A la uneActualitésNîmes

FAIT DU JOUR Masqué, assis mais festif : le week-end taurin en images !

Cette bande de copains est venue de Castres pour découvrir la Feria. Attention les gars le pastis à 15h en plein cagnard, c'est traître ! (Photo Corentin Corger)
Ce week-end taurin a débuté avec une course camarguaise (Photo Anthony Maurin).

À chaque Feria, Objectif Gard vous propose toujours son cocktail des photos les plus insolites. Faute d'une véritable fête dans les règles de l'art, on vous offre plutôt un recap en images des deux premiers jours de ce week-end taurin nîmois. Malgré le pass sanitaire et le masque, les aficionados ont pu assister à la course camarguaise et aux corridas. Et les festaïres, malgré l'obligation d'être assis à table et le couvre-feu à 23h, ont pu boire quelques coups entre amis. Retour sur un week-end qui restera particulier. 

Après 14 mois de fermeture, la brasserie des Antonins a enfin rouvert ses portes à cette occasion. De quoi en profiter notamment pour l'ancien joueur du Nîmes Olympique Jonathan Parpeix que les supporters auront reconnu (Photo Corentin Corger)

La fanfare a accompagné la sortie des arènes pour le premier spectacle du week-end taurin. Quel plaisir de retrouver cet orchestre ambulant ! Pour certain, le manque est tel qu'un petit bisou sur la tête d'un trompettiste s'impose.

Après une course camarguaise qu'il a apprécié, le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier et son épouse Liliane ont pris eux aussi un verre, de rosé, en terrasse (Photo Corentin Corger)
Dès le début de soirée, toutes les tables sont prises d'assaut. Dans les restaurants, impossible de trouver une place sans avoir réservé. À la petite bourse, on a réquisitionné les chaises du voisin (Photo Corentin Corger)
Que ce soit devant les arènes ou la maison carrée, la tendance est la même (Photo Corentin Corger)
Des tables pleines à craquer aussi pour le Bar Joe sur le boulevard Victor-Hugo (Photo Corentin Corger)
L'avantage d'être assis c'est que les girafes de bière ont fait leur réapparition et ont fleuri sur les tables durant ce week-end (Photo Corentin Corger)

Sur le boulevard Victor-Hugo, les mesures sanitaires sont globalement respectées. Avec un trottoir large et des terrasses étendues, les bars arrivent àaccueillir de nombreux clients et les serveurs à les maintenir assis. En revanche, dans les ruelles comme la rue Fresque et de l'Étoile c'est beaucoup plus délicat. Les quelques tables installées sont bondées alors la foule reste debout et les masques volent en éclat. La police municipale, très présente sur ces festivités, a averti les établissements concernés qu'il fallait inverser la tendance. Ainsi, ce samedi, le bar "Le 421" ou encore "Le paradis perdu" ont pris la décision de fermer plus tôt. Un choix regrettable pour des commerçants qui doivent jongler avec un espace très réduit et qui va certainement servir de leçon à tous les acteurs pour la Feria des vendanges.

Si on n'a pas pu danser, on a quand même déguster une paëlla sur la place du Marché et en plus avec des légumes ! Une pensée pour ce cuisinier sous cette chaleur écrasante (Photo Corentin Corger)
Même si ce n'est pas une vraie Feria, certains ont quand même sorti les habits de circonstances : foulard rouge et tee-shirt blanc ! (Photo Corentin Corger)
Cette bande de copains est venue de Castres pour découvrir la Feria. Attention les gars, le pastis à 15h en plein cagnard, c'est traître ! (Photo Corentin Corger)
Outre dans l'amphithéâtre romain, des animations ont aussi lieu dans les arènes du Bosquet installées aux Jardins de la Fontaine. Place ici aux becerradas avec une démonstration de jeunes toreros sans mise à mort (Photo Corentin Corger)
Des toreros et des toreras à l'image de cette jeune adolescente ! (Photo Corentin Corger)
Ce week-end taurin c'est l'occasion de mettre à l'honneur la tauromachie espagnole mais aussi les traditions camarguaises avec des spectacles équestres (Photo Corentin Corger)

Pas évident de sauter d'un cheval à l'autre, le public présent en tribunes apprécie (Photo Corentin Corger)

Au même moment vers 17h, sur le parvis des arènes la chaleur est insoutenable avec un soleil de plomb. Il faut plus pour décourager une dizaine de militants anti-corrida présents avec une banderole à quelques dizaines de mètres du public qui attend pour entrer dans les gradins. Un rassemblement déclaré en préfecture et souhaité par les forces de l'ordre pour mieux contrôler les manifestants et éviter des regroupements sauvages. Un cordon policier a permis d'anticiper d'éventuelles échauffourées.

À l'intérieur des arènes, El Rafi assure le spectacle avec trois oreilles dont deux sur le dernier toro (Photo Anthony Maurin).
Le jeune gardois plébiscité par le public pour sa confirmation d'alternative. Sous les yeux de sa maman, il sort en triomphe des arènes  (Photo Anthony Maurin)

Un dinosaure et une licorne qui twerkent devant la maison carrée ! On l'aura eu notre photo insolite (Photo Corentin Corger)
Le samedi soir aussi, les tables vides se comptent sur le bout des doigts (Photo Corentin Corger)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité