A la uneActualitésSociété

NÎMES Les communistes soutiennent les salariés de Top Office

Les militants ont lancé la campagne nationale de défense de l'emploi en Ville active.

Le PCF et la CGT soutiennent la lutte des salariés de Top Office (Photo Anthony Maurin).

La chaîne de fournitures et de matériels de bureau Top Office se dit en danger. Sur le site de Nîmes, trois des 18 salariés sont menacés par un plan social.

Pour Stéphane Leroux, responsable CGT national de la branche commerce et salarié de Top Office, " Même les clients sont de plus en plus indignés ! Il faut dire que le Plan social annoncé est masqué par une restructuration. C'est une nouvelle manière de voir l'entreprise, le Plan social est devenu une véritable manne pour les employeurs qui licencient avec l'argent public... "

Et le syndicaliste d'expliquer, " Début juillet, le plan social a été annoncé. Six magasins doivent être tout comme 105 postes (NDLR et deux métiers). En fait, c'est vraiment une restructuration masquée. La CGT a fait le nécessaire et sur les six magasins, trois, au moins, sont " sauvables " car ils sont en croissance. Quatre millions d'euros ont été balancé dans un logiciel pour les vendeurs même si la direction dit qu'il n'a coûté qu'un million Elle semble oublier qu'avec les formations et les frais annexes ça fait bien quatre millions... Sur l'humain, par contre, on ne met rien ! "

Stéphane Leroux prend la parole (Photo Anthony Maurin).

Pour la chaîne Top Office, Stéphane Leroux annonce un mouvement colossal avec 70 % de grévistes ou en débrayage, une grande première. " Nous sommes face à une direction autiste qui veut dérouler son faux PSE. Ils tablent sur 60 vraies suppressions de postes et une quarantaine de replacements. La galaxie Mulliez est regroupée dans une autre société plus obscure encore et on nous dit qu'il n'y a pas d'argent ! Hier en réunion on nous a même dit que maman n'était pas responsable de ses petits... On nous fait passer des vessies pour les lanternes... "

À partir de 10h le 8 octobre prochain une journée nationale sera organisée avec un grand rassemblement devant le siège d'Auchan. " On va faire du bruit ! On sait aussi que Leroy Merlin, qui fait également partie de la famille, vend ses murs partout en France et va bientôt devoir payer des loyers à cette même galaxie ! Tout est artificiel, nous, on crée et on ne touche rien ! " ajoute Stéphane Leroux.

De face, Vincent Bouget parlant à Stéphane Leroux (Photo Anthony Maurin).

Étaient présents pour soutenir la grève et le débrayage des salariés des membres élus du PCF local. Sylvette Fayet, Vincent Bouget, Christian Bastid et Jeans-Luc Gibelin apportent leur soutien et montrent que toutes les strates (ville, agglo, département et région) sont concernées. " Une nouvelle fois, nous sommes soutenus par la Gauche. Merci au PCF d'être venu, j'invite tous les autres partis de Gauche, ceux qui ont conscience de l'existence des travailleurs, à venir nous rejoindre " conclut Stéphane Leroux.

(Photo Anthony Maurin).

Pour Vincent Bouget qui lance avec une semained'avance la campagne nationale de défense de l'emploi du PCF, " Nous avons déjà quelques propositions. Interdire les licenciements des grands groupes bénéficiants de fonds publics et instaurer un droit de contre-propositions des salariés et des habitants grâce à un fonds dédié, alimenté par un pôle public bancaire. Nous avons pour objectif zéro jeune au chômage, une hausse du Smic, des salaires, des pensions et des minima sociaux... "

Et l'élu nîmois de poursuivre et de conclure, " Top Office a touché 1,7 million d'euros du CICE (NDLR Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) depuis trois ans, ce groupe n'a aucune difficulté financière, c'est prouvé ! Des licenciements se préparent et les crises financière et sanitaire ont bon dos. Les pressions économiques mettent en péril de nombreuses familles, n'oublions pas les travailleurs qui en paient le prix. Sortons des logiques financières qui engraissent toujours les mêmes, parlons des vrais sujets ! "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité