A la uneActualités

FAIT DU JOUR Deux Gardois signent un fan-film sur l’univers Harry Potter

"The House of Gaunt : Lord Voldemort origins" sortira officiellement et gratuitement sur YouTube le 19 mai.

"The House of Gaunt : Lord Voldemort origins" sortira le 19 mai sur YouTube. (DR)

Cela fait 10 ans que le huitième et dernier volet de l'épopée Harry Potter est sorti dans les salles obscures. Mais les aventures du sorcier à lunettes continuent de séduire à travers les générations et demeure un véritable phénomène de société. Depuis le 19 février, la publication sur YouTube de la bande annonce d'un fan-film dérivé de la saga affole la toile. La vidéo de 2'29 a été visionnée plus de 575 000 fois.

Ce fan-film, il sortira le 19 mai gratuitement sur YouTube. Et ce sont deux Gardois qui ont co-écrit le scénario : Joris Faucon-Grimaud, un garçon originaire de Bagnols/Cèze et dont la famille vit à Pont-Saint-Esprit mais qui habite désormais la capitale, et Thomas Rokita, lui aussi né à Bagnols et aujourd'hui employé à la mairie d'Avignon. "Tout est parti d'un délire il y a quatre ans, lors d'une soirée du nouvel an, avec des amis du lycée où on a parlé de ce projet et on a eu envie de se lancer", se remémore Joris Faucon-Grimaud.

Fan de la première heure, le Bagnolais de 27 ans se rappelle encore d'avoir découvert les deux premiers films au cinéma Le Casino, alors qu'il était en CE1-CE2. La passion pour la fiction imaginée par l'auteure britannique J.K. Rowling ne l'a jamais vraiment quitté. À peine terminée sa licence audiovisuel à l'université de Montpellier que le jeune réalisateur se lance déjà dans un premier projet de taille : créer un moyen-métrage sur les origines de Voldemort, le Seigneur des ténèbres qui a bien failli faire basculer le monde des sorciers dans le chaos sans la lutte acharnée d'Harry Potter et ses alliés.

Les véritables personnages de la saga

Ce film, il s'appelle "The house of Gaunt : Lord Voldemort origins" (littéralement "La Maison de Gaunt : les origines de Lord Voldemort"). On y découvrira comment "celui dont on ne doit pas prononcer le nom" a réuni des partisans et des serviteurs jusqu'à son apogée.

Au total, 12 jours de tournage ont été nécessaires, distillés sur près de 3 ans. (photo Nathalie Richard / Efficius)

Que les fans de la saga se rassurent, on retrouve dedans tous les ingrédients de la saga. Une musique se rapprochant de la partition de John Williams, les aurores, le ministère de la Magie, les créatures magiques et le célèbre sortilège impardonnable aux étincelles vertes "Avada Kedavra". "On retrouvera des personnages des livres mais on garde la surprise", lance le co-réalisateur bagnolais.

Les deux Gardois Joris Faucon-Grimaud et Thomas Rokita ont co-réalisé un moyen-métrage de 35 minutes sur les origines et l'ascension de Voldemort. (DR)

Mais la particularité du fan-film est qu'il doit être fait à but non-lucratif avec des équipes bénévoles. Et la diffusion doit être gratuite. "C'est la seule manière de faire mais ça peut faire une bonne carte de visite en tant que réalisateur", atteste Joris Faucon-Grimaud. Ce dernier a mis un an rien qu'à trouver son équipe technique, prête à relever le défi sans contrepartie financière. Une année encore a été consacrée à la recherche d'acteurs. "Il y avait à la fois des étudiants et des gens plus expérimentés, adepte d'Harry Potter ou moins. La dynamique était très intéressante", poursuit-il.

Essentiellement tourné en région parisienne

Environ 150 personnes, techniciens et acteurs confondus, ont participé aux 12 jours de tournage qui se sont étalés sur près de trois ans. "On a douze personnages, mais il y a une journée où on avait 70 figurants", compte le co-réalisateur. La plupart des scènes ont été tournées en région Île-de-France, au château de Fontainebleau, dans la forêt de Rambouillet, dans la ville de Senlisse ou encore en studio. Près d'un an et demi de travail en post-production a été nécessaire pour ficeler le projet final.

La plupart des scènes ont été tournées en Île-de-France, au château de Fontainebleau, dans la forêt de Rambouillet, dans la ville de Senlisse ou encore en studio. (DR)

Mais le matériel, la régie, les décors, les effets visuels, etc., tout ça a un prix. D'autant que le moyen-métrage compte pas moins de 200 plans à effets spéciaux. Au total 50 000 € ont été récoltés grâce à trois financements participatifs et plus de 1 500 généreux donateurs. Force est de constater que le public moldu est encore partant pour replonger dans la magie de cet univers fantastique.

Dans le moyen-métrage, pas moins de 200 plans incluent des effets spéciaux. (photo Nathalie Richard / Efficius)

Et les amateurs du Gard rhodanien pourraient bien découvrir le film avant tout le monde puisque Joris Faucon-Grimaud prévoit une projection en avant-première au cinéma Le Casino de Bagnols. Enfin, si le contexte le permet car pour l'instant, on n'a pas encore trouvé de solution pour conjurer le mauvais sort de cette pandémie.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité