NîmesSanté

NÎMES Un centre de vaccination et deux plateformes à la CPAM

centre de vaccination de la CPAM (photo Norman Jardin)
Les agents de la CPAM sont mobilisés (photo Norman Jardin)

Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a visité ce mardi matin le centre de vaccination de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) du Gard, les plateformes « contact tracing » et « Aller-vers »

Le centre de vaccination de la CPAM du Gard est ouvert depuis ce lundi. Sa capacité est de 500 vaccinations par semaine (1 500 premières injections et 1 500 pour la seconde). L’objectif est d’atteindre l’ensemble de la population concernées par la campagne de vaccination.

Priorité est donnée aux personnes figurants dans la cible vaccinale en difficulté pour prendre rendez-vous en raison de leur situation de précarité ou leur état de santé. Dans un second temps, les rendez-vous libres seront proposés en accès public via le site Doctolib.

Alain Chelloul, directeur de la CPAM du Gard, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, et Claude Rols, directeur de l'ARS du Gard  (photo Norman Jardin)

Les locaux de la Caisse primaire d’assurance maladie du Gard abrite également la plateforme « contact tracing », un centre d’appels en charge du suivi des cas contacts, et les locaux de la plateforme « Aller-vers », un centre d’appels dédié à la réservation de rendez-vous afin de proposer aux assurés de se faire vacciner.

La démarche « aller vers »

 L’opération « aller vers » consiste à contacter les personnes de plus de 75 ans n’ayant pas été encore vaccinées contre la covid-19 afin de leur proposer un rendez-vous de vaccination. Depuis le 31 mars, 17 400 appels ont été enregistrés et 610 rendez-vous ont été validés. L’Assurance maladie s'engage dans une nouvelle étape avec deux objectifs :

  • Élargir ses actions à une nouvelle classe d’âge en allant vers les 65-74 ans. Elles sont contactées depuis le 11 mai par un SMS les invitant à appeler un numéro pour obtenir un rendez-vous de vaccination.
  • Atteindre les publics les fragiles économiquement, physiquement ceux qui sont isolés ou qui connaissent des difficultés à se déplacer.

Le contact tracing

La préfète du Gard a visité ces lieux, ce mardi matin. « L’idée est de toucher un public différent, qui ne va pas sur Doctolib et tenter de toucher les plus réticents », a déclaré Marie-Françoise Lecaillon. Depuis le 13 mai, le contact tracing est une mission clef dans la stratégie « tester-alerter-protéger ». Dans ce cadre les conseillers de la CPAM ont pour tâche d’identifier, d’appeler et accompagner les patients diagnostiqués positifs à la covid-19 et leurs cas contacts afin de casser la chaîne de contamination. Plus de 50 agents peuvent être mobilisés lors des pics d’activités.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité