A la uneEconomiePolitique

FAIT DU JOUR Stratégie de positionnement touristique 2021-2026 : le Grau-du-Roi vers une nouvelle ère ?

La directrice de station, Maud Hubidos, pilote le projet. (Photo Boris Boutet)

Fruits d'une vaste étude menée par le cabinet de conseil spécialisé Protourisme fin 2019, de nouvelles orientations vont être prises dans les prochaines semaines au Grau-du-Roi. Pour Objectif Gard, Maud Hubidos, directrice de la station balnéaire, présente cette stratégie de positionnement touristique sur la période 2021-2026. 

Une nouvelle page de l'histoire de la seule station balnéaire gardoise va se tourner. Confiée au cabinet spécialisé Protourisme, une importante étude a fixé de grandes recommandations que devrait suivre le Grau-du-Roi pour sa stratégie de positionnement touristique lors des cinq ans à venir. "Un premier état des lieux avait été réalisé en 2012 et beaucoup de recommandations avait été suivies, rappelle la directrice de station, Maud Hubidos. Nous avions par exemple mis l'accent sur le nautisme et réalisé un gros travail sur nos outils de communication."

Aujourd'hui les problématiques sont bien différentes. "On se sentait au bout d'un positionnement, on ronronnait un peu, reconnaît-elle. Nous avions besoin de réfléchir à qui nous sommes et où nous voulons aller."

"Passer du toujours plus au toujours mieux"

Principale conclusion du rapport : le Grau-du-Roi doit se dégager de cette image de tourisme de masse. "L'idée n'est pas de le rejeter, mais de communiquer sur nos spécificités, abonde Maud Hubidos. Le Grau-du-Roi, comme la plupart des communes méditerranéennes d'Occitanie, est très estampillée "mission Racine". Nous voulons nous défaire de cette étiquette erronée mais pourtant très ancrée de côte bétonnée, polluée et surfréquentée." 

Pour ce faire, la station balnéaire entend basculer sa communication vers ce qui peut lui permettre de se démarquer des autres, grâce notamment à son art de vivre si particulier. "C'est en me rendant dans d'autre villes littorales que j'ai vraiment pu mesurer l'âme du Grau-du-Roi, indique sa directrice. Il y a ici de vrais atouts d'authenticité, et le terme n'est pas galvaudé. Le Grau dispose d'une véritable économie de la pêche, d'espaces naturels extraordinaires et d'un patrimoine important à mettre en avant. C'est sur ces points là que nous devons insister." 

La réhabilitation du phare de l'Espiguette est l'un des symboles cette volonté d'instaurer un tourisme durable.(Photo archives : Véronique Camplan)

"Il est contreproductif de continuer à communiquer comme nous le faisions autour de nos plages pour attirer du monde au mois d'août où nous sommes déjà pleins, poursuit-elle. L'idée désormais, c'est de développer une clientèle de touristes à l'année, en passant du toujours plus au toujours mieux. Nous disposons d'un bassin de vie important à moins de trois heures de route, avec des gens qui peuvent facilement venir à n'importe quel moment de l'année, même pour un week-end. C'est quelque chose que nous a appris la crise sanitaire : même si les étrangers n'ont pas pu venir, une clientèle locale était au rendez-vous. C'est elle qu'il faut conquérir." 

Cette volonté de passer d'un tourisme saisonnier à une véritable activité tout au long de l'année ne sera pas seulement visible en terme de communication. Un véritable accompagnement est prévu pour l'ensemble des professionnels graulens. "Il faut que nous tablons tous ensemble sur ces valeurs qui font la spécificité de notre destination, estime Maud Hubidos. Nous tirerons vers le haut les prestataires qui s'inscriront dans cette démarche car l'impact peut être très positif pour toute la station." 

L'écologie au centre

Pour promouvoir le tourisme durable, le Grau-du-Roi entend bien joindre le discours aux actes. Alors que la majorité des plages sont déjà nettoyées manuellement pour préserver la microfaune, un nouveau pas important est en passe d'être franchi avec la suppression des douches de plages. Dans les tuyaux depuis quelques temps, cette décision a été accélérée par la crise sanitaire qui avait contraint la commune à les désinstaller l'été dernier.

"Nous ne les réinstallerons pas car il faut stopper cet incroyable gaspillage d'eau potable, argumente la directrice de station. Les balayettes sont tout aussi efficaces pour enlever quelques grains de sable et  éviter de salir les voitures."

La Villa Parry va être replacée au centre de cette nouvelle stratégie de positionnement. (Photo archives : Philippe Gavillet de Peney)

Au coeur de la Camargue gardoise, qui est classée parmi une vingtaine de "Grands sites de France", le Grau-du-Roi compte particulièrement insister sur ses atouts naturels. "Le regard commence à changer sur nous, se réjouit Maud Hubidos. La semaine dernière, nous sommes passés à deux reprises au journal télévisé de TF1 pour nos activités en plein air. Il y a encore quelques années, on ne parlait de nous que l'été. Il y a un travail important qu'il faut continuer à réaliser avec les communes voisines pour valoriser tous ensemble les forces de nos territoires." 

Parmi ces restructurations, la Villa Parry pourrait bien voir son rôle prendre de l'importance dans les années à venir. "Il faut que ce soit bien plus qu'un simple office de tourisme, estime Maud Hubidos. Elle doit être un lieu de partage, également investi par les habitants à l'année et les différents professionnels de la station."  Toujours dans l'optique d'un basculement vers un tourisme de sens et de valeurs, des événements et ateliers devraient se multiplier sur place dans les prochaines années. L'occasion de promouvoir un peu plus encore l'art de vivre local.

Boris Boutet

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité