A la uneGardPolitiqueVidéo

FAIT DU JOUR VIDÉO Département : la présidente Françoise Laurent-Perrigot à l’épreuve

(Photo : Département du Gard)
La socialiste Françoise Laurent-Perrigot, présidente du Conseil départemental du Gard (Photo : Département du Gard)

À l’issue des élections départementales plombées par l’abstention, la présidente socialiste a été reconduite dans ses fonctions. Françoise Laurent-Perrigot a fixé le cap sur le déploiement des services du Département dans chaque canton et l’implication des jeunes dans la politique départementale. 

« C’est une vraie élection ! », se réjouit Françoise Laurent-Perrigot après que les urnes aient rendues leur verdict. Hier matin, à l’hôtel du Département, la majorité des élus de l'assemblée l'a désignée présidente de la collectivité. Pas une voix n’a manqué à la socialiste qui jusqu’alors assurait l’intérim de son prédécesseur Denis Bouad. Élue du canton de Quissac, Françoise Laurent-Perrigot a recueilli les 28 voix de sa majorité contre 16 voix pour sa rivale, Valérie Meunier, soutenue par la Droite et le Centre, et 2 bulletins blancs.

La majorité relative, c’est fini…

« De manière générale, les élections départementales n’étaient pas gagnées d’avance. Au final, nous avons une majorité de Gauche large et solide » explique soulagée l’édile, sortant de six longues années de majorité relative. Une situation qui l'obligeait à négocier avec son opposition de Droite pour voter les budgets. Cette fois, « nous aurons une certaine sérénité lorsque nous examinerons les rapports. C’est essentiel », poursuit-elle même si « j’entends travailler avec l’opposition car je crois en l’intelligence collective ».

Rodée au mundillo politique, Françoise Laurent-Perrigot est conseillère départementale depuis 40 ans. Elle a repris le flambeau de son père et de son grand-père. Consensuelle, elle goûte peu au conflit, préférant se rassasier de discussions et de débats. Sa nouvelle majorité ? Elle la qualifie de « respectueuse des élus sortants et des formations politiques qui ont choisies de nous rejoindre. » Habile... Il n’en fallait pas plus pour apaiser les esprits de certains élus de Gauche qui confondent parfois camaraderie et coup vache.

… Vive la Gauche plurielle ! 

Sur les 28 élus de sa majorité, 18 sont membres de son groupe Socialistes, écologistes et républicains, 6 sont dans le groupe des alliés Communistes et 4 dans celui des non-encartés Territoires citoyens. Christophe Serre, préside les Socialistes, écologistes et républicains. Il y a encore quelques jours, dans l’entre-deux-tours des élections départementales, l’élu du canton de Pont-Saint-Esprit s’imaginait un destin présidentiel. « Ce n’étaient que des suggestions, pas des affirmations », se rétracte-t-il, assurant son soutien à Françoise Laurent-Perrigot.

En échange de sa rétractation, Christophe Serre a obtenu quelques gages. Il devient Premier vice-président en remplacement d’Alexandre Pissas. Ce proche de l’ex-président Denis Bouad ne boude pas son plaisir d’écarter le président des pompiers. D’autant qu’Alexandre Pissas ne pourra plus cumuler vice-présidence et présidence du SDIS (Syndicat départemental d'incendie et de secours). Il s'agit-là d'une nouvelle règle édictée par l'exécutif pour permettre à chaque membre de la majorité élargie d'obtenir une délégation pour pouvoir travailler. 

Françoise Laurent-Perrigot : « Se mettre à la portée des gens »

Après ses six mois d’intérim - qui ont clôturé la mandature Bouad 2015-2021, Françoise Laurent-Perrigot ouvre un nouveau chapitre. Perçue jusqu’alors comme une présidente discrète, ayant du mal à donner corps à la fonction, réussira-t-elle à changer la donne ? Son premier discours d’intronisation donne quelques espérances : « nous sommes dans une époque charnière. Le meilleur ou le pire nous attendent. Il nous faut améliorer le bien-être des Gardois ». Comment ? Aujourd’hui, les Gardois n’arrivent plus à comprendre comment le Conseil départemental influence leur quotidien. 

Comment leur expliquer que cette collectivité (et son milliard d’euros de budget) agit dans l’action sociale, à travers le maintien à domicile des personnes âgées ou l’insertion des personnes éloignées de l’emploi, le nombre de bénéficiaire du RSA ayant augmenté à cause de la crise sanitaire. Françoise Laurent-Perrigot plaide pour un retour des services publics dans les territoires. C’est le projet des Maisons du Département dans chaque canton : « Il faut se mettre à la portée des gens. Il y aura un embryon de l’ensemble des services du Département avec un guichet unique ». 

La nouvelle majorité entend aussi créer un Conseil départemental des jeunes pour les impliquer dans la collectivité. Une initiation à la vie civique pour leur permettre de retrouver plus facilement le chemin des urnes. La situation financière redressée et la majorité confortée peuvent asseoir les ambitions de la nouvelle locataire de la rue Guillemette. À Françoise Laurent-Perrigot de s’en donner les moyens.

Coralie Mollaret

Ses 13 vice-présidents sont : Christophe Serre, Bérengère Noguier, Patrick Malavieille, Nathalie Nury, Christian Bastid, Maryse Giannaccini, Martin Delord, Hélène Meunier, Olivier Gaillard, Cathy Chaulet, Rémi Nicolas, Amal Couvreur, Bruno Pascal.

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité