Actualité générale.

ALÈS 64 emplois menacés chez Crouzet Automatismes : la mairie intervient

Banderole et tee-shirts ont été suspendus aux grilles d'entrée du site alésien en début de semaine. (Photo Corentin Migoule)

Installée avenue Vincent-d’Indy, l’entreprise Crouzet automatismes a annoncé à ses salariés, jeudi 3 décembre, qu’elle allait fermer son site alésien, menaçant ainsi directement 64 emplois. Après avoir annoncé la semaine dernière en conseil communautaire qu’il ferait tout empêcher ou tout au moins retarder la fermeture, Christophe Rivenq, président d’Alès Agglo, vient d’écrire directement au PDG de l’entreprise.

Le jeudi 3 décembre dernier, le couperet est tombé. L’entreprise Crouzet automatismes, qui fabrique des moteurs électriques, a annoncé à ses salariés qu’elle allait fermer le site alésien, laissant ainsi 64 salariés sur le carreau. Quelques jours plus tard, lors du dernier conseil communautaire d’Alès Agglomération de l’année 2020, son président, Christophe Rivenq, annonçait vouloir « tout faire pour sauver le site alésien. »

De leurs côtés, les salariés du site alésien ont opéré un geste symbolique en début de semaine, mettant au passage en évidence leur attachement à une entreprise pour laquelle certains ont donné plusieurs décennies de leur vie. En effet, ils ont accroché des tee-shirts, assortis de messages, aux grilles du site alésien amené à fermer d'ici 2022, implanté dans le quartier de Clavières, au 40 de l’avenue Vincent d’Indy. « 30 ans de bons et loyaux services, 12 avant la retraite, deux enfants à charge, quel avenir pour nos familles ? », peut-on lire sur l’un d’entre eux (notre photo).

50 ans de présence à Alès en 2021

À quelques heures de partir fêter Noël, ce mercredi, Christophe Rivenq a écrit un courrier, cosigné par le maire d’Alès, Max Roustan, pour interpeller David Arragon, président directeur général (PDG) de Crouzet automatismes. Rappelant, comme pour mieux rappeler son importance dans le paysage industriel alésien, que le site gardois de l’entreprise doit fêter ses 50 ans d’existence en 2021, la lettre indique que « la suppression de 72 postes dont 64 sur Alès a du mal à passer, d’autant que le site d’Alès n’a pas été fortement impacté par la crise. »

Après avoir exprimé leurs inquiétudes quant au devenir de l’activité alésienne, dont ils pensent savoir qu’elle « a bien résisté au niveau des commandes », les élus locaux invitent le grand patron à « une rencontre à l’Hôtel de ville d’Alès, dans les premiers jours de janvier 2021, pour évoquer des solutions alternatives destinées à préserver l’emploi. »

Corentin Migoule

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité