A la uneActualitésBagnols-UzèsSociété

FAIT DU SOIR À Fournès, les opposants au projet de plateforme Amazon ne lâchent rien

Ce samedi, lors de la mobilisation contre le projet de plateforme Amazon à Fournès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce samedi, lors de la mobilisation contre le projet de plateforme Amazon à Fournès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pour la deuxième fois depuis le début de l’année, une grande journée militante était organisée sur le site de la Pale, à Fournès, pour s’opposer au projet d’implantation d’une plateforme logistique du géant du e-commerce Amazon. Plusieurs centaines de personnes, 600 d’après les organisateurs, étaient présents sur place. 

« On a tous une bonne raison de s’opposer à Amazon », lancera au micro le porte-parole national d’Attac Raphaël Pradeau. Car plus que le projet de Fournès en lui-même, Attac et les différentes organisations présentes, comme les Amis de la Terre, Extinction rébellion, Alternatiba, la Confédération des commerçants, la Confédération paysanne, des syndicats comme Solidaires, la CNT et la FSU, dénoncent le modèle d’Amazon. 

Un modèle « qui détruit les commerces, incompatible avec la transition écologique », dira Raphaël Pradeau, avant de s’en prendre à la politique d’optimisation fiscale d’Amazon. « Et on nous dit que ça créé des emplois, mais ils sont de mauvaise qualité et pas pérennes, car menacés à court-terme par la robotisation », lancera-t-il, pour contrer l’argument régulièrement avancé par les défenseurs du projet.

Raphaël Pradeau, d'Attac, et Alma Defour, des Amis de la Terre (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et si c’est plus le modèle que le projet de Fournès qui est dénoncé, c’est que « dans tous les coins de France il y a des oppositions contre les projets d’Amazon, à Rouen, en Alsace, à Quimper, Montpellier, Pau, nous formons une grande famille en train de nous réveiller contre une entreprise qui fait froid dans le dos », affirmera Alma Defour, chargée de campagne pour les Amis de la Terre. Pour elle, Amazon représente « l’avant-garde, le monde d’après sera pire que celui d’avant si on laisse Amazon se développer. » 

La militante pointe le Gouvernement, accusé au mieux de complicité, le moratoire sur les zones commerciales de la loi climat ne concernant pas les entrepôts de e-commerce. « Ces entrepôts sont considérés comme industriels et logistiques et ne rentrent pas dans le cadre de la loi, précise Francis Palombi, le président de la Confédération des commerçants de France. Et ce alors que ce sont des entrepôts de vente. » Face à cette situation, Francis Palombi a annoncé qu’un recours serait déposé au Conseil constitutionnel si le Sénat ne modifie pas la loi.

Ce samedi, lors de la mobilisation contre le projet de plateforme Amazon à Fournès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Francis Palombi parlera plusieurs fois d’une « union sacrée » contre Amazon. C’est effectivement ce à quoi cette nouvelle journée de mobilisation ressemblait, puisqu’après lui, c’est la Confédération paysanne qui a pris le micro. Son porte-parole Paul Ferté a quant à lui dénoncé l’artificialisation des sols qui découle de projets comme celui de Fournès. Et lui aussi s’en prend au législateur, face à qui « comme d’habitude les lobbys ont fait leur travail pour que la loi manque sa cible. » La Confédération paysanne milite quant à elle pour le « zéro artificialisation brut » car « ce qui est détruit ne peut pas être compensé, recrée. » 

Ce samedi, lors de la mobilisation contre le projet de plateforme Amazon à Fournès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Du côté des syndicats FSU, Solidaires et CNT 30, on se concentre plutôt sur « le recours massif à l’intérim » et la robotisation croissante des entrepôts d’Amazon : « nous pouvons et nous devons être le grain de sable qui bloque la colonisation d’Amazon. » Enfin, Patrick Genay, le local de l’étape, apiculteur à Fournès qui fait partie de ceux dont la contestation est partie avec l’association ADERE, a lui paraphrasé Martin Luther King : « j’ai fait un rêve ici, un bois, des légumes, des fruits, je veux qu’on reboise ! »

Le chanteur HK et ses musiciens ont donné un concert (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Optimiste, Patrick Genay estimera que « à 95 % on a gagné, et c’est grâce à vous, on continuera ! » Raphaël Pradeau affirmera quant à lui que « si demain les travaux devaient commencer, nous les bloquerions en utilisant la désobéissance civile non violente. » Les prises de parole étaient entrecoupées de morceaux de concert du chanteur HK et de son groupe. On en retiendra deux titres, qui résument bien l’état d’esprit sur place : « Dans ma zone, on ne veut pas d’Amazon », écrite pour Fournès, et « On lâche rien ». 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Amazon, qui n’a jamais confirmé à ce stade être le destinataire du bâtiment qui doit être construit par la société Argan à Fournès, nous a fait parvenir ce texte en amont de la mobilisation. Nous le reproduisons en intégralité : « Chez Amazon, nous nous efforçons chaque jour d’offrir la meilleure expérience possible à des millions de clients, ainsi qu'aux milliers d'entrepreneurs qui travaillent à nos côtés. Nous nous concentrons sur leurs expériences et nous efforçons de construire une entreprise innovante et durable pour nos clients, nos partenaires commerciaux et tous nos collaborateurs.

Nous employons plus de 11 500 personnes en France et sommes fiers d’offrir un large éventail d’opportunités professionnelles. De par son activité, Amazon a par ailleurs permis la création de plus de 110 000 emplois indirects en France. Par ailleurs Amazon développe des projets ambitieux pour protéger l’environnement et atteindre la neutralité carbone dès 2040, soit 10 ans avant l’objectif des Accords de Paris.

Les critiques attaquent Amazon sur de nombreux sujets, et nous sommes devenus, malgré nous, un porte-voix pour certaines organisations souhaitant donner de l’écho à leurs causes. Mais ces groupes s’appuient souvent sur des informations trompeuses ou erronées aussi nous partageons quelques informations sur la présence d’Amazon en France et notre contribution au modèle économique français : 

  • Depuis 20 ans, Amazon contribue à la croissance de l’économie française et à l’emploi.
  • Amazon développe des projets ambitieux pour protéger l’environnement et atteindre la neutralité carbone dès 2040 dans le cadre du « Climate Pledge » (100% d’énergie renouvelable d’ici 2025, véhicules électriques, construction responsable etc.).
  • Amazon propose des opportunités d’emplois attractives dans un environnement de travail idéal pour développer une carrière. » Dont acte. 

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité