A la uneActualitésNîmes

FAIT DU JOUR Cabrel-Souchon : un samedi soir dans les arènes avec une foule sentimentale…

Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Les arènes bien garnies pour le concert de Souchon et Cabrel (Photo Anthony Maurin).

Le concert est doublé. Bien sûr, deux artistes se partagent la scène de l'amphithéâtre romaine mais deux dates sont aussi et surtout programmées à Nîmes pour ce concert spécial mêlant Alain Souchon et Francis Cabrel. Retour en images.

Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).

Alain Souchon et Francis Cabrel, Francis Cabrel et Alain Souchon. Deux monstres sacrés de la chanson française, deux univers musicaux, deux personnalités, deux artistes à part entière. Les scènes partagées ne sont que rarement bien pensées mais celle du jour l'est parfaitement car le public du premier peut se plaire à écouter et voir le second. Ou vice et versa !

C'est Alain Souchon qui a débuté, de jour. Oui, de jour, une fois que la file d'attente des retardataires qui avaient "oublié" les restrictions sanitaires s'est amoindrie. Voici les titres choisis par le chanteur de 77 ans, dans l'ordre. Allo maman bobo, La ballade de Jim, Le baiser, Âme fifties, Ultra moderne solitude, Un terrain en pente, Ici et là, Le Bagdad de Lann Bihoué, C'est déjà ça, Presque, Papa Mambo, Et si en plus y'a personne, Jamais content, Poulailler's song, Sous les jupes des filles, L'amour à la machine, Rame et Foule sentimentale. Pour le rappel, c'est avec Quand j's'rai K.O et La vie ne vaut rien qu'Alain Souchon a conclu son tour de chant.

Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Le public assis et masqué Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).
Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).

Avant de partir, il a tenu lancer le concert de Francis Cabrel avec ces mots, "On est, en France, une poignée d’auteurs compositeurs et je vais vous laisser avec le meilleur d’entre eux… et je le pense vraiment !" Cabrel, ému par ces gentillesse retournera le compliment, discrètement, comme il sait si bien le faire.

Juste avant le concert de Francis Cabrel, la nuit tombée c'est quand même plus agréable ! Alain Souchon (Photo Anthony Maurin).

Francis Cabrel a quant à lui chanté Peuple des fontaines, Sarbacane, Leïla et les chasseurs, Je l'aime à mourir, Te ressembler, Des hommes pareils, Ma place dans le trafic, Rock-stars du moyen-âge, Octobre, Les murs de poussière, Petite Marie, Encore et encore, À l'autre revenant, La robe et l'échelle, Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai et il a fini par la corrida avec des arrangements modifiés, plus tribaux. Quelques cris et sifflets puis de chaleureux applaudissements sur les dernières notes andalouses. Pour le rappel, le chanteur a choisi Hors saison, La dame de Haute-Savoie et Rosie.

Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Le public Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Le public (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Cabrel et ses acolytes sur scène Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).
Francis Cabrel (Photo Anthony Maurin).

Deux artistes à l'écoute de leur public, deux hommes qui partagent la même tonalité, timidité et simplicité. Même avec un pass sanitaire, un masque et tout ce qui pourrait nous faire sortir du concert, les deux vieux de la vieille ramènent constamment les gradins et la fosse dans leur giron. Quelques discussions, quelques mots élégants et une bonne dose de savoir-faire. Un concert en lien avec sa génération.

Pour acheter vos places, c'est par ici. Comptez entre 45,5 et 95 euros. Pass sanitaire obligatoire.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité