A la uneFaits Divers

NÎMES Bachalas 4 : un trafic au nez et à la barbe des habitants, 35 000 euros saisis

C'est la quatrième opération d'envergure menée par la police nationale en quelques années dans le quartier de Bachalas.

Les saisies effectuées par les policiers de la Sûreté départementale lundi dernier au quartier de Bachalas (Photo : DDSP du Gard)

Dans les ruelles étroites et discrètes du quartier Gambetta et du secteur de Bachalas à Nîmes, il n'est pas facile d'effectuer des surveillances concernant le trafic de drogue.

Un travail minutieux effectué depuis un an par le groupe "économie souterraine" de la Sûreté départementale de Nîmes qui a cherché, ciblé et identifié les acteurs de ce réseau. "Ce trafic se déroule sous les fenêtres des habitants. Les gens sont excédés et c'est compréhensible. Mais pour pouvoir interpeller, il faut avoir des certitudes d'enquête et c'est parfois long", confie le vice-procureur, Antoine Wolff, qui supervise le dossier confié aux policiers du commissariat de Nîmes.

Le vice-procureur, Antoine Wolff, et le commissaire Emmanuel Dumas évoquent le trafic de stupéfiants et les 9 arrestations au quartier de Bachalas à Nîmes.

Le quartier de Bachalas est un lieu de deal connu à Nîmes, "un emplacement historique où nous intervenons souvent", estime le commissaire Emmanuel Dumas... Il y a envoyé 50 hommes qui ont procédé à l'arrestation de neuf personnes lundi matin, huit hommes et une femme précisément. Huit d'entre eux seront déférés demain en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour ce trafic de stupéfiants en famille, une structure bien organisée pour un dossier surnommé "Bachalas 4" par les enquêteurs.

"Il y a le vendeur de rue, le collecteur de stupéfiants, le ravitailleur qui ramène de la marchandise au vendeur", explique le procureur Wolff. "Chacun a son rôle. Il y a un professionnalisme dans les diverses tâches au travail, ajoute le commissaire Dumas. Ils emploient même des personnes en situation irrégulière, qu'ils appellent les clandestins, pour 60 euros par jours". Un trafic qui pourrait rapporter plusieurs milliers d'euros par jour sans que l'on connaisse pour l'instant le chiffre d'affaire de cette "entreprise", gérée par une même famille.

Les principaux protagonistes sont connus de la justice. Deux ont été condamnés à deux ans de prison pour un trafic de stupéfiants dans ce même quartier. Ils sont en état de récidive. 35 000 euros en liquide ont été saisis. Le parquet de Nîmes va réclamer demain la détention provisoire des suspects.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

1 commentaire sur “NÎMES Bachalas 4 : un trafic au nez et à la barbe des habitants, 35 000 euros saisis”

  1. beau boulot , après pour y habiter depuis 10 ans c ‘est l ‘enfer…D ici 3 jours il y aura des gamins de 13 ans qui reprendront le trafic et ça redémarrera comme ça a toujours fait de puis 10 ans , ce n ‘est pas la première opération , je suis très content pour la descente de police bravo encore!!! mais je suis assez pessimiste pour la suite , ce quartier est gangrené depuis si longtemps , quand je vois le bar le dalida vide et l ‘épicerie fantôme juste à côté en plein coeur du trafic on se demande si ça ne blanchit pas de l’argent, et le local à cent metres du commissariat de police municipal qui sert de salle de repos au dealers et sus et au vues de tout le monde . Bref à suivre , j’ éspère que les autorités ne re-laisseront le quartier à l’abandon après cette opération comme c ‘est arrivé si souvent par le passé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité