A la uneActualitésEconomie

GARD Création de deux usines Soprema sur la zone Mitra : 150 emplois à la clé


Dans le cadre de son développement - lié à la transition énergétique via la rénovation thermique - le groupe Soprema souhaitait développer une unité de production dans le Sud de la France pour couvrir le grand Sud, l’Italie et l’Espagne.
Doubler sa capacité de production, telle est l’ambition de l’entreprise spécialiste de l’étanchéité, de l’isolation et dont le chiffre d’affaires atteint, en 2020, les 3 milliards d’euros. Plutôt que d’investir dans un projet d’extension d’un de ses sites situé dans le sud de Paris, le groupe Soprema a fait le choix de se rapprocher de ses marchés et d’investir le grand Sud. Un choix qui en a entraîné un autre portant cette fois-ci sur le terrain. Après une première sélection, l’entreprise a retenu deux options : l’une dans les Bouches-du-Rhône, près de l’étang de Berre ; l’autre dans le Gard, sur la zone Mitra entre Saint-Gilles et Garons.
« Le combat était difficile, il y avait de la concurrence. C’était important de réenclencher la dynamique. Ça fait bien longtemps que nous n’avons pas accueilli d’entreprises de cette taille-là »se satisfait le président de Nîmes métropole, Franck Proust. Car au terme des discussions engagées à l’automne dernier, les équipes de Nîmes métropole ont fini de convaincre celles de Soprema. « Ce qui nous a fait venir ici, c’est la très grande réactivité de toute l’équipe qui nous a permis de régler plein de problèmes, qui a été très à l’écoute », explique le PDG du groupe, Pierre-Étienne Bindschedler, en visite à Nîmes ce jeudi 11 mars.
Ce projet estimé a minima à 35 millions d’euros prévoyait initialement la création d’une usine de production d’isolants thermiques de haute performance technique, d'une surface de 20 000m2. Initialement car un second bâtiment de 5 500m2 sortira de terre juste à côté du premier, pour la production d’isolants naturels à base de pailles de riz. « Nous étions en pleine étude pour fabriquer ce type de produits lorsque lors de notre rencontre il y a quelques semaines à Nîmes, le maire de Saint-Gilles m’a parlé de la riziculture, des déchets etc. » 50 000 tonnes de riz sont produites chaque année sur Saint-Gilles. « Et la paille de riz est un véritable déchet car elle n’est pas compostable, c’est un mauvais combustible et elle n’est pas bien digérée par les animaux », précise Eddy Valadier. Le premier édile Saint-Gillois et vice-président à l’Agglo de Nîmes, voit en cette arrivée « tout un symbole pour l’avenir de la planète et celui des riziculteurs avec cette opportunité de trouver une autre source de revenus. »
La mise en production de ces deux usines portées par le groupe à la renommée mondiale – il est implanté dans 90 pays - est prévue pour 2023 et s’accompagnera de la création de 150 emplois. Le président de Nîmes métropole n’est pas peu fier de cette belle opération, il l'envisage comme un tournant en matière de développement économique et durable pour le territoire. « C’était important de recréer une dynamique. C’est a minima 35 millions d’euros d’investissement sur un projet qui se positionne sur la réindustrialisation française. Je veux faire également une éco-métropole et ce secteur qui est en train de se développer sur la zone Mitra est en adéquation avec la philosophie politique de cette agglomération », souligne Franck Proust. Création d’emplois, de richesses, « éco-métropole », n’en jetez plus la cour est pleine. Il n’en fallait pas plus pour enthousiasmer davantage le président de l’Agglo de Nîmes : « J’espère pouvoir d’ici l’été annoncer d’autres bonnes surprises. » Deux lots sont encore disponibles sur la zone Mitra. Une zone que Franck Proust souhaite agrandir « parce qu’elle attire le monde de l’entreprise de par son positionnement, en sortie d’autoroute et à proximité de l’aéroport. » La problématique du foncier économique est une des priorités du mandat du président de Nîmes métropole.

Stéphanie Marin

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité