A la uneNîmesSociété

CARREFOUR NÎMES-ÉTOILE Une soixantaine de grévistes s’opposent au passage en location-gérance

La CGT, la CFDT et FO sont mobilisés. (Photo Boris Boutet)
Une soixantaine de grévistes devant Carrefour Nîmes-Étoile ce samedi. (Photo Boris Boutet)

À l'appel des syndicats CGT, CFDT et FO, une soixantaine de grévistes manifestent ce samedi devant Carrefour Nîmes-Étoile. Dans le viseur, le passage en location-gérance du magasin.

Comme une dizaine de magasins Carrefour à l'échelle nationale, l'hypermarché situé à l'Ouest de Nîmes doit prochainement passer en location-gérance. "Nous perdons de l'argent par rapport au prévisionnel depuis trois ans, c'est comme ça que la direction a justifié sa décision", explique le représentant CFDT, Alain Lange.

"D'après les retours d'expérience que l'on a eu, il faut s'attendre à une perte d'acquis sociaux puisque nous serons en convention de branche au lieu d'être sur la convention collective nationale, poursuit-il. Et puis il n'y aura plus de participation ni d'intéressement du groupe Carrefour. Cela devrait faire une perte de salaire variant entre 800 et 2 000€ par an selon l'ancienneté des salariés." 

Des files d'attente qui s'allongent

"Ce n'est pas nous qui avons perdu de l'argent, c'est nos dirigeants qui gèrent mal nos magasins, estime Corinne Poma, syndiquée à FO. On ne respecte plus nos clients. Avec la file unique, l'attente s'éternise et la queue fait parfois tout le tour du magasin. Il n'y a plus assez de personnes en caisse, on est complètement abandonnés." 

Si le passage en location-gérance semble désormais inévitable et doit être acté à l'automne, les salariés espèrent encore faire reculer la direction. "Et si on n'y parvient pas, prévient Alain Lange, nous sommes aussi là pour passer un message à nos futurs patrons. Nous nous battrons pour notre magasin." La grève a débuté à 4 heures ce matin et doit se poursuivre jusqu'à la fermeture du magasin. Elle mobilise 50 % des salariés selon les syndicats.

Boris Boutet

Mise à jour : Suite à la parution de notre article, l'enseigne nous a fait parvenir sa position. "Carrefour est engagé dans une transformation ambitieuse de son modèle dont l’objectif est de réformer le modèle de certains de ses hypermarchés afin qu’ils puissent retrouver une dynamique de croissance", indique le groupe qui précise qu'une clause sociale permettra "de maintenir de nombreux avantages pour les personnels transférés."

Carrefour confirme la perte de l'intéressement et de la participation pour les salariés. Mais l'enseigne assure le maintien "de la remise sur achat de 10% à valoir sur leur magasin, des tickets restaurant, d’un régime de mutuelle et prévoyance plus avantageux que celui prévu par les accords de branche et du volontariat pour le travail dominical." Enfin, un accord signé cette année permet aux salariés en fin de carrière ne souhaitant pas rester dans le cadre de la location-gérance, de quitter le groupe par anticipation.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité