A la unePolitique

SOIR DE VICTOIRE 1998 : l’année de toutes les réussites pour Jean Denat

Jean Denat a véritablement lancé sa carrière politique en 1998. (photo Boris Boutet)

Tout l’été, Objectif Gard vous raconte les soirées de victoire de nos politiques gardois. Des moments particuliers à plus d’un titre, avec pour cette fois la victoire de Jean Denat aux élections cantonales de 1998. 

Il y a des années comme ça où tout vous réussi. Pour le maire de Vauvert Jean Denat, 1998 fut incontestablement une année faste sur tous les plans. Fan de football, il a été secrétaire général du club de sa commune avant de se lancer en politique, Jean Denat a bien sûr fêté comme tous les Français le succès des Bleus au mondial. Mais en 1998, qui fut aussi l'année de son mariage, Jean Denat a surtout vécu sa première victoire politique personnelle. Un succès acquis aux élections cantonales face à Pierre André, un ancien maire de Vauvert.

Professeur de technologie au collège de sa commune, membre du Parti socialiste depuis 1983, et longtemps engagé dans le milieu associatif, Jean Denat rejoint l'équipe de Guy Roca aux élections municipales de 1989. "J'étais son troisième adjoint aux Sports et au Festivités, détaille-t-il. Six ans plus tard, je suis devenu second adjoint à la Sécurité et j'ai vécu le drame des événements urbains." 

Un duel de professeurs

Une situation difficile loin de refroidir l'enthousiasme de Jean Denat qui propose sa candidature aux élections cantonales de 1998, pour affronter Pierre André, le conseiller général de Droite sortant. "Guy Roca ne voulait pas se représenter car il avait été battu par Pierre André en 1992, explique Jean Denat. J'avais 43 ans et j'y suis allé comme un outsider. C'était assez particulier car nous étions tous deux professeurs dans le même collège, lui de mathématiques, moi de technologie." 

"Ma campagne était très dynamique et j'en garde un bon souvenir, poursuit-il. Le Département était à Gauche et l'intérêt du canton était de faire partie de la majorité. C'était une élection différente des précédentes car j'étais candidat tout seul. Personne d'autre n'était exposé." À l'issue du premier tour, Jean Denat arrive en seconde position avec 26,95% des voix, juste devant le candidat du Front National Max Janin, 25,59%, et à distance respectable de Pierre André, arrivé en tête avec 30,4% des suffrages.

La photo officielle de campagne de Jean Denat pour les élections cantonales de 1998. (Photo DR)
Mais au second tour, la triangulaire est finalement favorable à Jean Denat qui bénéficie notamment des reports de voix d'une candidate communiste et d'un candidat écologiste, crédités chacun de 8% au premier tour. "La soirée électorale fut mémorable, confie le socialiste, qui s'impose finalement avec 42,61% des voix, contre 38,93% pour Pierre André. Toute la Gauche vauverdoise était réunie. La victoire était inattendue et mon cercle s'est agrandi au fur et à mesure de la soirée." 

Un tremplin pour la suite de sa carrière politique

Ce succès offre un véritable tremplin à Jean Denat pour la suite de sa carrière politique. "J'ai grandi au conseil général, estime-t-il. Je suis devenu vice-président et on m'a confié des responsabilités. Je suis un homme de terrain et je pense que le poste de conseiller départemental me convient mieux que celui de conseiller régional." 

Élu maire de Vauvert depuis 2014 et devenu président du Département la même année, Jean Denat gardera toujours dans sa mémoire cette année 1998 couverte de succès. "Elle a changé ma vie, reconnait-il. Si je n'avais pas remporté cette élection, la suite de ma carrière politique aurait été différente. Je n'aurai jamais eu la présidence du Département et je ne serai peut-être même pas devenu maire. Cette victoire m'a donné de la légitimité." Et des idées pour la suite.

Boris Boutet

Etiquette

2 réactions sur “SOIR DE VICTOIRE 1998 : l’année de toutes les réussites pour Jean Denat”

  1. Ses concurrents écologiste et communiste lors de l’élection cantonale ont un nom (Jean-Paul Cabanis et Mireille Roustan), pourquoi ne pas le donner ?

  2. Bonjour, il faudrait citer les noms de ses adversaires ralliés au second tour : Jean-Paul Cabanis et Mireille Jourdan. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité