A la uneFaits DiversGard

GARD Disparition de Marie-Pascale Sidolle, les gendarmes ratissent la campagne

Photo DR Marie-Pierre Sidolle/Facebook

Depuis plusieurs jours, la Section de Recherches de Nîmes est sur le terrain dans le dossier non élucidé de la disparition de Marie-Pascale Sidolle. Selon nos informations, hier mardi, près de 15 gendarmes étaient à Aramon, pour fouiller le moindre buisson, le moindre lopin de terre afin de trouver d'autres éléments dans ce dossier énigmatique.

Une affaire qui a rebondi début juin, avec la présence de l'ADN de la mère de famille sur des os découverts par un chasseur en janvier dernier dans un endroit discret, en pleine campagne, sur cette commune d'Aramon.... C'est le même secteur qui a été minutieusement fouillé hier.

La Section de Recherches fouille à nouveau le secteur

Marie-Pascale Sidolle, une mère de famille et grand-mère sans histoire, s'est volatilisée du parking de l'hôpital d'Avignon où elle venait prendre son service le lundi de Pâques, le 14 avril 2019.

Depuis le jour où sa disparition a été signalée et malgré les recherches colossales déployées par les gendarmes, il n'y avait plus aucun indice permettant de remonter jusqu'à elle. Les caméras de vidéosurveillance du centre hospitalier prouvent qu'elle est arrivée seule ce 14 avril 2019 pour prendre son service. Elle conduisait sa voiture. Quelques minutes plus tard, elle est ressortie dans cette même voiture, elle était accompagnée d'un homme qui avait pris la place du conducteur. Marie-Pascale Sidolle était passagère avant.

Depuis, ce curieux conducteur, "ce témoin" essentiel à l'enquête ne s'est pas fait connaître. Il n'a pas été identifié. La voiture de cette salariée hospitalière, décrite comme irréprochable, a été retrouvée incendiée le lendemain de sa disparition dans le quartier sensible de Monclar à Avignon. Les os de la malheureuse ont, eux, été découverts 17 mois plus tard dans le Gard à Aramon.

Les recherches effectuées hier encore à Aramon prouvent que les gendarmes travaillent plus que jamais pour faire éclater la vérité. Les fouilles réalisées ces derniers jours n'auraient rien apporté de significatif, mais les gendarmes ferment méticuleusement "les portes" et les investigations se poursuivent....

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité