A la uneActualités

ÉDITORIAL Au-delà de l’engagement d’Emmanuel Macron

Photo DR
Photo DR

Mais diable pourquoi autant de rejet alors qu'il s'agit d'une proposition de bon sens ? Encore davantage aujourd'hui dans un monde moderne où la technologie et le numérique sont au coeur de nos vies personnelles et professionnelles. Pourtant, des sénateurs, dont le Gardois Laurent Burgoa, ont retoqué hier matin en commission des lois du Sénat, et à une large majorité, l'amendement proposant d'instaurer le vote par anticipation au prochain scrutin présidentiel. L'idée est pourtant simple : permettre aux électeurs de certaines communes de s'exprimer en avance sur une machine à voter et à une date fixée au préalable. Avec pour seule ambition : faire baisser le taux de l'abstention lors de l'élection suprême en 2022. Au-delà de l'engagement d'Emmanuel Macron en 2017, il est incroyable d'imaginer que pour certains sénateurs, la seule façon de voter en France c'est en faisant la queue dans un bureau de vote, quelquefois de longues minutes, de s'enfermer dans un isoloir et de glisser un bulletin "papier" dans une urne. Proposer le vote électronique en 2022 c'est être rationnel. Et cela permet à bon nombre de Français, qui avaient l'intention d'aller à la pêche le dimanche, de prendre trois minutes quelques jours auparavant, pour faire leur devoir de citoyen. Alors bien sûr, la méthode est maladroite. Déposé à la dernière minute, le texte a de quoi froisser les opposants à Macron qui lui en veulent toujours d'avoir fait exploser les équilibres politiques. Toutes les situations sont donc bonnes pour lui faire payer. Reste une question évidente mais apparemment passé sous silence : est-ce que les Français iront voter même par voie électronique ? Pas sûr du tout. La crise sanitaire et ses confinements successifs, la crise économique qui a laissé sur le carreau pas mal d'entreprises (et leurs salariés) sont venus renforcer le fossé déjà irrémédiablement profond entre le peuple et ceux qui le gouvernent. D'élections en élections, le rejet est là. Et une seule chose pourrait changer la donne : la prise en compte du vote blanc. Trop avant-gardiste, ne rêvons pas. Les sénateurs n'en dormiraient plus...

Abdel Samari

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

2 commentaires

  1. 3600 personnes, 3% de la population nîmoise en âge et en capacité de voter ont choisi la liste RN aux municipales 2020, ce qui vous permet de poser vos fesses au conseil municipal et d’y briller par votre inutilité. Est-ce que cela vous pose un problème ? Est-ce « Démocratique » ? Ce désaveu ne semble pas apparemment pas vous freiner, pas dans la prétention à vous exprimer au nom des Nîmois. Votre pseudo critique des « élites autoproclamées » se limite, comme toujours avec vous, à la simple utilisation de formules fantomatiques censées avoir valeur de démonstration. Les élites ne s’autoproclament pas. Vous en savez quelque chose au Front rassemblement national. Mais peut-être aimeriez vous nous faire avaler que marine le pen est d’extraction ouvrière, qu’elle est une self-made-woman, qu’elle n’appartient pas à l’elite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité