A la uneAlès-CévennesCultureVidéo

FAIT DU SOIR La 22e édition du festival Cratère surfaces en images

La compagnie des Lézards bleus brave tous les dangers. (Photo Corentin Migoule)

Organisé par le théâtre d'Alès, le festival en plein air prend fin ce samedi après quatre jours de spectacles qui ont animé la capitale cévenole - et pas que -. Avec la gratuité de toutes les animations, le public a été au rendez-vous, en témoignent ces nombreuses représentations données à guichets fermés.

Lignes de vie d'Antoine Le Ménestrel

Grimpeur-chorégraphe, Antoine Le Ménestrel et ses partenaires entraînent le public dans une déambulation qui invite à lever le regard. Face aux prouesses vertigineuses, l'assistance retient parfois son souffle malgré le cadre enchanteur du jardin du Bosquet, au pied du fort Vauban.

(Photo Corentin Migoule)
(Photo Corentin Migoule)

Origami de Satchie Noro et Silvain Ohl

Depuis le hangar de l’entreprise Capelle, leader européen du transport exceptionnel, le spectacle Origami a bouleversé les spectateurs venus nombreux. Rencontre entre une danseuse délicate et un container massif en acier. David contre Goliath.

(Photo Corentin Migoule)

Out of the blue, Maria Andres et Denis Martinez

Sur le parvis du Cratère, le très explosif duo a laissé parler sa complicité et sa justesse technique à l'occasion d'un quart d'heure ultra-rythmé et électrique. Une performance chaudement applaudie par le public.

(Photo Corentin Migoule)

 

Bel horizon, du collectif G. Bistaki

Le très déroutant Bel horizon amène - comme son nom l'indique - le spectateur vers de nouveaux horizons, confinant le poids d'une journée de travail. Circassiens, danseurs, jongleurs, et poètes, les artistes habillés de robes noires, de chapeaux et de châles colorés, manipulent l’espace, détournent des combats à l’épée, font voler des vases, depuis l'immense cour du lycée JBD.

(Photo Corentin Migoule)
(Photo Corentin Migoule)

Mais aussi...

La riche programmation de Cratère surfaces a livré beaucoup d'autres grands moments dont Arrêt d'urgence, un spectacle de cirque acrobatique et musical littéralement déjanté à la Verrerie. Mais également A-Tripik de la compagnie CirkVost en direct du musée du Colombier, Fibre de Dakipaya Danza, inspiré par la mécanique industrielle des filatures d’hier. En milieu de semaine, c'est le spectacle de la compagnie Tout en vrac, Dernier drive in avant la fin du monde, qui avait ouvert les hostilités depuis le parking du parc des Expos de Méjannes-les-Alès.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité