A la unePolitique

PETITE CAMARGUE Qui est André Brundu, le nouveau président de la communauté de communes ?

André Brundu, le maire d'Aubord et président de la Communauté de communes de Petite Camargue. (Photo Boris Boutet)
André Brundu, le maire d'Aubord et président de la Communauté de communes de Petite Camargue. (Photo Boris Boutet)

André Brundu a été élu ce mercredi à la présidence de Communauté de communes de Petite Camargue (CCPC). Retour sur le parcours politique du maire d'Aubord. 

Il s'est présenté comme "l'alternative". Celui en mesure d'apaiser les tensions entre le maire de Vauvert, Jean Denat, et celui d'Aimargues, Jean-Paul Franc, en concurrence pour la direction de la CCPC. "Aucun des deux n'avait les voix pour être élu à la présidence, il fallait trouver un compromis, estime André Brundu. Nous avons discuté avec les maires du Cailar et de Beauvoisin et avons convenu qu'il ne fallait pas revivre la même situation qu'en 2014. Je leur ai proposé ma candidature et ils l'ont acceptée. Nous en avons ensuite parlé à Jean Denat qui est allé dans notre sens. Je voulais dans un second temps avoir une discussion avec Jean-Paul Franc mais l'information avait fuité. Il s'est vexé de l'avoir appris de cette manière." 

Au point de menacer, dès le conseil communautaire d'investiture, de faire sortir Aimargues de la CCPC si sa commune n'était "pas respectée". "Très franchement, je ne doute pas qu'Aimargues sera considéré au cours du mandat, rassure André Brundu. J'ai du respect pour Jean-Paul Franc et sa bonne gestion de la CCPC au cours du dernier mandat. Sa commune ne ramassera pas les miettes. Je prévois d'ailleurs de lui proposer la délégation de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire." 

Réélu avec 78% des voix à Aubord

Une délégation qu'André Brundu connait bien puisqu'il en avait la charge depuis 2001, date de la création de la CCPC. "Je crois que je suis le seul élu qui siège depuis sa création, sourit celui qui après avoir été vice-président pendant trois mandats accède enfin à la présidence. Je veux dépolitiser les débats. Je suis un homme avec des convictions issues de la Droite républicaine mais je crois qu'il faut aller au-delà des clivages quand on parle de politique locale."

Né à Aubord il y a 56 ans, André Brundu s'engage dès l'adolescence au sein du comité des fêtes du village. "En 1995, Alain Martin a fait appel à moi pour les élections municipales, se rappelle-t-il. Ainsi, dès l'âge de 30 ans, j'ai été nommé adjoint au maire." Festivités, finances, sécurité, André Brundu enchaine les délégations pendant 3 mandats, avant de se présenter comme tête de liste aux élections municipales de 2014 où il devance d'une cinquantaine de voix son rival Pierre Carpentier.

En 2020, l'écart se creuse considérablement entre les deux hommes et André Brundu l'emporte avec plus de 78% des suffrages, devenant ainsi l'un des maires les mieux élus du Gard. "J'ai été un peu surpris par l'ampleur du succès, reconnaît-il. C'est une grande fierté et cela prouve que je suis resté le même en tant que maire. Je suis quelqu'un de simple et de proche des gens." 

Grossiste en fourniture pour les bouchers-charcutiers

Grossiste en fournitures pour les bouchers-charcutiers, André Brundu s'apprête à réorganiser son emploi du temps afin de pouvoir se consacrer à la CCPC. "Je vais prendre quelqu'un pour m'aider, explique-t-il. Ainsi, je travaillerai le matin et j'aurai l'après-midi pour me consacrer à Aubord et à la Communauté de communes." Et de prouver une nouvelle fois à tout le monde son sens du compromis.

Boris Boutet

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité