A la uneActualitésGardSociété

FAIT DU JOUR Va-t-il falloir prier pour les fêtes votives ?

Vauvert fête votive 2019 (photo Ville de Vauvert)
Le Grau du Roi en fête votive (Photo Archives RC)

Le Gard est un département aux nombreuses spécificités estivales. Le tourisme y est fort et les traditions aussi. Réunissez les deux et vous avez des fêtes qui peuvent vite réunir des milliers de personnes. Crise sanitaire oblige, 2020 fut l'année de la réserve ou du refus. 2021 semble être celle de la renaissance, du rebond.

Il est encore tôt pour parler des festivités qui pourraient être organisées dans quelques semaines mais les fêtes votives sont un symbole immuable de l'été dans le Gard. Surtout après des période durant lesquelles les Gardois se sont sentis désocialisés. Comment avancent les discussions autour du sensible sujet ? Sur quels points les mairies et la préfecture travaillent-ils ? Quand l'État tranchera-t-il la question ?

La préfecture, avec la nouvelle préfète Marie-Françoise Lecaillon, a déjà engagé les pourparlers. Ne connaissant pas forcément cet aspect festif du département, Marie-Françoise Lecaillon prend le temps de juger, de jauger et de rassembler toutes les informations dont elle a besoin pour appuyer ou non les désidérata des Gardois festaïres. À l'heure actuelle, on avance peu à peu, on ne se dévoile pas mais on parle aux élus de terrain. C'est au fur et à mesure de l'avancée du calendrier sanitaire et de ses étapes successives que seront publiés au Journal officiel les règles à respecter.

En Camargue, quelques villes emblématiques en parlent déjà, se préparent. Pour Robert Crauste, maire du Grau du roi, "la Saint-Pierre doit se dérouler les 12 et 13 juin. Il n'y aura pas de procession, ni de grande messe sous chapiteau, ni même de feu d’artifice en raison du couvre-feu à 23h. On est en mesure d’organiser des abrivados et bandidos dans les rues de la ville. On a bien noté qu’il y aurait une feria à Nîmes le même week-end. Il y aura aussi une course organisée dans les arènes. On commence pour cet été avec une grosse programmation à se mettre dans la perspective d’organiser ces festivités. La fête votive n'intervient chez nous que le deuxième week-end de septembre. Du temps sera passé et beaucoup de personnes seront vaccinées. On espère donc qu’elle pourra se tenir car c’est un temps de recherche et de partage qui nous tient à cœur."

Les discussions avancent pas à pas

Plus tôt dans la saison, du côté de Vergèze la fête se prépare, doucement mais sûrement. Pascale Fortunat Deschamps, maire de la commune le dit. "La fête est du 24 au 27 juillet. Le programme est bouclé, tout est réservé. Les habitants et les commerçants l’attendent. Le point d’interrogation est lié à la tenue ou non du bal. Quoi qu’il en soit on fera toutes les courses de taureaux et tout ce qu’on pourra faire. L’an dernier on avait lancé les vendredis de Vergèze, animations musicales et marchés nocturnes, pour permettre aux gens de se retrouver. On espère le reconduire. La clé sera la vaccination, si tout le monde se fait vacciner on pourra retrouver les jours heureux. Aujourd’hui on n’a pas d’échanges avec la préfecture mais on leur dit qu’on est prêts. On attend juste le feu vert."

Ici à Générac en 2018, les hommes en blanc attendaient leurs adversaires du jour (Photo Archives Anthony Maurin).

En parlant de taureaux, les courses camarguaises peuvent aussi espérer. En tout cas, les organisateurs sont prêts et la fédération croit en un bel été taurin. Adjoint aux festivités à Vauvert et ancien raseteur, Bruno Pascal semble serein. "Toutes les semaines on échange avec la préfecture pour faire le point sur ce qu’on peut faire. On avance petit à petit comme ça. C’est vital pour les Vauverdois, je ne peux pas sortir dans la rue sans qu’on m’interpelle à ce sujet. A minima nous ferons un week-end taurin pour soutenir la filière. Mais je ferai tout pour que la fête se déroule normalement." À Vauvert, la fête doit se dérouler du 14 au 22 août.

Thierry Féline, maire de Saint-Laurent-d’Aigouze est quant à lui tout aussi sûr de la chose. " La Fédération de la course camarguaise chapeaute tout ça avec les préfectures des Bouches-du-Rhône, du Gard et de l’Hérault. L’an dernier, la fête s’était résumée à un week end taurin avec une jauge de 350 personnes sur 900 places. Notre fête a lieu la dernière semaine d’août donc on est optimiste."

Le président de la Fédération française de course camarguaise, Nicolas Triol, abonde. "On rejoint les démarches des collectivités. On essaye d’avancer ensemble. Nous avons plusieurs réunions prochainement prévues en préfecture. On sent les services de l’État dans une dynamique favorable. On travaille à fixer les conditions de reprises on aura un état des lieux de notre possible redémarrage la semaine prochaine avec les étapes de reprise. On veut essayer de redémarrer sous protocole le 19 mai. On espère retrouver les arènes pleines fin juin avec ou sans masque. C’est l’objectif de la fédération et des pouvoirs publics."

Boris Boutet & Anthony Maurin

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité