ActualitésSociété

GARD Dans le bassin versant de la Cèze, les riverains incités à faire des économies d’eau

Le syndicat mixte AB Cèze leur propose d'acquérir du matériel hydro-économe ou des cuves de récupération d’eau de pluie à petit prix.

"On a estimé à peu près qu’on pouvait livrer 450 cuves pour tout le bassin (100 000 €) et pour le matériel hydro-économe, on espère toucher 1 000 foyers", avance Hugues Brentegani, chargé de mission de la ressource eau au syndicat mixte d'aménagement AB Cèze.(photo AB Cèze)

Depuis la semaine dernière, le syndicat mixte d'aménagement AB Cèze a lancé une campagne de sensibilisation aux économies d’eau auprès des riverains du bassin versant de la rivière. Ils peuvent acquérir à bas coût du matériel hydro-économe ou des cuves de récupération d’eau de pluie. Entretien avec Hugues Brentegani, chargé de la gestion de la ressource en eau à ABCèze.

Objectif Gard : Pourquoi avez-vous lancé ce projet de sensibilisation ?

Hugues Brentegani : On travaille déjà avec les agriculteurs, avec les gestionnaires d’eau potable et les industries sur le secteur. Mais on a du mal parfois à toucher les particuliers. On voulait donc mettre en place une campagne de communication et permettre d’acquérir du matériel hydro-économe en eau et des cuves de récupération d’eau de pluie.

Il est possible de s’en procurer depuis ce lundi 15 mars ?
Oui, il y a une plateforme fournie par un prestataire : www.treval-france.com/page/27-abceze. On peut aussi appeler le 02 26 24 09 40. On peut s’inscrire pour voir si on est éligible à l’offre. L’offre concerne tous les habitants qui sont sur le territoire d’AB Cèze. Ça va du mont Lozère, ça passe par Saint-Ambroix, les gorges de la Cèze et jusqu’à la vallée du Rhône. On a aussi la Tave entre Bagnols et Laudun et les petits affluents qui sont vers Tavel, Lirac et monte jusqu’à Pont-Saint-Esprit. Il y a des communes totalement dans le secteur et d’autres limitrophes où là, on regarde le secteur pour voir si le foyer est éligible.

Ça représente combien de communes ?
On a 111 communes pour 113 000 habitants, à peu près.

L’économie d’eau est-elle un des enjeux d’avenir du syndicat ?
Oui. Des sécheresses il y en a toujours eu mais maintenant c’est chaque année. Il y a aussi le changement climatique… Une étude menée par le Département du Gard montre que la température va augmenter. Déjà de 1958 à aujourd’hui, il y a eu 1,7 degré d’augmentation à l'échelle du Gard. En 2050, ils projettent 1,4 degré de plus et +4 degrés en 2100 si on garde les mêmes rejets à effet de serre et les mêmes habitudes. En été, il y a aura moins d’eau. On veut donc essayer de faire des économies pour essayer de s’adapter à ces changements-là qui vont être forts chez nous.

Comment les dispositifs que vous proposez permettent-ils d'y parvenir ?
La cuve de récupération d’eau de pluie permet d’avoir un peu d’eau pour le jardin et l’extérieur. C’est de l’eau qui n’est pas payante et pas traitée. Les dispositifs économie d’eau, ça fait encore plus d’économie à l’année. Si on a de vieux robinets, des vieux équipements de douche et qu’on en met des nouveaux, on peut gagner 40 m² à l’année. Sur la facture, ça change tout. Il y a aussi pour les WC qui sont de gros consommateurs d’eau. On propose des chasses d’eau à double commande qui permettent d’d'utiliser juste quelques litres. Il y a des sacs qui peuvent être mis dans des cuves qui permettent d’économiser 2 ou 3 L. On a des réducteurs de débit pour la douche, des mousseurs sur les éviers. Avec à peine 10 €, on peut faire des économies dès la première année.

C’est vrai que le but de l’opération est de proposer ces cuves, ces dispositifs, à très bas prix…
C’est ça. On a cherché des prix par les prestataires très réduits et en plus, il y a un financement de 50% du prix de la cuve et de la livraison fait par le syndicat. Et le pour le matériel hydro-économe, c’est plus de 70% qui est financé par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée.

Avez-vous une limite au niveau des équipements ?
On est limité au niveau du budget. On a estimé à peu près qu’on pouvait livrer 450 cuves pour tout le bassin (100 000 €) et pour le matériel hydro-économe. On espère toucher 1 000 foyers.

Propos recueillis par Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité