, l'un des plus grands d'Europe avec ses 43 hectares et ses 2 000 emplacements. 

Animations en partie annulées, accès à la piscine limité à 50 personnes simultanément, nettoyage des parties communes renforcé : rien ne se passe vraiment comme d'habitude cette année au camping de l'Espiguette. "On est en perpétuelle adaptation, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire et des mesures à respecter, explique Maud Hubidos, directrice du camping de l'Espiguette. Même si ce n'est pas toujours évident, il est plus facile d'opérer des ajustements en hôtellerie de plein air que dans un établissement fermé." 

Pour cet été 2020, le maître mot est souplesse. "Les réservations affluent, mais les annulations aussi, indique-t-elle. Cette année, en raison du covid-19, nous avons dû être plus tolérants et proposer des annulations gratuites. Beaucoup de gens reportent plusieurs fois les dates de leur séjour. Ça nous demande un gros travail en coulisse."  En coulisse justement, 110 salariés s'activent pour maintenir à flot un camping qui vit une drôle de saison, au rythme du covid.

2,5 M€ investis pour le parc aquatique

Direction l'accueil d'abord, seul secteur du site où le masque est obligatoire. Ici tout est anticipé pour que les nouveaux arrivants passent le moins de temps possible à l'intérieur. "On essaye de travailler beaucoup en amont afin que les dossiers des clients soient constitués avant leur arrivée, détaille Maud Hubidos. Nous avons revu notre organisation cette année pour que tout soit optimisé."

Si la plage borde le camping de l'Espiguette, il faut prévoir une marche d'environ un kilomètre à travers les dunes avant de pouvoir se baigner. Pas de quoi décourager les vacanciers même si certains préfèrent parfois une escale au tout nouveau parc aquatique. "Il vient d'être refait à neuf et mis aux normes. L'inauguration date du 1er juillet", avance la directrice. Trois espaces sont désormais proposé :  des jeux d'eau pour les plus petits, des toboggans accessibles aux plus grands mais aussi aux enfants de plus d'un mètre vingt, et une piscine ouverte à tous.

Pour les plus petits, des jeux d'eau sont proposés à l'entrée du parc aquatique. (Photo Boris Boutet)

"Il s'agit d'un bassin de 25 mètres sur 7 de large, précise Olivier, le responsable du parc aquatique. L'Agence régionale de Santé nous contraint à disposer d'un minimum de 4 m2 pour chaque baigneur. Nous ne pouvons donc pas accueillir plus de 50 personnes dans la piscine simultanément.  Nous avons décidé de fonctionner par tranches de 30 minutes à l'issue desquelles la piscine est vidée, tourne à vide quelques minutes pour être désinfectée avant d'accueillir un nouveau groupe."

L'équipe de Michèle s'occupe du ménage dans les mobil-homes et de vérifier les inventaires. (Photo Boris Boutet)

En redescendant les allées, nous nous arrêtons auprès de l'équipe de Michèle. Composée d'une quinzaine de membres, c'est elle qui s'occupe du nettoyage des mobil-homes et de la vérification des inventaires. "Le planning des ménages est fait au jour le jour, explique-t-elle. Pour le week-end du 14 juillet, on attend jusqu'à 120 départs et autant d'arrivée le même jour. On devra être aidé par l'équipe qui s'occupe de l'entretien des sanitaires." 

Une équipe qui a été considérablement renforcée cette année en raison du covid. "On a mis le paquet de ce côté là en doublant les effectifs, abonde Maud Hubidos. Trois équipes se relayent matin, après-midi et soir afin que tout soit nettoyé et désinfecté en permanence. Si on a pris moins de saisonnier pour nos animations, l'augmentation du nombre d'agent de nettoyage fait que nous sommes finalement aussi nombreux que d'habitude." 

Sur une place au milieu du camping, une brasserie et des commerces pour se ravitailler. (Photo Boris Boutet)

L'une des fiertés de Maud Hubidos, c'est d'avoir su entretenir "l'esprit camping" au sein de ce site XXL.  Avec ses quelques 600 résidents permanents, qui disposent de leur espace à l'année pour installer leur mobil-home, l'Espiguette fonctionne comme un petit village. En son centre, une place regroupe divers commerces où les vacanciers peuvent se ravitailler et une brasserie pour prendre un verre ou déjeuner. Un village où une partie des saisonniers vit tout l'été, dans des chalets qui leurs sont réservés.

Le village des saisonniers. (Photo Boris Boutet)

Cap enfin sur le service technique et sa quinzaine d'employés. "Ici tous les corps de métiers sont représentés, indique Pierre, son responsable. Il y a par exemple deux électriciens, deux plombiers, un maçon et plusieurs personnes en charge des espaces verts. Hors-saison, nous nous occupons des travaux nécessaires au développement du site. Mais l'été, nous gérons surtout les urgences et le dépannage des vacanciers."

Pris dans le tourbillon des arrivées et des départs, les employés du camping n'ont pas le recul nécessaire à la réalisation d'un premier bilan. "Ce qui est certain c'est que nous avons perdu deux mois  d'ouverture que nous ne rattraperons pas, regrette Maud Hubidos. À l'heure actuelle, les taux de remplissage sont légèrement supérieurs à l'an passé. Mais on sait que tout est fragile et qu'il  suffira de pas grand chose pour les choses déraillent. Nos voisins des Pyrénées-Orientales sont touchés de plein fouet par le confinement de la Catalogne par exemple." 

Un projet de logements atypiques

Une situation fragile qui n'empêche pas la directrice de penser à l'avenir. "J'aimerais à terme qu'on puisse proposer sur place des logements atypiques, comme des yourtes, des cabanes ou des tipis, se projette-t-elle. Notre clientèle vit en moyenne à 280 kilomètres du Grau-du-Roi. Nous avons beaucoup de locaux qui viennent passer un séjour au camping de l'Espiguette. L'idée est de pouvoir leur offrir une véritable aventure au cœur de ce site classé "Natura 2000" et "Grand site de France". Plus qu'un simple camping, nous devons être un véritable laboratoire pour les nouvelles formes de tourisme." Avec ou sans le covid, le camping de l'Espiguette n'a décidément pas fini d'évoluer.

Boris Boutet

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité