A la uneActualitésSociété

ÉDITORIAL Décoder les mécanismes du silence

Photo d'lustration
Photo d'lustration

Trois ans après le mouvement #Me Too, qui avait émergé suite aux révélations sur le producteur américain de cinéma Harvey Weinstein, où des millions de femmes partout dans le monde racontaient les violences sexistes et sexuelles dont elles avaient été victimes, depuis ce week-end, c'est un nouveau phénomène qui semble avoir pris forme sur le réseau social Twitter. Des internautes français racontent les abus dont ils ont été victimes étant enfants, dans la sphère familiale avec le mot clé #MeTooInceste. Cette fois-ci, c'est un livre qui est le détonateur. Celui de Camille Kouchner. “La familia grande” (au Seuil), sorti le 7 janvier, fait l’effet d’un véritable séisme médiatique et politique. La fille de Bernard Kouchner brise l’omerta et accuse son beau-père, Olivier Duhamel, de s’être rendu coupable d’inceste à la fin des années 80 sur son frère jumeau. Depuis, le politologue bien connu des médias parisiens a démissionné de tous ses postes. Cela n'a pas empêché ce samedi des milliers d'internautes de sortir du silence et de prendre la parole pour évoquer leur propre expérience traumatisante. Un tabou qui tombe, à l'instar de celui des violences sexuelles faites aux femmes. Se pose toutefois toujours la question du poids des réseaux sociaux comme Twitter qui peuvent se transformer en tribunal médiatique et faire accuser à tort et à travers sans apporter de preuves. Nous avons eu l'occasion de vivre l'expérience cette semaine au collège de Saint-Gilles où un professeur a été faussement accusé de montrer des images pornographiques à des élèves. Celà étant dit, ce mouvement ouvre les yeux sur le manque de moyens des victimes pour mettre en lumière ces actes inqualifiables. L'État et les services au contact d'enfants doivent donc rapidement trouver les moyens pour offrir une expression libre plus accessible et contrôlée. L'occasion peut-être d'organiser comme pour les violences faites aux femmes, un Grenelle pour les enfants victimes de prédateurs afin de décoder les mécanismes du silence et libérer de l’emprise. Poser un constat, identifier les différentes situations, organiser des campagnes de prévention massives. Agir. Enfin.

Abdel Samari

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité