A la uneActualitésFootballNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Des Aiglons et un dilemme pour les Crocodiles

Nice s'était imposés aux Costières au mois de décembre  (Photo via MaxPPP]

Face à Nice cet après-midi (à 17h) aux Costières, les Crocodiles gagneraient en confiance en se qualifiant pour les 16e de finale de la Coupe de France, mais ils alourdiraient par la même occasion un calendrier déjà bien chargé. 

« C’est une épreuve mythique que j’affectionne particulièrement et qui me faisait rêver quand j’étais gosse, mais la priorité est le championnat. » En une phrase, Pascal Plancque résume ce que représente la 104e édition de la Coupe de France de football pour Nîmes Olympique. Vingtième et dernier de Ligue 1 avec quatre points de retard sur le barragiste, Nantes, le NO n’a pas le luxe d’éparpiller son énergie. D’autant que dimanche, un rendez-vous capital pour le maintien se profile à Dijon, classé 19e.

Une belle occasion de se montrer pour certains joueurs

Ce match en Bourgogne focalisera toutes les attentions et l’entraîneur nîmois va faire tourner son effectif. Ce n’est pas moins de onze changements qui sont attendus dans l'équipe de départ du NO. Et Pascal Plancque fait l’inventaire des blessés : « Cubas traîne une douleur à un genou depuis le match à Paris. Alakouch a pris un coup et Benrahou qui n’avait pas joué depuis longtemps est sorti très fatigué dimanche. Quant à Reynet, il souffre d’une douleur à un poignet ». Il n’est pas utile de lire dans les pensées pour deviner que ces joueurs ne débuteront pas la rencontre contre l’OGC Nice. En revanche, pour Nazih, le gardien de but, et Ueda, le défenseur japonais, ça pourrait bien être la grande première.

Naomichi Ueda devrait fêter sa première apparition avec Nîmes (photo Norman Jardin)

Dans ces conditions, le 4-1-4-1 utilisé il y a trois jours contre les Monégasques ne sera pas forcément reconduit. « Je ne suis pas figé sur un système et on s’adaptera aux joueurs », confesse le technicien nîmois. Ce 32e de finale de la Coupe de France sera une belle occasion pour certains joueurs, pas ou peu utilisés, de se montrer : « Nous aurons besoin de tout le monde ».

Quoi qu’il en soit, les Nîmois ne pourront pas être pleinement satisfaits à l’issue de la rencontre. En cas de qualification, ils gagneraient en confiance en mettant fin à une terrible série de huit défaites à domicile, mais cela rajouterait une date dans le calendrier déjà bien chargé des coéquipiers de Renaud Ripart. En effet, les 16e de finale sont programmés les 6 et 7 mars. C’est-à-dire trois ou quatre jours après un déplacement à Nice (en championnat) et une semaine avant le derby face à Montpellier.

Pascal Plancque regarde plus vers Dijon que du côté de Nice (Photo Anthony Maurin).

Mais avant de se projeter, il ne faut pas oublier que cela fait quelques années que les coupes nationales sont, d’une manière générale, le tombeau des espérances nîmoises. Depuis 1996, aucune équipe du NO n’est arrivée à se hisser en finale. Quelques miettes d’exploits ici ou là n’ont pas apaisé l’appétit des fans des Crocodiles, car la désillusion a toujours suivi de près le rarissime exploit. Et quand les Gardois brillent dans la plus vielle compétition française, c’est souvent avec un mauvais timing. Les dernières épopées ont eu lieu lors de saisons où il aurait mieux valu s’en passer.

Comme en 1996 où, Nîmes atteint la finale alors que le club frôle la relégation en N2. En 2002, les Rouges de Bernard Boissier n’évitent pas la relégation en National, mais ils accèdent jusqu’aux demi-finales (élimination à Lorient 1-0). Idem en 2005 quand les hommes de Didier Ollé-Nicolle perd la montée en L2 au profit d’une demi-finale (perdue à Auxerre 2-1) après avoir éliminé quatre équipes de Ligue 1 (AC Ajaccio, Saint-Étienne, Nice et Sochaux). Sochaux qui reste à ce jour, la dernière équipe de Ligue 1 à avoir été éliminée par Nîmes au stade des Costières. C'était il y a presque 16 ans !

À contrario, lors des saisons sans stress, qui devraient être propices à des parcours en coupe, Nîmes n’est pas très inspiré. Exemple en 2019 quand la formation de Bernard Blaquart n’est pas menacée par la relégation mais qu'elle se fait éliminer (3-0) d'entrée par Lyon Duchère, pensionnaire de National. Cet après-midi, aucun supporter nîmois n’en voudra aux Crocodiles de quitter la Coupe de France, mais pas un ne refuserait une victoire. Aussi accessoire soit elle.

Norman Jardin

Le groupe retenu : Reynet, Nazih - Martinez, Burner, Guessoum, Paquiez, Miguel, Ueda - Buades, Benrahou, Fomba, Ahlinvi - Chadli, Eliasson, Majouga, Aribi, Doucouré, Duljevic, Roux.

Le onze de départ probable : Nazih - Burner, Ueda, Martinez, Paquiez - Duljevic, Fomba, Ahlinvi, Eliasson - Roux, Aribi. 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité