A la uneActualitésGardNîmesSociété

FAIT DU SOIR Les Hasta Luego mettent le feu avec leur nouveau Joya

(Photo Anthony Maurin).
Le dressage et la folie douce des Hasta Luego (Photo Anthony Maurin).

C'est avec un plaisir non dissimulé que que l'on se retrouve à l'écurie des Hasta Luego pour voir un nouveau spectacle intitulé Joya qui aura lieu tout l'été, les mercredis de juillet et d'août. Un magnifique moment à partager en couple, en famille, entre amis ou même en solitaire. Un spectacle à voir dans un cadre idyllique.

Cela faisait longtemps que les Hasta, habitués à recevoir le public à la maison, n'avaient pas donné de spectacle à domicile. À la fin de cette première représentation, l'émotion était perceptible. Pourtant, "Joya", c’est une piste d’envol vers la joie et le bonheur d’être ensemble à nouveau. Un titre comme un hymne au bonheur, au plaisir des retrouvailles, aux émotions partagées. Bref, à la fête. Le monde entier comme terrain de jeu... c'est bien ce que vous réserve l'écurie des Hasta Luego pour sa grande nouveauté.

Oui, durant l’été, chevaux et cavaliers des Hasta vous entraîneront à la découverte des plus beaux moments festifs de la planète, des plus insolites, comme les Dias de los muertos mexicains aux plus virevoltants comme les Fêtes tsiganes ou les Fantasias berbères, sans oublier la Holi party, la fête de la poudre en Inde, symbolique du bonheur. Les textes sont de Daniel Saint-Lary.

Un âne refusé dans un avion part avec une troupe dans un van des 1960 en version peace & love (Photo Anthony Maurin).

Au total, les sept tableaux combinent amour du cheval, prouesses éblouissantes de l’art équestre et magie des fêtes revisitées. Voici les tableaux détaillés et dans le désordre pour garder un peu de mystère et de fraîcheur. Nous ne parlerons même pas du bel âne qui, se voyant refusé un départ en vacances en avion, devra grimper dans un van très peace & love en début de spectacle.

Retour aux tableaux. Les Dias de los muertos, la fête des morts. C'est un hommage festif, parce que le Mexicain fréquente la mort, il la raille, la brave, dort avec, la fête, c’est l’un de ses amusements favoris et son amour le plus fidèle. C’est le retour sur terre des chers décédés. Viva Mexico ! Viva la fiesta !

Un tableau très andalou (Photo Anthony Maurin).

Pour "Fantasia", c'est le sable chaud du désert qui envahit la salle. La tradition berbère, des chevauchées à cru, des courses échevelées, des danses et le pouvoir de l’imaginaire. La fantasia est le jeu de chevaux par excellence mais ici, c'est plutôt un murmure donné entre deux dunes. Une union secrète entre l'homme et la bête sauvage.

Pour Feria, qui transporte le visiteur du côté de Jerez de la Frontera, c’est la feria de cheval qui importe. À l’origine, des vaqueros vont au pré, trier et ramener les toros de la corrida. Ils reviennent à la nuit, à la lumière des torches, au son d’accords de guitare languides, de palmas et de chants profonds... Deux guitaristes en piste et un cavalier à la monte pure.

Les protagonistes saluent à l'issue du spectacle (Photo Anthony Maurin).

Le "Carnaval de Venise" sera quant à lui comme une grande galerie des portraits où sous le masque les faux-semblants ont la part belle. Les transgressions aussi. À cette idée qu’un personnage l’est par le costume et le masque qu’il porte. Tout l’esprit de la comedia dell’arte...

Ensuite, il y a aussi la fameuse "Fête américaine country", plus au Nord-Ouest. Dans les grands espaces du Texas, sur les terres mythiques du far-west. Là, la survivance de chevaux à l’esprit encore sauvage et ce lien particulier qu’ils tissent avec les hommes épris de liberté, jusqu’aux confins de l’imaginaire... Les fouets claquent, les pistolets grondent, les voltiges s'enchaînent.

Après le show, une visite des écuries s'impose (Photo Anthony Maurin).

Un autre tableau fera voyager le public en Inde pour sa "Holi party", un départ pour l’Inde et sa fête des couleurs. Les cavalières exécute des numéro de cavalerie simple, coordonnés et plaisant à regarder.

C'est par le tableau "Tzigane" que s'achèvera tout de même le show. Au carrefour des musiques tsiganes, des célébrations et des cérémonies, l’essence même des fêtes populaires des peuples errants venus de l’Est ravira les plus curieux et finira le spectacle par un bouquet flamboyant. Instrumentation, vitesse d’exécution, joie mêlée de mélancolie sont autant d'invitations à l’exubérance, au rythme, aux prouesses et aux grandes envolées...

Dehors, le public peut trouver d'autres sources de curiosité (Photo Anthony Maurin).

Comme chaque année, c'est en trois actes que se déroulera la soirée. Dès 19h30, le nouveau spectacle avec, vous l'avez compris, un voyage onirique au travers de toutes les fêtes du monde. Deuxième acte, l'apéritif, les tapas et, disons, la partie restauration.

Après le spectacle au milieu des artistes, des chevaux, du manège et du patio des écuries, le restaurant C’Unik proposera aux visiteurs une belle carte de plats cuisinés et de tapas, à déguster au bar ou à table (sur réservation), les vins sont sélectionnés par Caves 41. Enfin, troisième acte, les soirées musicales. La soirée se prolongera ensuite sous les étoiles et le son des guitares gitanes du groupe "Los Chiquitan".

La fête se poursuit après le spectacle ! (Photo Anthony Maurin).

Domaine de l’Ecurie Hasta Luego, 940 chemin de Florival – D135 30000 Nîmes. Plan d’accès à télécharger sur www.ecurie-hasta-luego.com. Parking gratuit. Tarif : 1ère catégorie Adulte, 25 euros. 1ère catégorie Enfant 5 à 12 ans, 16 euros. 2ème catégorie Adulte, 19 euros. 2ème catégorie Enfant 5 à 12 ans, 12 euros. Enfant -5ans : Gratuit.

L’ensemble des prestations et des évènements se dérouleront dans le strict respect des règles sanitaires en vigueur mais vous n'avez pas besoin de pass sanitaire ou test PCR. Cependant, le port du masque est obligatoire dans la salle de spectacle.

(Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité