A la uneCulture

UZÈS « Pourquoi s’acharner sur les lieux culturels ? » : le patron du cinéma le Capitole dans l’incompréhension

Jean Rochas, dans son cinéma le Capitole à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

En ce vendredi pluvieux de décembre, jour du 90e anniversaire du comédien uzétien Jean-Louis Trintignant, Jean Rochas, le propriétaire du cinéma le Capitole, à Uzès, n’est pas derrière son projecteur, mais dans le hall les outils en main.

« Je fais quelques travaux d’entretien, de l’amélioration, explique-t-il. Lors du premier confinement on a refait les peintures, là l’idée est d’égayer le cinéma, le rendre plus attrayant, parce que c’est une vieille dame. » Une vieille dame de bientôt 110 ans. « Le cinéma a ouvert en 1911, et n’avait jamais fermé jusqu’à mars dernier », souffle-t-il.

Si Jean Rochas fait des travaux, c’est aussi car il l’affirme : « on a besoin d’être ici, ça nous manque. » Être ici, dans son cinéma indépendant de trois salles, il imaginait, comme toute la profession, que ce serait à partir du 15 décembre. Las, la réouverture des cinémas comme des théâtres a été différée de trois semaines suite aux annonces du Premier ministre Jean Castex jeudi soir. « C’est la catastrophe », tranche Jean Rochas.

C’est qu’il avait bossé pour la préparer, cette très attendue réouverture, à une période de vacances de Noël qui représente, avec celles de la Toussaint, 25 % de son chiffre d’affaires. « J’ai travaillé une semaine non-stop sur la programmation, tout était prêt, imprimé, et programmé sur les réseaux sociaux », affirme-t-il en montrant des tableaux manuscrits sur lesquels il avait calé la programmation de ses trois cinémas, celui d’Uzès et ceux de Saint-Jean-de-Maurienne et Bourg-Saint-Maurice, en Savoie. « Je me suis arraché les cheveux pour concilier les films sortis en octobre et qui étaient en deuxième semaine et toutes les sorties », reprend-t-il.

Ce report de la réouverture, Jean Rochas ne le comprend pas vraiment. « Depuis le début, je suis dans l’incompréhension. Pourquoi s’acharner sur les lieux culturels ? J’ai du mal à comprendre », lance-t-il. Et ce alors que « nous ne faisons pas de concentration, il n’y a pas eu de cluster dans un cinéma, il y avait des règles strictes et bien appliquées, il est très dommage de priver des gens de culture. » Jean Rochas rappelle également le rôle de « service public » du cinéma, qui accueille d’ordinaire beaucoup de scolaires.

En attendant de pouvoir rouvrir, Jean Rochas a mis ses dix salariés en chômage partiel, et s’inquiète pour la suite : « ils ont capitalisé des congés payés sur une année où on n’a rien gagné, comment on va les financer l’année prochaine ? » Et à la question de savoir si son cinéma est menacé par la situation, la réponse est « oui. Économiquement parlant, nous sommes à zéro. Nous avons des aides de l’État et un peu d’argent sur un fonds de soutien, mais ce qui m’inquiète le plus c’est l’avenir, ce qui a été perdu cette année va être répercuté en 2021 et 2022. »

La clé pour lui passera par la public, « car les films, on va en avoir, lâche-t-il. Le gros boulot va être de raccrocher les jeunes et les familles. » Jean Rochas a l’expérience du premier confinement, à l’issue duquel « on a mis trois mois à retrouver notre clientèle. En octobre on bossait super bien, mais quand on s’est posé pour regarder les chiffres on était à 50 % du chiffre de 2019. Mais on était content de voir du monde et des clients fidèles. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité