A la uneNîmes Olympique

NÎMES OLYMPIQUE Rani Assaf veut rester et régler le conflit au pénal

Rani Assaf a fait le point sur les finances (Photo Anthony Maurin)
Rani Assaf prépare le prochain budget du club (Photo Anthony Maurin).

Le conseil d'administration du Nîmes Olympique s'est réuni ce jeudi pour une heure de réunion. Les finances du club ont occupé la majorité des débats.

En introduction, Rani Assaf a confirmé son intention de rester à la tête du Nîmes Olympique. Pas question cependant de s'étaler sur le conflit qui l'oppose à l'Association. "Ce n'est pas le sujet", aurait-il déclaré, annonçant vouloir régler l'affaire au pénal.  De ce côté là, c'est donc le statu quo : le président de la SASP veut garder la main et a martelé son intention de renoncer à l'agrément du centre de formation. Présent en tant qu'invité, Yannick Liron n'a pas eu voix au chapitre.

Une procédure de sauvegarde à venir ?

En revanche, Rani Assaf a été plus bavard concernant les finances. Comme déjà évoqué dans Objectif Gard, le président aurait confirmé un trou de 7 M€ en fin de saison. Pour le combler, il envisage la mise en place d'une procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce. Celle-ci permettrait d'étaler les créances du club sur plusieurs années. Des éléments financiers nouveaux sont attendus dans les prochains jours et pourraient l'amener à entériner ou non cette décision.

Selon nos informations, un nouveau conseil d'administration doit se réunir dans une dizaine de jours. Cette réunion aura pour objet la validation du budget que le Nîmes Olympique devra présenter à la DNCG, le gendarme financier du football, le 15 juin. Une première sous la présidence de Rani Assaf qui avait pour habitude de le ficeler seul les saisons précédentes.

Corentin Corger et Boris Boutet

Articles similaires

Un commentaire

  1. En conseil municipal la majorité nous a présenté en la personne de Rani Assaf, un cador, un visionnaire avec un projet qui allait bouleverser le Nîmes Olympique et donc l’image de la capitale Gardoise.
    Voilà aujourd’hui où nous en sommes.
    Le projet futuriste semble ne porter que sur l’immobilier, l’affairisme, au cœur d’un quartier en or.
    Certains investisseurs auraient pour le N.O une approche différente que celle de Rani Assaf.
    Comme beaucoup de Nîmois, de contribuables, de supporteurs, je voudrais savoir où nous allons en demandant des comptes à la majorité municipale de l’époque.
    Un conseil municipal s’impose pour informer les Nîmois et au delà, de la situation.

    Conseiller Municipal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité