A la uneFaits DiversGard

GARD La piste criminelle évoquée autour d’un couple retrouvé mort dans sa voiture ce mardi

Ce mardi 18 mai, à 13h45, la police municipale de Saint-Gilles, bloquait l'accès au mas agricole (au fond sur la photo), dans lequel deux personnes ont été retrouvées mortes dans leur voiture. (Photo B.DLC/ Objectif Gard)

C'est un appel inquiet d'un proche aux services de gendarmerie qui a permis de découvrir les corps de deux personnes.

En arrivant dans ce mas agricole de Saint-Gilles, ce mardi à la mi-journée, la patrouille de gendarmerie requise sur place ne pensait pas découvrir deux corps. Pourtant, en ouvrant un hangar agricole, rapidement l'inquiétude et l'angoisse sont montées d'un cran.

Un homme, le propriétaire des lieux, âgé de 73 ans, a été découvert sur le siège passager avant, décédé, et porteur de traces de violences. En inspectant le véhicule, les militaires ont retrouvé son épouse âgée de 69 ans, également décédée dans le coffre de la même automobile. Un meurtre suivi d'un suicide ? À ce stade de l'enquête, et après quelques heures d'investigations, ce scénario semble s'évaporer pour laisser place à une affaire criminelle d'ampleur.

D'ailleurs l'enquête en cours est ouverte pour homicide. Les investigations poussées de la part des techniciens en identification criminelle de la gendarmerie, mais aussi le ratissage des lieux par les enquêteurs de la Section de recherches et du groupement de gendarmerie du Gard, permettront de mieux dessiner le scénario du drame.

Vers 14 h, les Canadairs venus de l'aéroport voisin de Nîmes-Garons, survolaient le hangar agricole dans lequel s'affairait les enquêteurs. Vers 16h, un médecin légiste de l'institut médico-légal du CHU de Nîmes empruntait le chemin menant au mas alors que les gendarmes et la police municipale en interdisaient l'accès. Ce mardi soir, le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel, restait très prudent sur ce dossier et évoquait "une probable affaire criminelle", "avec deux morts suspectes", sans vouloir en dire plus à ce stade de l'enquête.

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité