A la uneActualitésSociété

LA RÉCAP’ Alexandre le poète, Kevin le raseteur, Max l’apiculteur, panique à Aquatropic : l’essentiel de l’actualité de la semaine

 

ici, c'est bien Alexandre Pissas, conseiller départemental et maire de Tresques, et non pas Françoise Laurent-Perrigot. (Photo : Coralie Mollaret)

Depuis la rentrée, tous les samedis à 19 h, Objectif Gard vous propose un nouveau rendez-vous sous la forme d'un flash-back sur les événements, petits ou grands, qui ont ponctué la semaine. C'est parti pour la Récap' !

Alexandre Pissas, ce poète. Cette semaine, c'est à Alexandre Pissas que l'on doit le proverbe du jour. Interrogé par notre collègue Coralie Mollaret sur ses déboires avec les instances nationales du Parti socialiste qui lui ont retiré son investiture pour les Sénatoriales, le conseiller départemental et maire de Tresques, a résumé à sa manière l'ingratitude dont fait preuve à son égard le président du conseil départemental et candidat pour lesdites élections sénatoriales, Denis Bouad, coupable à ses yeux d'amnésie. Là où d'aucuns auraient choisi "On n'est toujours mordu que par les chiens qu'on caresse", certainement plus amateur de langue verte que de métaphore canine, Alexandre Pissas s'est fendu d'un élégant "Fais du bien à Bertrand, il te le rend en caguant ! " qui, à défaut de le propulser au Palais du Luxembourg, pourrait lui ouvrir - sait-on jamais - les portes d'un cercle de poètes, de l'almanach Vermot ou celle de l'Académie de Nîmes. PS : (post scriptum, pas Parti socialiste !) Méfiez-vous des Bertrand !

Le centre Aquatropic (photo : DR)

Titanic Aquatropic ! Eau, rage, ô désespoir... La série noire continue pour Aquatropic. Après avoir déjà cumulé divers avatars depuis son ouverture (fuites en 2012, grève du personnel en raison des conditions de travail et de sécurité en 2018, changement de gouvernance...), le centre de loisirs aquatique appartenant à la ville de Nîmes a cette fois échappé de peu à un naufrage. Cette fois c'est la rupture d'une canalisation qui a manqué d'un rien de faire couler l'imposant dôme de verre et de bois. Grâce à la réactivité des services techniques et des pompiers - qui ont pompé l'eau durant deux jours ! - on a échappé au désastre total mais d’importants dégâts ont été constatés sur la machinerie du bassin et sur le dispositif électrique du bâtiment. Résultat : une nouvelle fermeture et des travaux pour une durée indéterminée. Quand ça veut pas...

Le monde de la bouvine a rendu un vibrant hommage à Kevin Bruguière (Photo : Ville de Vauvert)

La passion selon Kevin. "Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue." Cette citation d'Albert Einstein est plus que jamais d'actualité et prend tout son sens si l'on s'en réfère aux commentaires abjects, ignominieux et haineux qui ont fleuri sur les réseaux sociaux après le décès de Kevin Bruguière, ce jeune raseteur de 23 ans décédé jeudi dernier dans les arènes de Vallabrègues lors d'une course camarguaise. Bien cachés derrière leur écran, de courageux anonymes (qui confondent corrida et course camarguaise) se sont défoulés sans discernement en déversant leur fiel sur la dépouille encore fumante d'un jeune homme qui n'avait comme seul tort que sa passion pour son sport, les traditions camarguaises et les taureaux. On renverra ces incultes virtuoses du clavier, ces Mozart de la crétinerie à la sagesse de ce proverbe arabe : "Quand ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, tais-toi."

Le maire d'Alès, Max Roustan, procède à l'enfumage des ruches, assisté d'un agent (Photo C.M)

Max et les abeilles. Cette semaine, c'est dans un élégant costume de ville, qui contrastait avec la tenue de spationaute d'un agent du pôle Environnement urbain et paysage de la ville chargé de l'épauler, que le maire d'Alès et apiculteur émérite, Max Roustan, est venu officier pour la récolte de miel des ruches municipales. À cette occasion l'intéressé a fait la démonstration publique de sa grande maîtrise de la technique de l'enfumage. Au sein de l'opposition municipale on espère sûrement que la fine mouche politique cévenole se contente de la pratiquer sur nos amies les abeilles...

Philippe GAVILLET de PENEY

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité