A la uneActualitésPolitique

J’AURAIS VOULU… « Être menuisier-ébéniste », révèle Jean-Michel Perret

Le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas, Jean-Michel Perret, aurait voulu être menuisier-ébéniste. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas, Jean-Michel Perret, aurait voulu être menuisier-ébéniste. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas, Jean-Michel Perret, aurait voulu être menuisier-ébéniste. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Pendant l’été, chaque semaine, Objectif Gard vous propose la rubrique « J’aurais voulu ». Une personnalité gardoise nous raconte ce qu’elle aurait aimé pratiquer comme autre métier. Ce mardi, c’est au tour du maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas, Jean-Michel Perret.

Pour un homme qui aime à la fois les arbres et la politique, Jean-Michel Perret ne pratique pour autant pas la langue de bois. La notoriété de celui que tout le monde connaît dans le bassin alésien comme le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas a dépassé les rives du Gardon lorsqu’il a remporté, tel David contre Goliath, un référendum en 2016 sur l’implantation d’un golf dans sa commune que tentait de lui imposer son voisin, l’ogre alésien. Il donnera ainsi à Max Roustan une sacrée gueule de bois…

Jean-Michel Perret : « Le bois dégage une certaine sensualité »

« J’ai toujours aimé l’odeur du bois. C’est comme ça depuis l’enfance. La première odeur qui me revient, c’est celle du bois de cade. Un bois méditerranéen qui n’aime pas l’eau et qui ressemble au chêne vert. C’est parti de là », se souvient l’édile. Dans son enfance, le petit Jean-Michel apprend la débrouille aux côtés de son voisin, un agriculteur, chez qui il est tout le temps fourré. « Il fallait constamment innover, inventer et surtout trouver des solutions. J’ai toujours travaillé les matériaux. Mais le bois dégage un vrai parfum et une certaine sensualité », analyse cet amoureux du cèdre du Liban.

À l’école, Jean-Michel Perret envisage logiquement de s’orienter vers une filière qui pourrait lui faire toucher du doigt le bois. Mais ses parents refusent : « Ils m’ont fait le classique "passe ton bac d’abord !" Pourtant je crois que j’aurais bien aimé faire de la marqueterie (l’assemblage décoratif de pièces de bois précieux sur un fond de menuiserie, Ndlr), je me serais bien éclaté ». La vie le portera finalement vers d’autres univers. Touche-à-tout, le quinquagénaire a notamment été directeur de structure enfance-jeunesse et conseil en ingénierie financière pour l’industrie.

Aujourd’hui, totalement investi dans son mandat de maire, Jean-Michel Perret a mis sa passion de côté : « Paradoxalement, je n’ai jamais pris le temps de la vivre à fond. Je rêverais d’avoir une table de menuisier avec un rabot et une fraise ». Il n’en faut parfois pas beaucoup pour faire plaisir à un "hêtre" humain.

Tony Duret

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité