A la unePolitique

ÉDITORIAL Nîmes métropole : Franck Proust, politique ou comptable ?

Franck Proust, président de Nîmes métropole et ancien président de la SENIM (Photo : Objectif Gard)

Ça y est, le Nîmois descend dans l’arène. Lundi, en conseil communautaire, Franck Proust a animé le débat autour du budget 2021. Animé, seulement. Disons que le président ne s’est pas trop mouillé… Chose assez rare en politique, le républicain a laissé son directeur des Finances, Vincent Foucher, présenter les grands lignes de l’exercice. De quoi, au passage, hérisser le poil de quelques élus de son groupe. Vincent Foucher a en effet été embauché en 2015 par Yvan Lachaud, président de Nîmes métropole à l'époque et ennemi juré du maire de Nîmes. Faut-il voir là le signe que l’Agglo s’émancipe de Jean-Paul Fournier ? En politique, rien n’arrive par hasard. Surtout pas d’un élu qui évolue depuis 31 ans dans ce sérail. Franck Proust, son directeur de cabinet, Bernard Baumelou, et son premier vice-président, Frédéric Touzellier, ont huilé leur stratégie. Envoyé en éclaireur au front, le fantassin Foucher a détaillé le trou de 14 M€ de l’Agglo, en partie dû à la cause de la crise sanitaire, sans oublier d'insister sur le peu de marges de manœuvre laissé par le prédécesseur centriste. Sur sa lancée, le même Foucher a présenté les solutions de Franck Proust : une hausse des taxes, combinée à une baisse des dépenses. Augmenter les taxes la première année de son élection, pas bête. Au Conseil départemental, l’ex-président Denis Bouad l’a fait et, cinq ans plus tard, plus personne ne s’en souvient ! Toutefois ce n’est pas pour ça que le président a laissé son directeur partir au charbon. Avec cet intermédiaire, difficile de s’empailler lorsque son camarade LR, Pascal Gourdel, lui explique que le remède fiscal est trop amer à avaler pour les Nîmois. Là, c'est franchement malin ! Et surtout, dans la presse du lendemain, ça ne nourrira pas une nouvelle guerre picrocholine entre l'Agglo et la ville de Nîmes ! Et l’opposition dans tout ça ? Pour elle aussi, c'est compliqué. La nouvelle lubie de soi-disant "concertation" de Franck Proust, autour du nébuleux Comité de redressement, a de quoi la mettre mal à l’aise. En impliquant les élus dans les décisions, difficile pour eux de s'en extraire totalement. Et puis notons qu'un communiste, en la personne de Bernard Clément, est membre de l’exécutif. Voilà peut-être la tactique de Franck Proust. Programmé en mars, e vote du budget dira si l'initiative a fonctionné. De quoi lui permettre (enfin ?) de donner un cap concret aux habitants de l’Agglo ?

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité